22 mai 2017

Quand l‘Art et l’Industrie se rencontrent dans l’espace public

Première quinzaine de mai 2018, des oeuvres d’art monumentales symbolisant nos industries alsaciennes, réalisées par les artistes en collaboration avec les entreprises investiront les places publiques strasbourgeoises : une première en France, une première pour Strasbourg, une première pour l’industrie.
Cet événement baptisé L’Industrie Magnifique sera la première manifestation d’un mouvement national associant industriels, artistes et collectivités publiques, pour promouvoir et développer : la création artistique - la culture de l’invention - le patrimoine industriel dans les territoires

Au programme, en complément des expositions d’oeuvres d’art originales réalisées par des artistes de renom et dont l’accès est gratuit pour le public :
- des visites guidées du circuit d’oeuvres, organisées en coopération avec l’Office du Tourisme de Strasbourg
- des conférences thématiques et explicatives des démarches artistiques et culturelles suivies, organisées en interaction avec les manifestations concomitantes, et la CCI du Bas-Rhin
 - des animations encore à imaginer et à développer en coopération avec les institutions culturelles situées sur les places publiques concernées (l’Opéra par exemple, place Broglie, le TNS place de la République, etc…)

Porté par l’association Industrie etTerritoires, avec le soutien des collectivités territoriales (Ville de Strasbourg, Eurométropole, Département, Région, CCI), de l’ADIRA (agence de développement d’Alsace), de la Fédération des industries d’Alsace et de l’UIMM, le projet est entré dans sa phase de production culturelle :
- 3 oeuvres ont été réalisées
- 4 oeuvres sont en cours de réalisation
- 7 sont en cours de réflexion et conception
- D’autres encore à initier.
La réunion des partenaires du 15 mai conforte l’avancée du projet dans toutes ses dimensions, engageant toutes les industries qui le souhaiteraient à rejoindre le mouvement.

L’Industrie Magnifique est un mouvement pluridisciplinaire, associant les secteurs artistiques, économiques et politiques. Son but est de développer et promouvoir la création, l’art et la culture sous toutes ses formes, par la coopération effective entre artistes, entreprises et collectivités publiques.
Le premier acte public du mouvement L’Industrie Magnifique sera une rencontre originale de l’art et de l’industrie sur la place publique, durant 10 jours à Strasbourg, initialement prévue en septembre cette année, mais finalement décalée à 2018, première quinzaine de mai (date à
venir). Un événement inédit, exceptionnel et novateur.

La genèse du projet
Fin 2015, 5 amis alsaciens - chefs d’entreprise, responsables publics, artistes - échangent un soir de façon informelle sur leurs motivations respectives :
- Faire rayonner Strasbourg et l’Alsace
- Promouvoir le savoir-faire et le patrimoine industriel local
- Encourager le mécénat culturel et le développement de la création sous toutes ses formes
- Rendre l’art accessible au plus grand nombre
Des préoccupations différentes mais convergentes. Ainsi naissent un concept et un nom : L’Industrie devint Magnifique. La coopération entre les 3 secteurs que sont l’art, l’économie et le politique s’avère être la solution naturelle pour répondre aux attentes.
Immédiatement sollicitées, les instances économiques et collectivités locales ouvrent leurs portes. Le principe est ensuite testé auprès de quelques industriels et artistes ; et l’accueil est bon.
En mai 2016, l’Association Industrie et Territoires est constituée à Strasbourg, pour porter le mouvement de L’Industrie Magnifique et réaliser un premier événement à Strasbourg en 2017/2018.

L’association Industrie et Territoires
L’association a pour objet la promotion et le développement de la création artistique, de la culture de l’invention et du patrimoine industriel dans les territoires, en favorisant la coopération entre les artistes, les entreprises et les collectivités publiques.
À ce titre, l’association : s’efforce de mobiliser et fédérer en son sein le plus grand nombre possible d’opérateurs des secteurs industriels, culturels et publics ; initie, développe ou soutient tout projet, action ou activité entrant dans son objet.
Les membres fondateurs de l’association sont :
Jean Hansmaennel, Président - Pierre-François Heitz, Trésorier - Vincent Froehlicher, Secrétaire - Brigitte Guillaumot - Bernard Kautz - Bertrand Kuentz - Antoine Latham - Jean-François Zurawik
Industrie et Territoires compte à ce jour 67 membres individuels ou collectifs, issus des 3 secteurs (Entreprises, Culture, Collectivités).
L’association a son siège dans les bureaux strasbourgeois de l’ADIRA, agence de développement d’Alsace.

L’Exposition LIM 2018
Première quinzaine de mai 2018 (dates à venir), les places publiques de Strasbourg accueilleront durant 10 jours des installations artistiques, créations originales signées d’artistes vivants, fruits de la collaboration entre ces artistes (internationaux, nationaux ou locaux) et les entreprises mécènes, toutes alsaciennes ou implantées en Alsace.
Le circuit d’exposition sera ouvert gratuitement au public, ainsi que les conférences et débats sur Art, Industrie et Cité, qui accompagneront la manifestation.
Le Commissaire de l’Exposition LIM 18 est Jean-François ZURAWIK.






Les “Trinômes” mécène/place/artiste
L’Industrie Magnifique renouvelle / invente un modèle de coopération entre les collectivités, les industriels et les artistes en créant d’une part les conditions de rapprochement entre des entreprises et les acteurs culturels du secteur, et d’autre part, en accompagnant ces binômes dans la mise en oeuvre, à Strasbourg, d’un événement unique d’envergure sous la forme d’une vaste performance artistique proposant :
- Un circuit d’installation à travers des places strasbourgeoises sur lesquelles seront exposées les oeuvres d’artistes plasticiens soutenues par les industriels mécènes
- Des rencontres, des conférences et des débats autour de l’industrie et de l’art.



Les artistes choisis sont principalement des plasticiens. Ils utilisent des techniques multiples (sculptures, assemblages, gravures, collages, etc) et parfois d’autres arts tels la photographie.
Chaque projet entreprise/artiste/place est accompagné par l’association Industrie et Territoires, qui met à disposition un binôme d’experts : un expert industrie, qui connait bien le monde et les codes de l’entreprise, et un expert artistique, qui connaît les artistes et le milieu culturel.
Le rôle de ce binôme expert est d’accompagner l’entreprise tout au long du projet, pour : 
- l’aider à trouver et à choisir “ son ” artiste et “ sa ” place d’exposition
- veiller à la bonne collaboration entre l’artiste et l’entreprise pour la création de l’oeuvre
- préparer l’exposition publique 2018
- réunir le matériel d’information nécessaire (témoignages, textes, photos, vidéos…) pour documenter la démarche et pouvoir raconter la création et l’exposition de l’oeuvre
Le binôme expert est donc le représentant de l’organisation L’industrie Magnifique auprès du couple entreprise-artiste.
Les experts artistiques et industriels contribuant à l’événement sont : Antoine Latham - Michel Bedez - Marie-France Bertrand - Joëlle Brenner - David Cascaro - Delphine Courtay - Christopher Crimes - Frédéric Croizer -Thierry Danet -vBertrand Gillign  - Philippe Gintzburger - Jean Hansmaennel - Claire Hirner - Monique Jung - Sophie Kauffenstein - Patricia Kishishian - Gabrielle Kwiatkowski - Valentine Lepage - Philippe Maraud - Marc Tubiana - Jean-François Zurawik
À ce jour 15 entreprises alsaciennes se sont engagées, à différents niveaux et à différents stades d’avancement, dans le mécénat d’un artiste et la réalisation de l’exposition LIM 18 à Strasbourg.


Les trinômes déjà constitués sont :

Pierre PETIT et Les Ateliers Réunis Caddie, place Broglie
Pierre PETIT utilise dans son travail des objets issus de la production industrielle qui ont pour corollaire d’être acceptés partout et par tous. Ces objets, qui révèlent des espaces géographiques différents, Pierre PETIT les porte à notre regard, et par là même, met en lumière le quotidien, ces moment anodins, mais significatifs. L’objet commun décontextualisé devient insolite. Aux hasards des rencontres naît un monde dans lequel l’artiste voyage. Les images se mémorisent, s’additionnent, se superposent et créent une poésie qui résonne comme un chant. L’artiste récupère les moments jugés sans importance ; il en résulte des histoires qui s’éparpillent, se connectent les unes aux autres et façonnent un espace poétique dans l’objectivité du quotidien.
Cet artiste travaille avec Les Ateliers Réunis Caddie S.A.S, une société française fondée sur 90 années de savoir-faire et de partenariat avec ses clients fidèles et sur une marque de qualité supérieure “ Caddie ”.
“ L’idée de promouvoir l’industrie alsacienne auprès du grand public et ainsi de développer le mécénat industrie/art et de faire rayonner l’Alsace au niveau national par la mise en valeur des savoir-faire industriels par l’art nous a convaincus.
Sujet à de nouvelles innovations et de nouveaux défis, Les Ateliers Réunis Caddie se devaient d’être présents pour cette première manifestation nationale associant un industriel et un artiste, ainsi que les collectivités publiques.
Engagé dans la démarche d’ambassadeur de l’Alsace et plus spécifiquement de Strasbourg à travers le monde, Les Ateliers Réunis Caddie, par la sélection de la place Broglie, réaffirme sa fierté d’appartenance à l’histoire de notre Pays. En effet, la place Broglie fut le premier lieu où retentit pour
la première fois en avril 1792 l’hymne national Français, « La Marseillaise » écrit par Rouget de L’Isle (domicilié également place Broglie). Cette place chargée d’histoire se devait d’être choisie par une société 100% Made in France ” Stéphane Dedieu, PDG

Raymond WAYDELICH et CroisiEurope, Parvis Malraux
Né à Strasbourg-Neudorf, le 14 septembre 1938, son travail porte principalement sur le temps et la mémoire, en particulier la « mémoire du futur » et les traces de notre civilisation que découvriront et interpréteront les archéologues du futur. Les techniques utilisées par Raymond WAYDELICH sont variées : sculptures, assemblages, gravures, dessins, peintures, collages, photographies, acier découpé… entre les mains de l’artiste, les techniques virevoltent et parfois s’épousent.
Ses oeuvres prennent souvent la forme d’hommages à un personnage célèbre, à des marques, à des lieux, ou font mémoire de voyages imaginaires de Lydia Jacob. Elles sont fréquemment  investies par un bestiaire truculent et aux expressions mi-animales mi- humaines dans un esprit poétique teinté d’humour, d’onirisme et d’humanisme.
Raymond WAYDELICH travaille avec CroisiEurope. Créée en 1976, CroisiEurope est une compagnie familiale. Elle est le leader européen de la croisière fluviale en Europe. Son siège est à Strasbourg.
“ Participer à ce projet unique et d’une telle envergure nous parait déjà être une idée formidable et y prendre part est pour nous incontournable. Mettre en avant notre jolie Ville de Strasbourg, si riche culturellement et historiquement, en montant un projet qui rassemble L’Art et les compétences industrielles et artisanales locales ne peut être qu’une idée très excitante pour une compagnie comme
la nôtre. Nous sommes une entreprise familiale alsacienne et venons de fêter nos 40 ans d’existence en 2016.
Le créateur de notre compagnie, notre père était lui-même artiste au début de sa carrière, puisqu’il était potier d’origine. Il excellait également en peinture acrylique et a décoré la quasi-totalité de nos premiers bateaux. Notre compagnie fait partie intégrante du paysage entrepreneurial alsacien et nous faisons rayonner l’Alsace à travers toute l’Europe et même le monde. Etre présent et mécène sur ce projet est une évidence. L’artiste une évidence également. Déjà présent par ses oeuvres sur certains de nos bateaux, il est militant CroisiEurope depuis de très nombreuses années, et ami de notre père.
Son esprit, sa culture et sa vision sur l’entreprise correspond à la nôtre. Le Parvis Malraux- historiquement port de déchargement : 2 jolies Grues paindavoine magnifiquement restaurées dominent toujours encore ce lieu. CroisiEurope a bien entendu un rapport particulier au port et à l’eau. Encore une fois une évidence… ” Anne-Marie Schmitter, Directrice Générale

Michaël DELATTRE et Fehr, place Broglie
Architecte de formation et passionné de cinéma, l’espace, la lumière, le déplacement sont au centre des préoccupations de Michaël DELATTRE. L’espace créé par l’objet est plus important que l’objet lui-même. En architecture, les plans (les murs, les planchers) délimitent un espace.
Le vide façonné par ces plans sont l’essence même de l’architecture.
Le travail de cet artiste s’est peu à peu tourné vers le design et la sculpture et son champ d’expression tend aujourd’hui tout entier vers l’art proprement dit.
Son matériau de prédilection est le béton, ce qui fait parfaitement sens avec son mécène, Fehr.
Il a une importante résonance culturelle, fascinant pour les uns, à l’origine de tous les maux pour les autres. La particularité de ce matériau vient de sa mise en oeuvre, du liquide, il devient pierre millénaire. La matière fait alors autorité, la couleur (ou non-couleur) provient des états de surface de cette matière.
En 1960, Monsieur Albert FEHR crée une petite entreprise de construction à Reichshoffen et réalise ses premiers chantiers. Cette entreprise qui ne compte que deux personnes lors de sa création se développe de façon harmonieuse et se spécialise dans les métiers du béton.
Aujourd’hui, FEHR, entreprise familiale et indépendante, compte près de 600 employés
“ La place Broglie ressemble à notre entreprise, elle est un mélange d’histoire, d’architectures différentes, de polyvalence et de dynamisme ” Laurent Fehr, Responsable de site

David HURSTEL et Wienerberger, Terrasse des Rohan
David HURSTEL a réalisé diverses expositions en France et en Europe, a participé à des symposiums de sculpture, et a répondu à plusieurs commandes publiques à Carrare, Séoul, Strasbourg et en Alsace. Avec le Parlement des arts, David HURSTEL a dirigé différents projets dont « les kits de survie artistique » et les LIV (Lieu d’Intégration Visuelle). Son approche de la pierre est toujours fondée sur les oppositions noir et blanc, brut et poli, vide et plein, individu et société.
Cette mise en forme des contrastes dans une quête du dialogue fait écho à une vision du monde et à une démarche sociale : intégrer la pierre blanche du marbre, sensuelle et esthétique, dans un contexte social, avec ce que cela suppose d’interactions parfois conflictuelles, comme apport collectif d’imaginaire.
L’artiste va travailler avec Wienerberger. Depuis la création de l’entreprise en 1819, le Groupe Wienerberger s’est mondialement développé au point de constituer aujourd’hui le tout premier producteur mondial de briques et de tuiles en terre cuite. Pour L’Industrie Magnifique, Wienerberger a choisi de travailler avec David HURSTEL, car son projet correspondait à ce que souhaitait créer l’entreprise.
“ Le projet nous a séduit pour deux raisons principales. Tout d’abord, c’est l’opportunité de faire connaitre au public strasbourgeois Wienerberger, dont le siège français est implanté dans l’Eurométropôle et qui possède 3 sites de production dans le Bas-Rhin. La brique terre cuite et la tuile en terre cuite sont très utilisées en Alsace pour ses nombreuses qualités. La seconde raison est de pouvoir, avec la collaboration d’un artiste, réaliser une oeuvre qui fédèrera nos équipes autour de notre entreprise et de notre matériau, et que nous pourrons conserver ” Francis Lagier, Président

Marc QUINN et Würth, place Gutenberg
Marc QUINN, né en 1964 en Angleterre, est un artiste contemporain de renom. Il a notamment été révélé au début des années 90 quand, accompagné d’autres artistes, il a redéfini ce qu’était la fabrication et l’expérience de l’art contemporain.
Marc QUINN réalise des oeuvres en rapport avec la condition humaine : la relation de l’Homme à la nature et les conséquences des désirs humains sur cette relation, ce que signifient “ identité ” et “ beau ” et pourquoi les gens se sentent obligés de transformer ces deux éléments de leur personnalité, la représentation d’une histoire sociale actuelle. Son travail est aussi souvent et significativement lié à l’histoire de l’art, allant des maîtres modernes jusqu’à l’antiquité.
Fondée en 1967, Würth France est la filiale française du groupe. Implantée à Erstein au sud de Strasbourg, elle emploie aujourd’hui 3800 salariés et est présente sur l’ensemble du territoire, à travers 2 800 commerciaux et plus de 100 magasins Proxi Shop. Pour sa participation à L’Industrie Magnifique, Würth a choisi d’exposer une oeuvre de Marc QUINN, artiste contemporain de renom, en lien avec Gutenberg qui a donné son nom à la place sur laquelle l’entreprise exposera.
“ Grand amateur et collectionneur d’art, Reinhold Würth, le fondateur-propriétaire du Groupe Würth, a dès les années 1990 introduit l’art au sein de son entreprise, en créant un réseau de 14 lieux d’exposition ouverts au public en Europe, et où sont visibles les quelques 17 000 oeuvres de la Collection Würth. Ainsi, en France, le Musée Würth France Erstein a ouvert ses portes en 2008 sur le site de la filiale française du groupe à Erstein.
OEuvre emblématique de la Collection Würth, la sculpture monumentale de Marc QUINN est une oeuvre-phare de la Collection qui pourra séduire et intriguer le plus grand nombre, sur une place très fréquentée, aussi bien par les touristes que par les strasbourgeois. L’incongruité d’un coquillage géant
et scintillant au milieu de la ville devrait y contribuer. Pour créer cette oeuvre, Marc Quinn a utilisé la technologie innovante du scanner et de l’impression en 3D, qui constitue la révolution digitale et numérique de ce début du XXIème siècle, à l’instar de l’imprimerie typographique mise au point par Gutenberg au XVème siècle, qui a permis la diffusion du savoir ” Pierre Hugel, Président du Directoire

Olivier ROLLER et Trianon Résidences, place du Marché Gayot
Olivier ROLLER est photographe et artiste. Comme photographe, il réalise depuis 2008 une fresque intitulée « Figures du pouvoir ». Elle s’intéresse à la représentation de ces figures par le médium photographique. Un travail sur l’incarnation du pouvoir, sa pérennité, sa décadence. Il confronte les hommes de pouvoir contemporains, ces «empereurs d’aujourd’hui», à une dimension historique du pouvoir : les Empereurs romains, figures du moyen-âge et de la royauté, ainsi que des détails de tapisseries du XVIIè siècle. Un travail sur la matière dont nous sommes faits: des rides des visages aux brisures des statues de marbre.
Comme artiste, il déconstruit les images afin d’en percevoir la matière, de donner l’envie de les toucher. Il crée des structures tissées de fil, dans lesquelles le spectateur évolue, il réalise des anamorphoses, ou encore suspend des images dans l’espace, sous la forme d’une immense vague.
Olivier ROLLER travaille avec Trianon Résidences, qui conçoit et réalise des programmes immobiliers neufs durables et responsables en appliquant des critères écologiques drastiques à ses constructions. Depuis maintenant 3 ans, Trianon Résidences a inscrit dans sa démarche une collaboration systématique avec des artistes qui interviennent sur chacune de ses résidences afin de permettre de donner au plus grand nombre la possibilité de vivre au contact d’une oeuvre d’art. Intégrer l’Aventure « L’Industrie Magnifique » prend évidemment tout son sens !
“ Depuis bientôt 3 ans, Trianon a associé systématiquement une démarche artistique à ses résidences. Hall d’entrée, parties communes ou aménagements extérieurs, chaque programme immobilier possède une thématique qui est mise en exergue par l’artiste.
Faire partie de l’Aventure “ Industrie Magnifique ” permet de montrer qu’un bâtisseur est capable de sortir du carcan de son métier initial et intégrer une démarche innovante ” Cédric Simonin, Président

Baptiste DESJARDIN et Esaris Industries
Sculpture, découpe, impression, photographie, dessin, les objets de Baptiste DESJARDIN relèvent d’une corrélation entre paysage et voyage. Tantôt l’un, tantôt l’autre, avec à la fois ce qu’ils comportent d’immobile, d’impassible, de mouvement et d’émoi.
L’un se réfléchissant dans l’autre et inversement. Il s’agit de se laisser absorber, d’en capter l’aspect méditatif pour s’immiscer dans la relation entre les choses et les êtres. En prise avec une attention flottante, au delà du temps, le regard ne cherche plus l’identification ou l’information, mais révèle l’invisible et donne à songer. Cela amène une promenade de l’esprit, de ses méandres jusqu’à ses cimes, où il est question de poésie.
Baptiste DESJARDIN travaille avec le groupe familial français, Esaris Industries. Le groupe s’appuie sur de nombreuses décennies d’expérience dans les contacts électriques, la transformation et l’assemblage de métaux, des pièces découpées, pliées ou embouties. Son champ d’intervention inclut le développement, la fourniture de matières, la fabrication et les services associés.
Choix de la place en cours

Renato MONTANARO et Thurmelec
Trouvant sa place dans la figuration libre, Renato MONTANARO emprunte à la peinture classique, le portrait et le traitement des figures sacrées. Sa peinture propose un mélange subtil et réussi entre passé et modernité, réel et idéal, profane et sacré, qu’il réconcilie dans une audacieuse harmonie.
Si l’humour et la parodie sont omniprésents dans son oeuvre, elles n’en font pas oublier pour autant la rigueur et maîtrise de sa technique. Son intérêt pour les formes et les couleurs dont il tire des effets chaque fois renouvelés, rend sa peinture élégante et distinguée, sa sculpture délicate et généreuse.
Thurmelec est spécialisé dans l’étude, le développement, la fabrication, l’intégration et le test de produits, ensembles ou sous-ensembles à base d’électronique. Ils ont choisi de travailler avec Renato MONTANARO afin de réaliser HECTOR, un chien à l’effigie de Thurmelec. En effet, ce dernier est doré à la feuille d’or 22 carats, symbolisant l’or qui recouvre certaines des pistes de circuits imprimés de leurs cartes électroniques. De plus, il est recouvert de composants électroniques placés de manière à symboliser les pistes électroniques d’un circuit imprimé. Il représente parfaitement l’activité de Thurmelec.
“ Depuis maintenant le mois de septembre 2016, Thurmelec organise au sein de l’usine, pour ses employés, des expositions éphémères en partenariat avec des artistes locaux permettant d’ouvrir la culture et l’art. L’art est fait pour être vu par le plus grand nombre et se doit d’être accessible à tous, même aux PME ” Michel Maurer, Président
“ Pour me donner des idées, je suis allé visiter l’entreprise. En voyant les pièces, j’ai fait de premiers essais en utilisant les composants comme des palettes de couleurs et en créant des tâches sur le chien. Mais le résultat n’était pas à la hauteur de nos exigences. J’ai enfin trouvé l’inspiration en allant sur la page d’accueil du site internet de l’entreprise. Il y a un arbre composé de pistes de circuits imprimés. J’ai essayé de reproduire cette forme sur un flanc d’HECTOR et je l’ai montré à Michel Maurer. Il était enchanté ” Renato MONTANARO

Eric LIOT et Schmidt Groupe, place Broglie
Né en 1964, Eric LIOT est successivement peintre, sculpteur, assembleur et collagiste. Autant de disciplines et techniques de la création qui l’établissent aujourd’hui en artiste accompli.
Depuis une vingtaine d’année, l’homme s’est imposé comme un récupérateur d’images. LIOT se nourrit d’images et de personnages du quotidien pour fixer nos icônes contemporaines. On y croise indifféremment nos héros préférés, des figures usuelles de la consommation ou encore des personnages de dessins animés, cinéma, ou jeux vidéo. LIOT est solidement campé dans la tradition de l’objet trouvé et de l’assemblage. Les collages de LIOT sont constitués d’objets trouvés, d’éléments de bandes dessinées, de cartons d’emballages, et d’emprunts à la publicité, l’artiste arrange les différents matériaux de collage et raconte ainsi de nouvelles histoires. Il soustrait les objets à leur fin utilitaire initiale et leur ajoute par là une nouvelle qualité plastique.
Leader dans l’aménagement de l’habitat sur-mesure avec ses marques Schmidt et Cuisinella, Schmidt Groupe conçoit, produit et distribue une offre d’aménagements sur-mesure à l’échelle internationale : cuisines, salles de bains, dressing, rangements, équipements de la maison.
L’automatisation très poussée de ses process industriels et l’investissement soutenu dans les outils de production, le digital et son capital humain, renforcent chaque année sa position sur le marché de l’ameublement. Implanté dans plus de 20 pays, le Groupe emploie 1 500 collaborateurs avec un chiffre d’affaires de 436 millions d’euros.
“ En tant qu’acteur majeur dans le secteur industriel en France et dans la région, participer à ce projet est un moyen singulier de contribuer à faire rayonner notre région et ses atouts et de mettre en valeur le savoir-faire de notre entreprise.
C’est l’occasion de mobiliser les acteurs de l’entreprise étendue autour d’un projet innovant et artistique, en phase avec nos valeurs et le projet de l’entreprise, lequel s’appelle l’OEuvre.
C’est enfin une réelle opportunité de créer et faire vivre dans l’univers Schmidt Groupe une oeuvre collective, qui soit le symbole de notre identité. Une façon aussi de renforcer la fierté collective ” Anne Leitzgen, Présidente.

Damien HIRST, Terry RODGERS ou Zaha HADID (choix à confirmer) avec Lalique, Salle de l’Aubette ou Cour des Rohan
Fondée depuis plus d’un siècle, en 1888, Lalique demeure le symbole ultime du luxe à la française. Fleuron de la cristallerie française, Lalique rayonne autour de 5 grands piliers : les objets décoratifs, l’architecture d’intérieur, les bijoux, les parfums et l’art. Pour chacun de ces domaines, Lalique souhaite faire perdurer le génie créatif de René Lalique son fondateur : éditer des flacons de parfum d’exception en cristal, faire revivre une joaillerie d’émotion, repousser sans cesse les limites de la manufacture en créant des objets décoratifs aux contrastes satinés uniques, réaliser des grands projets architecturaux, créer un univers Lalique dédié à la maison, s’associer à des artistes de renom pour éditer des oeuvres d’art en cristal, redonner à Lalique cette dimension d’héritage culturel.

En cours de décision artistes/places

AQUATIQUE SHOW INTERNATIONAL
Créée en 1979, cette société française a mis au point et installé des spectacles d’eau et de lumière synchronisée prestigieux pour divertir le monde entier. Plus de 52 pays ont déjà applaudi le savoir-faire de l’entreprise. Ecrans d’eau, projections, lasers, feux d’artifice...nombreux sont les éléments visuels que proposent la société. Elle a ainsi créé et installé des spectacles permanents pour les plus grands parcs de loisirs dans le monde: Universal Studios (USA), Disneyland, le Puy du Fou (France), Europa-Park (Allemagne), Port Aventura (Espagne), Boardwalk Casino (Afrique du Sud), Hard Rock Casino (USA) ...
SOPREMA
Groupe indépendant depuis sa création il y a un siècle (1908), Soprema s’affirme comme l’une des toutes premières entreprises mondiales dans le domaine de l’étanchéité, mais également comme un spécialiste de la couverture, des sous-couches phoniques et de l’isolation. Soprema bénéficie d’une présence dans 90 pays, 8 centres RetD fortement axés Développement Durable et 19 centres de formation dans 5 pays.
SOLINEST
Entreprise indépendante et familiale, Solinest s’est adaptée à son environnement en saisissant les opportunités au fil de son histoire.
En 1931, Marcel Tresch crée les établissements Tresch, spécialisés dans le commerce de gros de confiseries.
En 1958, la société se développe et sera jusqu’aux années 60, le plus important distributeur de produits de confiserie et de biscuits (Belin) de la région.
En 1964, un chocolatier venu de Zürich toque à la porte: les chocolats Lindt souhaitent être distribués sur le marché Français.
Le partenariat donne naissance en 1964 à la société “ Solinest ”.

Les partenaires de l'Industrie Magnifique


EN SAVOIR PLUS

Mécénat
Le mécénat est le “ soutien matériel apporté, sans contrepartie directe de la part du bénéficiaire, à une oeuvre ou à une personne pour l’exercice d’activités présentant un intérêt général ”.
Le mécénat en France est encadré et encouragé par un dispositif fiscal, dont Admical est à l’origine, et dont s’inspirent aujourd’hui de nombreux pays. Le texte de référence est la loi du 1er août 2003 relative au mécénat, aux associations et aux fondations, dite “ Loi Aillagon ”. Elle permet notamment aux entreprises et aux particuliers de déduire respectivement 60 % et 66 % de leurs dépenses de mécénat de leurs impôts, sous certaines conditions.
L’article 238 Bis du code général des impôts prévoit une réduction d’impôt égale à 60 % du montant du don, pris dans la limite de 0,5 % du chiffre d’affaires hors taxes, pour les entreprises assujetties à l’impôt sur le revenu ou à l’impôt sur les sociétés ayant effectué des dons au profit d’oeuvres ou d’organismes d’intérêt général.
Pourquoi le mécénat n’est-il pas une niche fiscale ? En favorisant le mécénat, l’Etat a accepté de ne plus avoir le monopole de l’intérêt général, et de partager le financement du bien commun avec les personnes privées (entreprises et particuliers). Le mécénat n’est pas une niche fiscale pour 5 raisons majeures :
1. Parce qu’il augmente les ressources des acteurs de l’intérêt général, non celles des mécènes (le mécénat reste une dépense pour l’entreprise)
2. Parce qu’il économise des dépenses à l’Etat
3. Parce qu’il bénéficie beaucoup à l’Etat et aux collectivités
4. Parce que son impact crée de l’activité économique
5. Parce qu’il est une solution utilisée par les bénéficiaires pour combler la baisse des financements publics
Source : http://admical.org

L’article 238 Bis du CGI : L’article 238 Bis du Code Général des Impôts institue une déduction spéciale en faveur des entreprises qui achètent des oeuvres originales d’artistes vivants pour les exposer en public ainsi que des instruments de musique destinés à être prêtés aux artistes-interprètes.
Le régime de l’article 238 Bis AB du CGI concerne les sociétés soumises, de plein droit ou sur option, à l’impôt sur les sociétés.
Seules sont susceptibles d’ouvrir droit à déduction les sommes correspondant au prix d’acquisition d’oeuvres originales d’artistes vivants.
L’entreprise doit exposer au public l’oeuvre d’art qu’elle a acquise.
La déduction spéciale autorisée est subordonnée à la condition essentielle de l’exposition de l’oeuvre, à titre gratuit, dans un lieu accessible au public ou aux salariés, à l’exception de leurs bureaux. Et notamment : dans les locaux de l’entreprise ou lors de manifestations organisées par elle ou par un tiers.
Source : Gestions et Stratégies

Le tissu industriel alsacien 
 L’Alsace

Au 1er janvier 2016, l’Alsace recense 5 622 établissements industriels inscrits au RCS pour 118 696 salariés. L’Industrie représente ainsi 8.4% des établissements régionaux et 28% des effectifs salariés correspondants.
Durant l’année 2015, le secteur a cédé sa place de 1er employeur régional aux Services.
L’Industrie s’impose désormais comme 2ème employeur en Alsace, tout en restant le plus petit secteur en termes d’établissements.
Source : CCI Alsace Eurométropole dans le cadre de l’Observatoire de l’Industrie

Dans l’ensemble, en cinq ans, les filières industrielles croissent en nombre d’établissements mais elles génèrent moins d’emplois.
En tant qu’employeurs :
les filières de la plasturgie, de la mécanique, de l’électricité et l’électronique semblent être en restructuration car elles ont fortement réduit leurs effectifs salariés.
Les évolutions positives sont fortes dans les filières de l’énergie, de l’aéronautique et spatiale et du ferroviaire. Mais ces filières sont aussi les plus petits employeurs du secteur industriels Alsacien.

Evolution de la croissance des établissements et des effectifs salariés entre 2012 et 2016

Source : CCI Alsace Eurométropole

Classement des 50 premières entreprises Alsace
Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Source : Le journal des entreprises, Hors-Séries 2015

Strasbourg, la ville aux 9000 spectacles

Musées, opéra, conservatoire… Strasbourg offre une vie culturelle foisonnante et s’impose parmi les foyers de création et de diffusion les plus actifs d’Europe.
Strasbourg joue la comédie, danse, compose, dessine, peint ou encore chante les plus grands airs d’opéra. Avec plus de 9 000 événements chaque année, la ville est devenue un phare de l’expression culturelle.
L’Opéra national du Rhin s’est imposé comme un acteur incontournable de la vie lyrique française et européenne, affichant une programmation annuelle de plus de 140 représentations d’opéra, danse, récitals, concerts et spectacles jeune public. Il doit son caractère exemplaire à l’apport spécifique des trois villes qui le composent : Strasbourg, Mulhouse et Colmar.
L’Orchestre philharmonique de Strasbourg donne plus de 60 concerts par saison et participe à la saison lyrique de l’Opéra national du Rhin. De très haut niveau, il porte l’image musicale de Strasbourg dans le monde.
Installé dans la Cité de la musique et de la danse, le Conservatoire de Strasbourg, partie prenante de la Haute Ecole des Arts du Rhin, est l’une des plus anciennes institutions publiques d’enseignement musical en France. Aujourd’hui, il forme des musiciens mais aussi des danseurs et comédiens.
Strasbourg vibre aussi dans les nombreux lieux de diffusion musicale comme le Zénith, la Laiterie Artefact, Pôle Sud, le Palais de la Musique et des Congrès. Sans oublier les lieux dynamiques implantés sur les communes du territoire : l’Illiade à Illkirch-Graffenstaden, le Cheval Blanc à Schiltigheim, l’Espace culturel de Vendenheim, Le Cercle à Bischheim, Le PréO à Oberhausbergen, Le Point d’Eau à Ostwald…
Le théâtre fait salle comble à Strasbourg. Voué à la création et particulièrement ouvert au théâtre européen, le Théâtre national de Strasbourg diffuse plus de 150 représentations par an. Le TJP jouit également d’une grande notoriété grâce au célèbre festival « les Giboulées – Corps Objet Image ». Le théâtre alsacien est aussi très actif depuis plus de deux siècles, des groupes y affirment ainsi l’identité alsacienne. L’impulsion vient également du Maillon, à l’origine d’une programmation contemporaine variée, entre musique, théâtre, danse, arts visuels et arts du cirque. Enfin, le TAPS, Théâtre Actuel et Public de Strasbourg, propose une programmation riche et mettant en valeur les compagnies locales.
Le réseau des bibliothèques et médiathèques de la métropole strasbourgeoise est organisé autour de la grande médiathèque Malraux, la plus importante bibliothèque de lecture publique de l’Est de la France. Elles accueillent notamment des événements autour de la littérature et de l’illustration tels que “ Les Bibliothèques idéales ”. Par ses acquisitions et son travail de médiation, l’Artothèque encourage les créateurs en activité. Installée dans la médiathèque de Neudorf, elle est conçue comme un lieu de démocratisation de l’art.
De multiples festivals rythment la vie culturelle. Le festival des Artefacts, Les Nuits électroniques de l’Ososphère, Jazzdor, Strasbourg Méditerranée, Contre-Temps, Musica… attirent chaque année des artistes venus de tous les horizons.
Les 10 musées de Strasbourg témoignent de la richesse culturelle de la ville, offrant un choix varié aux amateurs d’art et aux curieux : Musée des Beaux-Arts, Musée historique, Musée de l’oeuvre Notre-Dame, Musée alsacien, Musée archéologique, Musée zoologique, Musée des Arts décoratifs, Cabinet des Estampes et des Dessins et Musée d’Art Moderne et Contemporain.
Le musée Tomi Ungerer, centre international de l’illustration, propose les 8 000 oeuvres de l’artiste qui constituent les pièces maîtresses de ce lieu associées à d’autres illustrateurs majeurs.
L’Aubette, véritable « chapelle Sixtine de l’art contemporain » est également à découvrir au sein des musées. Source : Ville et Eurométropole de Strasbourg