Select Menu

Slider

Breaking News

Gouvernances

innovations

consommations

productions

Economie Sociale et Solidaire

Financements

» » » » » » » » » L’emploi transfrontalier a de l’avenir !
«
Next
Article plus récent
»
Previous
Article plus ancien


Les offres de formation adaptées, un accompagnement sur le terrain, des aides à la mobilité, un réseau d’entreprises, des solutions pratiques... De part et d’autre du Rhin, dans un rayon d’à peine 30 kilomètres, le programme « Réussir sans frontière » ouvre des opportunités d’emploi et de carrière pour les élèves, les apprentis et les demandeurs d’emploi. Plus de 900 personnes ont déjà tenté avec succès l’aventure outre-Rhin.
La Semaine « Réussir sans frontière » - du 27 au 31 mars - est l’occasion de donner un coup de projecteur sur les parcours, les dispositifs, les conseils et les débouchés. En Alsace, dans le Bade- Wurtemberg et en Rhénanie-Palatinat : l’emploi transfrontalier a de l’avenir.

Communiquer, rapprocher, accompagner
Au coeur du programme « Réussir sans frontière » : la formation et l’emploi

Tirer parti d’une situation géographique favorable pour élargir son horizon professionnel, enrichir son parcours et décrocher un emploi qualifié : c’est le message porté par le programme « Réussir sans frontière ».
Le dynamisme du marché du travail, en particulier du côté allemand où les besoins en main d’oeuvre sont immenses, constitue un contexte porteur pour les candidats alsaciens à l’emploi : élèves, apprentis, demandeurs d’emploi ou personnels en reconversion. 

L’objectif de «Réussir sans frontière» est de développer l’accès à la formation transfrontalière pour faciliter l’insertion sur le marché du travail dans le Rhin Supérieur : en Alsace, dans le Bade-Wurtemberg et en Rhénanie-Palatinat.
  • Accès à l’apprentissage transfrontalier qui permet à un apprenti d’effectuer la partie théorique de sa formation en CFA en Alsace et la partie pratique en contrat d’apprentissage dans une entreprise du pays voisin (Pays de Bade en Bade- Wurtemberg, Sud du Palatinat en Rhénanie-Palatinat).
  • Accès au système dual allemand grâce notamment à des formations préqualifiantes. Dans ce cas, l’apprenti réalise l’intégralité de sa formation en Allemagne.
  • Accès aux emplois dans les entreprises frontalières grâce à des formations linguistiques et techniques sur mesure.
  • Accès enfin à l’Azubi Bac Pro qui prépare à un apprentissage transfrontalier.
« Réussir sans frontière » s’appuie sur trois axes majeurs :
Communiquer pour améliorer la visibilité des opportunités de travail transfrontalier 
Objectif : créer le désir de mobilité transfrontalière des élèves, des jeunes apprentis et demandeurs d’emploi, sensibiliser les différents publics-cibles aux opportunités professionnelles transfrontalières, fournir une information ciblée à ceux qui souhaitent concrétiser un projet de mobilité transfrontalière.
- Rapprocher les entreprises et les candidats
Comment favoriser le « matching » entreprises-candidats ? En facilitant la mise en relation entre employeurs et candidats à l’embauche, en simplifiant le contact avec les entreprises, en assurant la transparence sur les systèmes de formation. Il s’agit aussi de renforcer l’adéquation des compétences par une offre de formations transfrontalières pour les apprentis et un dispositif de formations transfrontalières sur mesure pour les demandeurs d’emploi.
- Accompagner les candidats pour optimiser leur insertion
« Réussir sans frontière » organise un accompagnement à trois niveaux. 
Avant la formation pour optimiser les chances des candidats en vue de décrocher une place d’apprentissage ou une formation professionnelle en entreprise dans le pays voisin.
Pendant la formation pour favoriser une bonne intégration du candidat dans l’entreprise. 
Après la formation pour une insertion durable et réussie sur le marché du travail transfrontalier.
Cet accompagnement prend de multiples formes : parcours de formation personnalisés imprégnés de la double culture franco-allemande, cours de langue, ateliers de soutien à la recherche d’emploi, permanences franco-allemandes assurées par des conseillers...
La création d’une bourse à la mobilité complète ce dispositif. Elle vise à pallier les difficultés de déplacement et d’hébergement des candidats – apprentis – qui constituent un réel frein au développement de l’apprentissage transfrontalier. Le dispositif : une aide de 70 euros par mois sur 10 mois et des bons plans à consulter sur le site Internet « Réussir sans frontière » (hébergement, carte de transports en commun, appli Vialsace, covoiturage…)
Apprentissage transfrontalier, formations, stages, ateliers, conseils pratiques… toutes les informations sont réunies sur un seul site : www.reussirsansfrontiere.eu

L’appui d’un réseau de conseillers avant de passer la frontière

Un dispositif d’accompagnement pour une candidature réussie
Comment mettre toutes les chances de son côté ? Comment sonder le marché, adapter ses outils de candidature, décrocher un contrat ? Pour les candidats à l’emploi transfrontalier, l’appui d’un conseiller peut se révéler très précieux.
C’est le rôle du réseau des conseillers Eures (European employment services) issus des rangs de Pôle Emploi et dédiés au placement en zone transfrontalière.
Dans le cadre de réunions d’information ou en connexion sur le site Internet, ils sont les interlocuteurs privilégiés des candidats à l’emploi transfrontalier. Leur principale valeur ajoutée : favoriser le rapprochement entre candidats et entreprises, contribuer à la construction des formations sur mesure en partenariat avec la Région Grand Est et organiser le suivi des employés dans les entreprises.
En Alsace, le réseau Eures-T Rhin Supérieur est composé de spécialistes formés pour répondre à des interrogations précises : quel CV pour quel pays ? Quels sont mes droits sociaux en zone frontalière ? Comment payer l’impôt ? Quelles sont les législations en vigueur ?...
Ses conseillers orientent également les apprentis et les demandeurs d’emploi vers le réseau des entreprises qu’ils connaissent et sur les marchés où les besoins sont importants. L’hôtellerie-restauration, les hôpitaux, les maisons de retraites et les services en général sont autant de secteurs où les compétences françaises sont recherchées. De même, la demande est très forte en personnel qualifié dans l’industrie, le commerce et les transports.
Deux chargés de mission spécialisés dans le développement de « l’apprentissage transfrontalier »
proposent un soutien individualisé
Informations ciblées, recherches d’entreprises, conseil pour le dossier de candidature, préparation à l’entretien et accompagnement dans les démarches jusqu’à la signature du contrat d’apprentissage.
Contacts : Christof Hilligardt. +49 761 202 69 111. christof.hilligardt@eures-t-oberrhein.eu
Frédéric Leroy. +33 367 68 01 00. frederic.leroy@eures-t-rhinsuperieur.eu

Un service de placement transfrontalier
Depuis plusieurs années, Pôle emploi et son homologue allemand Bundesagentur für Arbeit travaillent en commun pour répondre aux besoins spécifiques des entreprises allemandes et apporter des réponses au chômage français. Dans des agences de placement transfrontalier, les conseillers des deux pays échangent offres et profils, organisent des rencontres-recrutements ou des ateliers.
Trois services de ce type existent en Alsace : Strasbourg-Ortenau, Pamina (Haguenau, Wissembourg, Landau, Karlsruhe, Rastatt) et Haut-Rhin-Freiburg-Lörrach.

Workshop, Bus Tour, Stammtisch...
Du 27 au 31 mars : une semaine pour tout comprendre et saisir sa chance !
De part et d’autre du Rhin, du nord au sud de l’Alsace, la Semaine « Réussir sans frontière » est une occasion unique de saisir toutes les opportunités de l’emploi transfrontalier, avec trois temps forts :
COLLOQUE Grenzüberschreitender Stammtisch der Unternehmen. Organisée par l’agence territoriale Centre Alsace et le Greta Centre Alsace, en partenariat avec l’AAA, cette matinée réunira les acteurs de la formation en région Grand Est et les entreprises allemandes actives dans l’espace transfrontalier.
Le but : échanger sur les possibilités de formations transfrontalières avec des formules sur mesure pour répondre aux besoins des entreprises allemandes. Au programme également : des échanges sur les pratiques des entreprises outre-Rhin et le partage d’expériences d’entreprises qui recrutent des apprentis. Plus de 200 entreprises ont été sollicitées pour participer à ce colloque et faire part de leurs
besoins en compétences.
Mardi 28 mars de 9h à 12h au Château Kiener à Colmar _Réservé aux entreprises
WORKSHOP « Mon apprentissage transfrontalier, c’est du concret ! »
Les chargés de mission apprentissage transfrontalier Eures-T Rhin Supérieur proposent deux heures de séminaire et de pratique pour tous les jeunes à la recherche d’une entreprise dans le cadre d’un apprentissage transfrontalier (où la théorie s’apprend dans son pays et la pratique dans le pays voisin).
Les jeunes envoient leur CV et lettre de motivation à l’avance pour une bonne préparation de l’atelier.
Mercredi 29 mars et vendredi 31 mars de 14h30 à 16h à l’Agentur für Arbeit (Gare de Kehl)
Pour tous les futurs apprentis de tous niveaux de 15 à 30 ans
• BUS TOUR Découverte d’entreprises allemandes
Partir à la rencontre d’entreprises allemandes dans différents secteurs d’activité : c’est l’objectif du Bus Tour Découverte proposé à une vingtaine de jeunes et pris en charge par la Maison de l’Emploi de Strasbourg. Pendant toute la semaine, les jeunes suivront des ateliers interculturels mis en place par la Région Grand Est et seront préparés en amont pour cette rencontre. Ils poursuivront leur expérience grandeur nature vers un parcours de formation construit sur mesure par la Région Grand Est en collaboration avec la Maison de l’Emploi de Strasbourg, le réseau des référents de proximité transfrontalier, l’Agentur für Arbeit Offenburg, en correspondance avec les besoins identifiés d’entreprises allemandes.
Vendredi 31 mars de 9h à 17h dans le Pays de Bade
Réservé à 20 jeunes sélectionnés dans le cadre d’un parcours-formation vers l’emploi


TOUT LE PROGRAMME:

ATELIER La vie quotidienne de frontaliers en Allemagne
Lundi 27 mars de 9h à 17h à Kehl
Réservé à 20 jeunes sélectionnés dans le cadre d’un parcours formation vers l’emploi
WORKSHOP Présentation des Services de Placement Transfrontaliers Nord Alsace (SPT)
Cet atelier portera sur le marché du travail frontalier, le statut du frontalier, le travail intérimaire en Allemagne, les outils de la recherche d’emploi (Job Börse et poleemploi.fr)
Mardi 28 mars de 9h à 11h à Pôle emploi.
(Service de Placement Transfrontalier. 2 rue Marie Gross-Herrel à Wissembourg)
Pour les demandeurs d’emploi du secteur de Haguenau, Wissembourg, Saverne.
Sur invitation uniquement
WORKSHOP Travailler en Allemagne frontalière
Cet atelier, co-animé par l’Arbeitsagentur de Freiburg et Pôle emploi, portera sur le marché du travail frontalier, le statut du frontalier, les outils de la recherche d’emploi.
Mardi 28 mars de 9h à 11h à Pôle emploi.
(14 rue de La Manufacture à Sélestat)
Pour les demandeurs d’emploi du secteur de Sélestat-Colmar
• ATELIER Coaching interculturel sur-mesure
Pour un apprentissage, une formation professionnelle, un emploi dans le pays voisin.
Mardi 28 mars de 9h à 17h à Kehl.
Réservé à 20 jeunes sélectionnés dans le cadre d’un parcours formation vers l’emploi
• PORTES OUVERTES Réussir sans frontière
Un atelier « Travailler en Ortenau » informera le public sur : Le marché du travail frontalier / Le statut du frontalier / Les outils de recherche d’emploi en Allemagne à 9h et 10h45, 13h45 et 15h30 (sur inscription).
Tout au long de la journée (de 9h à 16h), il sera possible d’accéder librement à : des tests de langue allemande / la présentation des actions de formation en allemand financées par la Région et Pôle Emploi / un accompagnement personnalisé à la réalisation de votre CV en allemand.
Mercredi 29 mars de 9h à 17h à la Direction Territoriale Pôle emploi Bas-Rhin.
(24 avenue François Mitterrand à Strasbourg) - Pour tout public
FORUM Emploi. Formation. Création d’entreprise
Dans le cadre de ce forum organisé par Pôle emploi Sélestat, un pôle transfrontalier est mis en place. Des conseillers du Service de Placement Transfrontalier Strasbourg-Ortenau proposent des validations de profil en lien avec les offres d’emploi disponibles et des conseils sur le CV, la lettre de motivation et le dossier de candidature.
Mercredi 29 mars de 9h à 13h aux Tanzmatten. (quai de l’Ill à Sélestat)
Pour tout public
ATELIER La candidature en Allemagne (Bewerbungsmappe)
Mercredi 29 mars de 9h à 17h à Kehl.
Réservé à 20 jeunes sélectionnés dans le cadre d’un parcours formation vers l’emploi
JOB-DATING Apprentissage
Le Pôle Formation CCI propose un job-dating aux jeunes, quel que soit le diplôme qu’ils souhaitent préparer, dans le tertiaire ou le technique. Rendez-vous sur le Stand Réussir sans frontière pour tout savoir sur l’apprentissage transfrontalier.
Mercredi 29 mars de 14h à 17h au Pôle Formation CCI. (234 avenue de Colmar à Strasbourg-Meinau)
Pour collégiens, lycéens, étudiants, futurs apprentis
BUS TOUR Formations et diplômes de l’enseignement agricole
La Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt propose à des chefs d’établissement, des ambassadeurs de la formation et des chefs d’entreprises allemands de partir à la rencontre d’écoles dans le domaine de l’agriculture sur le territoire alsacien. L’objectif de cette visite est de se familiariser avec le système français afin de faciliter les échanges des deux côtés du Rhin.
Mercredi 29 mars de 8h à 18h au cours d’un parcours en Alsace.
Evénement sur invitation uniquement
ATELIER Préparation à l’entretien d’embauche en Allemagne
Mercredi 29 mars de 9h à 17h à Kehl.
Réservé à 20 jeunes sélectionnés dans le cadre d’un parcours formation vers l’emploi
COLLOQUE Méthode ThéoPrax
Les équipes de direction de lycées généraux, technologiques et professionnels sont invités à assister à une présentation de la démarche ThéoPrax suivie d’échanges quant à une mise en oeuvre dans les établissements scolaires et une création de partenariats franco-allemands.
Mercredi 29 mars de 15h30 à 17h30 au Lycée des métiers et CFA Heinrich Nessel à Haguenau.
Evénement sur invitation uniquement
.WORKSHOP Travailler en Allemagne frontalière
Journée sur le thème de l’emploi transfrontalier organisé par le Pôle emploi Grand Est. Plusieurs animations seront proposées : évaluation linguistique, conférences sur le marché du travail frontalier, le statut du frontalier, le travail intérimaire en Allemagne, les outils de la recherche d’emploi (Job Börse et pole-emploi.fr)
Vendredi 31 mars de 9h à 16h à l’Agence de la Région Grand Est. (4 avenue du Général Leclerc à Mulhouse)
Pour tout public
VISITE D’ENTREPRISE Pour les élèves du Lycée Maurois de Bischwiller
Le Lycée Maurois de Bischwiller emmène une classe de STMG (36 élèves) visiter l’usine Duravit à Hornberg : découverte des différentes étapes de la production, des coûts de production, des contrôles qualité effectués et de l’évolution des techniques de production et de l’utilisation des ressources humaines.
Vendredi 31 mars à 13h30 à l’usine Duravit à Hornberg. (4 avenue du Général Leclerc à Mulhouse)
Sur invitation uniquement
MOBIKLASSE au Lycée André Siegfried de Haguenau
Mobiklasse.de est un programme coordonné par l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ), en coopération avec la Fédération des Maisons Franco-Allemandes, initiateur du projet. Des animateurs allemands rencontrent les élèves du lycée et leur font connaître un peu plus l’Allemagne à travers des animations ludiques.
Vendredi 31 mars à 13h30 au Lycée André Siegfried à Haguenau.
Pour les élèves du Lycée André Siegfried
WORKSHOP Mon apprentissage transfrontalier, c’est du concret !
Les chargés de mission EURES-T proposent deux heures de séminaire et de pratique pour tous les jeunes à la recherche d’une entreprise dans le cadre d’un apprentissage transfrontalier (où la théorie s’apprend dans son pays et la pratique se fait dans le pays voisin). Les jeunes doivent envoyer leur CV et lettre de motivation à l’avance pour une bonne préparation de l’atelier.
Vendredi 31 mars de 14h30 à Agentur für Arbeit. (salle Gleis 1. Gare de Kehl)
Pour les futurs apprentis de tous niveaux de 15 à 30 ans. 15 places par atelier
Inscriptions en ligne sur www.reussirsansfrontiere.eu



Comment ça marche ?
C’est concret : un parcours sur mesure qui finit sur une embauche
Rien de tel qu’un parcours en temps réel pour témoigner de la réalité des opportunités offertes par le marché du travail transfrontalier. Dans le cadre de la semaine « Réussir sans frontière », la Région Grand Est et la Maison de l’emploi de Strasbourg ont construit un parcours sur mesure pour 20 candidats à l’emploi transfrontalier.
Des ateliers de découverte à l’embauche en passant par les visites d’entreprises et la formation linguistique, en voici les étapes. Suivez le guide !

Du 27 au 31 mars - Une semaine de découvert
Avant de se lancer, les (futurs) apprentis et les demandeurs d’emploi ont une emaine pour découvrir les avantages (et les contraintes) de l’emploi transfrontalier. Car obtenir une place dans une entreprise, ça se prépare. Entre conférences, ateliers interculturels et rencontres avec les entreprises, la semaine « Réussir sans frontière » livre la feuille de route du candidat à l’emploi transfrontalier. Les visites d’entreprises constituent un moment-clé qui éclairent les jeunes sur l’environnement de travail, la qualité des postes proposés et les relations avec l’employeur.

Du 3 au 28 avril -Quatre semaines de cours d’allemand
Des compétences techniques associées à des connaissances linguistiques ouvrent en grand les portes des entreprises allemandes. C’est pourquoi la Région Grand Est et la Maison de l’emploi de Strasbourg organisent quatre semaines de cours d’allemand en session collective. Une formation pour se mettre à niveau ou se perfectionner.
L’approche interculturelle est mise en avant car aujourd’hui la notion d’ouverture est un atout pour les personnes en recherche d’opportunités qui souhaitent s’exporter et faire valoir leurs compétences. La connaissance du pays, ses us et coutumes, est tout aussi importante que l’apprentissage académique.

Les 29 et 30 avril - Rencontre avec 10 grands employeurs de l’Ortenau
À l’occasion de la Fête du Tram et de l’inauguration de la ligne Strasbourg-Kehl, 10 grands employeurs de l’Ortenau seront présents place de la Gare à Kehl. Chacun disposera d’un stand où les jeunes pourront déposer leur CV et leur lettre de candidature. Une rencontre en direct et un tremplin pour futurs apprentis et demandeurs d’emploi dans le cadre d’un événement festif et symbolique de la
proximité entre l’Alsace et l’Ortenau.

Les 12 et 13 mai - Rendez-vous avec plus de 300 employeurs allemands
La Berufsinfomesse constitue le grand Forum Emploi annuel du Pays de Bade. Il a lieu pendant deux jours à Offenbourg. Un rendez-vous incontournable plébiscité par les entreprises allemandes qui apprécient ces contacts spontanés complémentaires des outils numérique. C’est aussi un carrefour pour les postulants en prise avec les multiples offres d’apprentissage proposées sous un même toit.

Fin de parcours - 2 opportunités concrètes d’embauche pour chacun des 20 candidats à l’emploi transfrontalier.
Tous les événements en ligne sur www.reussirsansfrontiere.eu -
Renseignements et inscriptions : info@emploi360.eu



Strasbourg-Ortenau : l’emploi à 360°
Kehl, Offenbourg, Achern, Oberkrich, Lahr : à moins de 50 kilomètres de l’Alsace, l’Ortenau ouvre les portes de ses 20 000 entreprises, dont certaines comptent parmi des leaders mondiaux. Avec un taux de chômage à moins de 3,5 %, c’est l’une des régions les plus dynamiques d’Allemagne. Pour accompagner leur croissance, les entreprises recherchent des candidats dans tous les secteurs, à tous les niveaux de qualification.

Avec 14 partenaires français et allemands, la Maison de l’Emploi s’est donné pour objectif de rééquilibrer le marché de l’emploi dans l’Eurodistrict de Strasbourg-Ortenau en mettant en oeuvre un plan d’action à trois niveaux : des outils de communication attractifs pour valoriser les opportunités d’emploi dans l’Ortenau, une équipes dédiée au marché de l’emploi transfrontalier installée dans les missions locales du territoire et un réseau d’une vingtaine de référents de proximité formés aux questions de l’emploi transfrontalier, la mobilisation des employeurs de l’Ortenau via des échanges de bonnes pratiques et l’accompagnement à l’intégration des employés transfrontaliers.
Informations et offres d’emploi sur le site www.maisonemploi-strasbourg.org



« Ma vie d’apprenti en Allemagne » - À Karlsruhe, Michelin fait le pari de l’emploi transfrontalier
« Je suis fier d’avoir rejoint un leader mondial implanté à quelques kilomètres de chez moi pour y occuper un poste qualifié. » Sven Unser ne cache pas sa satisfaction d’avoir obtenu un contrat d’apprentissage chez Michelin à Karlsruhe.
Titulaire d’un Bac Pro « Maintenance des systèmes », il prolonge aujourd’hui cette formation par un BTS en alternance au CFA du Lycée Stanislas à Wissembourg et dans les ateliers de maintenance du spécialiste du pneu.
« C’est la formule idéale pour moi. Je voulais poursuivre mes études en France tout en approfondissant les aspects techniques en Allemagne. Car ce pays est la référence mondiale pour les systèmes de production. C’est vraiment un atout pour ma carrière d’effectuer la partie technique de ma formation outre-Rhin. Ici, on a trois fois plus de chance de trouver un job. Et lorsqu’on a intégré l’entreprise, on peut évoluer très vite.
Ce qui est primordial, ce sont les compétences techniques et le travail en équipe.
Les premières semaines, je les passe dans un atelier dédié aux apprentis où l’on apprend la technicité du métier : mécanique, électronique, pneumatique, hydraulique.
La formation fait aussi un focus sur le process d’identification des pannes et de réparation des machines. Ce volet est particulièrement intéressant chez Michelin et la mécatronique est une discipline très recherchée. En Allemagne, les techniques de fabrication sont complexes et évoluent très rapidement."
Le BTS en alternance, filière d’excellence
L’entreprise fait donc beaucoup d’efforts pour attirer et fidéliser des experts en mécatronique. » Sven Unser va évoluer pendant un an dans cet atelier conçu comme un incubateur de talents pour gagner de l’expérience.

« Nous insistons beaucoup sur l’apprentissage technique, confirme Anne Schalk,
responsable de la formation de l’entreprise.  Mais les apprentis ne sont pas dans une bulle. Ils sont intégrés à l’équipe et nous ne faisons pas de différence entre les employés. Les jeunes évoluent très vite et sont rapidement opérationnels. Il est vrai que la formation théorique française est solide,
notamment le BTS préparé en apprentissage. C’est une filière d’excellence dont le contenu correspond parfaitement à ce que nous recherchons : des profils experts capables de comprendre très vite les enjeux de l’entreprise et de travailler en équipe."

Sur ce point, la collaboration avec le CFA de Wissembourg est exemplaire. C’est un établissement très orienté vers l’apprentissage transfrontalier et nous échangeons beaucoup sur le contenu de la formation « Maintenance des systèmes ».
Une expertise très convoitée en Allemagne
À l’issue de la formation, ce sont de vrais spécialistes de la maintenance. Une expertise très convoitée chez nous. Après la phase d’apprentissage fondamental, les jeunes ont la possibilité de progresser en occupant des postes de chef d’équipe ou en intégrant les bureaux d’études. Les options et les passerelles sont multiples. Et chez Michelin à Karlsruhe, la barrière de la langue n’est pas insurmontable puisque 70 % de nos personnels sont francophones. »
L’entreprise, spécialisée dans la fabrication de pneus pour poids lourds, compte actuellement 700 employés et une cinquantaine d’apprentis, tous destinataires d’une promesse d’embauche à l’issue de leur formation. De son côté, Sven Unser peut envisager l’avenir avec confiance et poursuivre sereinement son parcours vers une Licence pro « Systèmes de maintenance », toujours en alternance chez Michelin.

Des enjeux et des objectifs partagés
Les partenaires s’engagent pour gagner le défi de l’emploi - Philippe Richert (Président de la Région Grand Est, ancien Ministre)
« Nous avons les moyens de créer un modèle pour tout notre continent »
« Le Grand Est est aujourd’hui la première région frontalière de France. Ce sont plus de six cents kilomètres de frontières que nous partageons avec la Belgique, le Luxembourg, l'Allemagne et la Suisse. C'est une réalité géographique. C'est surtout une chance dont il nous faut tirer pleinement parti.
Nous avons tout à gagner, en termes économiques, culturels, touristiques ou de formation, à créer une stratégie de développement à l'échelle de nos territoires et de notre région. Nous avons les moyens de créer un laboratoire de l'Europe intégrée, un modèle pour tout notre continent.
Dans les domaines de l’emploi et de l’apprentissage, nous avons d’ores et déjà une base solide sur laquelle nous pouvons nous appuyer à travers le programme « Réussir sans frontières ». Nous disposons d’une expérience commune de travail avec nos partenaires allemands que nous devons amplifier et reproduire sur tous nos territoires.
C’est tout l’objectif de ces journées et je me réjouis de voir que nos partenariats et nos initiatives puissent être mis en avant et ainsi inciter nos jeunes et nos moins jeunes à tenter l’aventure transfrontalière pour réussir !»

Helene Zimmermann (Référente formation professionnelle au Ministère de L’Economie, de l’Emploi et du Logement du Land Baden-Wurtemberg)
« Accentuer la visibilité des possibilités de formation transfrontalière »
« Pour nous, les objectifs du projet sont les suivants :
- Améliorer la visibilité des possibilités de formation transfrontalière et faciliter l’accès au marché de l’emploi transfrontalier aussi bien aux jeunes qu’aux adultes, à travers des mesures en apprentissage et en formation continue.
- Faciliter et soutenir la mise en place de contrats d’apprentissages transfrontaliers, en améliorant la transparence du système de formation, en accompagnant les candidats, en encourageant la rencontre entre candidats et entreprises.
- Concevoir et réaliser des mesures de formations continues transfrontalières adéquates.
- Informer et conseiller sur les possibilités d’apprentissage et de formation continue transfrontalières et améliorer les conditions locales, en soutenant les transports frontaliers par exemple. »

Ursula Breuer (Service de la formation professionnelle, de l’égalité des chances et des travailleurs qualifiés au Ministère de l’Economie, des Transports, de l’Agriculture et de la Viticulture du Land de Rhénanie-Palatinat)

«Notre engagement en faveur de la formation professionnelle transfrontalière est un jalon important»
« Grâce à l’Union européenne, l’Allemagne a connu une période de paix, de liberté et de prospérité inédite dans l’histoire. Par conséquent, il est nécessaire de donner sans cesse un nouvel élan à l’idée européenne et de promouvoir une Europe unie partout où nous en avons l’occasion. La Rhénanie-Palatinat salue ainsi une coopération étroite et les échanges transfrontaliers. Notre engagement en faveur de la formation professionnelle transfrontalière est un jalon important en ce sens.
De part et d’autre de la frontière, des jeunes gens – les travailleurs qualifiés de demain – bénéficient de la possibilité de connaître, tôt dans leur parcours, les méthodes et l’environnement de travail du pays voisin. Les premiers contacts dans le pays frontalier facilitent leur insertion sur le marché du travail et, plus tard, leur entrée dans la vie active de l’autre côté de la frontière. Parallèlement, les entreprises disposent d’un panel de candidats de plus en plus étoffé.
Ce programme contribue en outre à une meilleure compréhension des cultures concernées et des différents débouchés. Dans le cadre du développement des réseaux internationaux, les travailleurs qualifiés polyglottes ainsi formés contribuent grandement à améliorer la communication dans les zones frontalières. »

Isabelle Wolf (Rectorat-Académie de Strasbourg)
« Dans la continuité de la politique académique »
« Le programme « Réussir sans frontière » s’inscrit dans la continuité de la politique menée par l’Académie en faveur de l’apprentissage de l’allemand entamé dès l’école primaire, voire en maternelle pour les écoles bilingues. Il permet de toucher tous les publics, notamment les apprentis, les élèves de 3ème et 3ème Prépa pro ainsi que les élèves de lycées professionnels.
Leur cursus comprend en effet des projets de découverte du monde professionnel outre-Rhin, des semaines d’observation en immersion dans les entreprises allemandes ou encore des projets accompagnés et financés de mobilité individuelles ou collectives d’élèves scolarisés dans le dispositif Azubi-Bacpro. L’ouverture internationale est un axe fort de la politique académique et la mobilité des jeunes vers les entreprises du Bade-Wurtemberg participe de cette élévation des compétences en vue de leur employabilité. « Réussir sans frontière » est en tous points bénéfique : renforcement des compétences linguistiques, éveil à la mobilité, ouverture à la culture professionnelle du pays voisin, insertion professionnelle assurée pour les apprentis en Allemagne. »

Karl Boudjema (Chef de Bureau à l’Office Franco-Allemand pour la Jeunesse)
« La mobilité transfrontalière est une de nos priorités »
« Par son contenu et ses publics cibles – élèves, apprentis, demandeurs d’emploi – le programme  «Réussir sans frontière » correspond aux priorités de l’Office Franco-Allemand pour la Jeunesse. Il a un impact sur les participants en termes d’accès au marché du travail, ce qui donne un sens tout particulier à notre action. D’abord à destination des jeunes en recherche d’opportunités, « Réussir sans frontière » ouvre aussi un dialogue entre partenaires français et allemands et renforce structurellement la coopération entre les deux pays au niveau régional et national.
Le programme apporte aussi une visibilité supplémentaire à notre institution auprès des acteurs territoriaux. En tant que structure dédiée à la relation franco-allemande, l’OFAJ partage avec ses partenaires les enjeux de l’apprentissage transfrontalier. 
Un enjeu quantitatif d’abord : l’apprentissage transfrontalier doit toucher un nombre important de jeunes pour justifier l’engagement des partenaires.
Un enjeu qualitatif ensuite : la coopération nécessaire entre les systèmes de formation professionnelle français et allemand. Un enjeu politique enfin : favoriser l’emploi en élargissant l’horizon professionnel des jeunes français au marché du travail allemand. »

Cyprien Fischer (Responsable Pôle emploi Grand Est)
« Une nouvelle impulsion à l’emploi transfrontalier »
« Pôle emploi a pour mission d’accueillir, d’informer, d’orienter et d’accompagner les personnes à la recherche d’un emploi. Il est par conséquent naturel pour nous de chercher à faciliter la mobilité géographique et professionnelle dans cet espace ouvert et dynamique qu’est le Rhin Supérieur. L’emploi transfrontalier tendait à s’éroder depuis quelques années. Le travail en partenariat mené dans le cadre de ce programme nous permet de gagner en pertinence, en cohérence et en moyens d’action et de participer à l’impulsion d’une dynamique transfrontalière positive.
Notre objectif est clair et correspond à l’essence même de ce programme : permettre à chacun de profiter des opportunités d’emploi à travers la formation professionnelle et l’apprentissage. En y participant, nous souhaitons donner envie aux demandeurs d’emploi de travailler de l’autre côté de la frontière, leur faciliter l’accès aux offres d’emploi transfrontalier et, in fine, leur permettre de retrouver un emploi. »

Jean-Georges Mandon (Président de la Fondation Entente Franco-Allemande)
« En réponse à une nécessité économique »
« La Fondation Entente Franco-Allemande s’implique dans ce programme pour favoriser les échanges de jeunes en vue d’un marché de l’emploi et de la formation intégré dans cette grande région frontalière. Il nous semble essentiel que les jeunes Français aillent se former et travailler dans d’autres pays européens. Et il est tout aussi important pour les jeunes de découvrir d’autres modes de formation et d’autres pratiques professionnelles.
La FEFA, acteur des échanges franco-allemands, favorise la création de liens entre le monde des entreprises, le monde académique et la société civile des deux pays.
Notre ambition est de contribuer au rapprochement des deux systèmes de formation, de permettre aux jeunes français et allemands de s’approprier les possibilités offertes de part et d’autre du Rhin et de faire de la région francoallemande un exemple de coopération transfrontalière et européenne. Retenons aussi que l’emploi transfrontalier répond à une nécessité économique.
Faute de promouvoir cette approche commune, nous risquons de perdre jusqu’à 50 000 emplois à l’horizon 2030.
Compte tenu de la demande allemande en main d’oeuvre qualifiée et du niveau du chômage dans les régions frontalières françaises, cette intégration est un enjeu partagé. Le programme « Réussir sans frontière » met aussi en lumière la vitalité de l’apprentissage chez nos voisins qui ne peut que rejaillir chez nous. Le renforcement de l’image des métiers est un facteur d’équilibre social. »

Jean-Paul Bally (Chargé de l’inspection de l’apprentissage, délégué régional à l’ingenierie de formation à la Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt Grand Est)
« Un espace géographique de première importance pour l’avenir professionnel des jeunes »
« Le transfrontalier est un élément incontournable de l’apprentissage, d’ailleurs défini et encadré par le code du travail. L’apport du transfrontalier pour nos apprentis mais également pour nos CFA est évident, en termes de culture ou d’insertion professionnelle. C’est pourquoi la DRAAF a décidé de s’engager dans ce programme, affirmant ainsi son attachement au transfrontalier et son appui aux CFA agricoles.
Nous sommes dans un bassin d’emploi et de formation commun. Le Rhin Supérieur est un espace géographique de première importance pour l’avenir professionnel et social des jeunes. Dans des secteurs tels que le paysage ou les agrofournitures, les entreprises, de part et d’autre du Rhin, ont développé de nombreux partenariats.
Pour les apprentis, un volet transfrontalier dans le cursus de formation constitue un atout capital pour son insertion future. »


Chiffres clés
Le programme « Réussir sans frontière » s’appuie sur un budget de
4 millions d’euros sur trois ans – du 4 janvier 2016 au 31 décembre 2018.


Le projet est porté par 8 co-financeurs…
Région Grand Est, Ministerium für Wirtschaft, Arbeit und Wohnungsbau Baden- Wurtemberg, Ministerium für Wirtschaft, Verkehr, Landwirtschaft und Weinbau Rheinland-Pfalz, Fondation Entente Franco-Allemande, Rectorat Académie de Strasbourg, Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt d’Alsace, Pôle Emploi, Office Franco-Allemand pour la Jeunesse
…Et 25 partenaires associés
Agentur für Arbeit (Karlsruhe, Freiburg, Offenburg, Landau, Lörrach), Chambre de Commerce et d’industrie de Région Alsace, Chambres des Métiers de Région Alsace, Chambre régionale d’Agriculture d’Alsace, Eurodistrict Pamina, Eurodistrict Strasbourg Ortenau, Handwerkskammer Freiburg, Karlsruhe, Konstanz, Handwekrskammer der Pfalz, Karlsruhe, Hochrhein-Bodensee, Südlicher Oberrhein, Landwirtschaftskammer der Pfalz, Regionaldirektion Baden-Würtemberg der
Bundesagentur für Arbeit, Regionaldirektion Rheinland-Pfalz-Saarland der Bundesagentur für Arbeit, Regierungspräsidium Freiburg, Regierungspräsidium Karlsruhe, Technologie Region Karlsruhe, Maison de l’Emploi et de la Formation Strasbourg Ortenau
Basé sur un cofinancement européen Interreg V, « Réussir sans frontière » est soutenu à 50 % par le Fonds européen de développement régional (FEDER).
Source : Dossier presse Réussir sans frontières



About RICO richard

This is a short description in the author block about the author. You edit it by entering text in the "Biographical Info" field in the user admin panel.
«
Next
Article plus récent
»
Previous
Article plus ancien