20 avr. 2015

ARIA Alsace 2015 à 2017 : Cap sur l'innovation !

L’industrie alimentaire n’est pas à prime abord considérée comme un secteur stratégique de pointe, en termes de hautes technologies. Et pourtant, elle constitue  le 1er secteur industriel de France et la 2ème activité industrielle d’Alsace

Les grands défis de demain sont légion : alimenter une planète surpeuplée de 9 milliards d’habitants, adapter l’alimentation aux besoins d’une population vieillissante dans les pays développés ou très jeune dans les pays en croissance. Alimentaires, sociétaux, territoriaux… les enjeux majeurs de la filière sont multiples !

Face à ces mutations profondes, l’Association Régionale de l’Industrie Alimentaire (ARIA) d’Alsace entend positionner, au coeur de ces préoccupations, sa région qui dispose de nombreux atouts et apporter des réponses crédibles à ces nouveaux défis. Depuis 2008, ses nouvelles orientations lui confèrent une réelle dimension pionnière, à l’échelle européenne, avec le soutien de la Région Alsace et de l’Etat (DRAAF).

Dans le cadre du Plan de dynamisation de son économie, la Région Alsace a confié à l’ARIA la mission de faire progresser l’industrie alimentaire, identifiée comme secteur clé de son économie régionale, au travers de 2 axes majeurs : l’innovation et le déploiement international. L’Etat, au travers de la DATAR et de la DRAAF, puis l’Europe, au travers du FEDER, l’ont par ailleurs accompagné cette démarche.

L’ALSACE, RÉGION PIONNIÈRE !

La période 2008-2013 a non seulement permis d’établir un état des lieux de cette industrie majeure pour le territoire, mais surtout de développer des actions collectives dans les domaines de l’innovation et de l’internationalisation. Celles-ci ont été menées en partenariat avec Alsace Innovation et la CCI Alsace, direction export et de l’industrie et ont été renforcées par des accompagnements individuels d’entreprises.
Au total, plus de 120 industries ont pu bénéficier de ces dispositifs en matière d’innovation, plus de 20 de diagnostics export et plus de 150 d’actions collectives à l’international (salons et missions de prospection). Notons qu’elles ont investi plus de 410 millions d’euros dans leur outil de production en Alsace sur la même période.
Considérée comme « petit territoire » géographique, l’Alsace est pourtant la 8ème région alimentaire de France et certainement l’une des plus actives à l’international. L’Industrie alimentaire représente 9% du volume total des exportations de la région, la moyenne nationale étant de 7%.

Deux axes stratégiques


A partir de 2013, la Région Alsace a lancé une grande concertation pour élaborer la SRDEII, sa Stratégie Régionale de Développement Economique, d’Innovation et d’Internationalisation dans le cadre de sa démarche prospective Alsace 2030. L’Etat a mis en place un Comité Stratégique de Filière Alimentaire en 2013, dont l’Alsace a été la première région à mettre en place sa déclinaison régionale.
Les deux axes structurants sont :
  • l’innovation, en lien avec la S3 (« Smart Specialization Strategy ») de l’Union Européenne,
  • le développement des entreprises à l’international, en lien avec le Plan Régional d’Internationalisation des Entreprises (PRIE).

2015 A 2017 : DEUX PROJETS MAJEURS

L’ARIA Alsace a rédigé sa feuille de route en intégrant les objectifs prioritaires de la SRDEEI et de la S3 qui, en alimentaire, est « la prévention nutritionnelle ». Afin d’atteindre ses objectifs avec la plus grande efficacité, l’ARIA a conduit en 2014 les études de faisabilité de 2 grands projets dans l’Axe Innovation :
  •  La création d’un « FoodLab », accélérateur de l’innovation alimentaire,
  • Un état des lieux du niveau d’industrialisation des entreprises du secteur, sur la base de la méthode SMA (Systèmes Manufacturiers Avancés).
Dans la perspective du projet national La Nouvelle France Industrielle, l’Alsace pourrait devenir région pilote sur l’Usine Alimentaire de demain et ainsi confirmer son leadership dans ce domaine.
L’ARIA Alsace a par ailleurs étendu son partenariat avec la CCI Alsace, via la création d’un observatoire de l’industrie alimentaire, opérationnel début 2015, et une démarche de sensibilisation des entreprises alimentaires aux différents piliers du Développement Durable. Ce volet d’avenir est de plus intégré dans le nouveau plan stratégique à l’Axe « Usine alimentaire du futur ».

Cet observatoire des IAA permettra d’établir un « point zéro » sur tous les indicateurs, et ainsi d’évaluer l’impact du plan d’actions 2015-2017. Au terme de cette feuille de route, programmée à 3 ans, l’ARIA Alsace mettra en relief les résultats des initiatives mises en oeuvre pour encourager la progression et la compétitivité du secteur alimentaire.

Horizon 2017 | Objectifs

Nourrir la compétitivité !
Dans les trois années à venir, l’ARIA Alsace ambitionne de conduire la filière alimentaire alsacienne au niveau le plus haut de la performance industrielle. Sur sa feuille de route 2015-2017, elle s’est fixée la double finalité de :
  • consolider la compétitivité des entreprises,
  • accroître leurs investissements dans la RetD et outil de production
Dans le cadre de ce plan de développement stratégique, plusieurs objectifs ont été déterminés :
  • Hisser l’Alsace au Top 5 des régions alimentaires françaises,
  • Augmenter de 5% le chiffre d’affaires du secteur,
  • Créer le 1er Food-cluster européen,
  • Recruter 30 nouveaux adhérents Transformateurs et équipementiers en priorité,
  • Créer 1 000 nouveaux emplois,
  • Qualifier 200 jeunes dans les domaines de compétences d’avenir à l’aide du Contrat d’Objectifs Formation signé en 2014 avec la Région Alsace,
  • Lancer 50 produits innovants dans la prévention nutritionnelle,,
  • Augmenter de 3 points la part de dépenses de RetD des IAA,
  • Accroître de 10% les investissements dans l’outil de production grâce à « l’Usine alimentaire de demain »
AXE STRATÉGIQUE N°1 - Le FOOD Studio - Accélérateur de l’Innovation alimentaire

Le tissu de l’Industrie Alimentaire alsacien compte parmi les plus éclectiques de France, tant par la taille des structures (Filiales internationales, PME familiales, ETI, coopératives) que par les typologies de produits (de l’apéritif au digestif, sans oublier les produits céréaliers ou dédiés au petit-déjeuner).

En Alsace, le poids des entreprises de moins de 10 salariés est le plus important de France, bien que le secteur alimentaire régional compte 17 ETI. Trop peu de ces acteurs économiques disposent des ressources internes ou de départements dédiés à la RetD. Par nature, les industries alimentaires produisent davantage qu’elles ne recherchent. Les innovations proviennent, pour la plupart, des nécessaires adaptations à l’export ou à la demande des clients (GD voir RHF).

Encore faut-il qu’elles aient connaissance des tendances émergentes de leur secteur... Faute de moyens nécessaires pour acquérir les études prospectives de leur segment de marché, bon nombre d’entreprises peinent à identifier les comportements émergent de leurs consommateurs…

FOOD Studio - Plateforme d’innovations
Depuis 2011, plusieurs actions collectives et individuelles ont été réalisées afin de consolider et de structurer la stratégie d’innovation des industries alimentaires. En 3 ans, 27 entreprises ont pu structurer leur stratégie d’innovation, au travers du programme NOVIAA conduit par l’ARIA Alsace.
Principale composante du plan stratégique de l’ARIA Alsace, le FoodLab, désormais FOOD Studio, incarne une démarche unique en France, résolument tournée vers l’avenir. Il a vocation à proposer un accompagnement global, de la conception jusqu’à la mise sur le marché de produits innovants, en s’appuyant sur la force collective de divers spécialistes partenaires, avec pour seul crédo : répondre aux nouvelles tendances de consommation ! Sa zone de chalandise est nationale et transfrontalière. Il se destine à rendre l’innovation de la filière alimentaire plus efficiente et compétitive, à créer plus de valeur ajoutée et d’emplois et à s’implanter durablement à échelle mondiale.
En 2014, l’ARIA Alsace a mené une étude de faisabilité permettant de lister l’ensemble des prestations marketing et techniques dont les entreprises ont besoin pour lancer leurs produits de manière optimale, en augmentant leurs chances de succès sur le marché.
En 2015, le FOOD Studio entre à présent dans sa phase opérationnelle et expérimentale. Au fil des mois, ce nouvel outil sera perfectionné et complété, selon les besoins détectés ou exprimés par ses utilisateurs. 
Cette première phase permettra :
- d’éprouver commercialement l’offre de services dispensés par les prestataires habilités
- d’élaborer un modèle économique efficient
- de prévoir l’installation de plateaux techniques sur le territoire

D’ici 2017, pour sa phase d’exploitation, le FOOD Studio deviendra autonome et s’installera dans un lieu unique. Il abritera alors tous les équipements nécessaires aux industriels et sera doté d’un « restaurant d’étonnement ».

2015, amorçage d’un programme ambitieux
Timothée VERRIER, Chef de Projet de l’ARIA Alsace, constitue le point d’entrée du FOOD Studio. A ses côtés, Fabrice ROY, en charge de l’étude de faisabilité préliminaire, intervient dans l’élaboration du modèle économique du FOOD Studio.

Tous deux ont la charge de mener en 2015 diverses missions majeures :
  • Etoffer l’offre de services, sous l’égide d’un comité d’experts indépendant,
  • Tester la viabilité des prestataires,
  • Concevoir les outils de communication du FOOD Studio,Commercialiser les services du FOOD Studio,
  • Elaborer le meilleur Business modèle

A fin 2015, l’ARIA Alsace s’est fixée l’objectif de commercialiser 30 offres et de transformer au moins 10 projets d’accompagnement en produits innovants. Les premiers résultats et ébauches du modèle économique devraient être présentés début 2016.

Pour y parvenir, plusieurs leviers et domaines d’application ont été identifiés pour assurer le succès du FOOD Studio :
Programme NOVIAA -4 : « 9 mois pour mettre un nouveau produit sur le marché » ! Ce programme, lancé en 2012, a été adapté au profit du FOOD Studio. Son rôle est d’assurer le recrutement annuel de 10 entreprises pouvant suivre le processus d’innovation, dispensé par l’ARIA Alsace sur 3 ans.
Conférences du Laboratoire de Tendances : Le FOOD Studio initiera 3 à 4 conférences annuelles autour des évolutions et nouveaux modes de consommation (par-exemple : alimentation des seniors ou prévention nutritionnelle).

Plateforme de veille
Le FOOD Studio se positionne comme la source principale de détection des aides à l’innovation. Un système d’alerte sera mis en place, en prolongation du projet en cours avec COGITO et dans le cadre du partenariat de l’ARIA Alsace avec Alsace Innovation.
Laboratoires de RetD : En étroite collaboration avec la SATT-Conectus, le FOOD Studio référence les principaux laboratoires de recherche susceptibles d’accompagner les industries alimentaires dans leurs travaux de recherche.
Un restaurant d’étonnement : Des soirées gustatives seront programmées autour d’un thème, en partenariat avec les groupements d’hôteliers-restaurateurs, afin de faire découvrir et de tester les produits innovants de la filière. Ce levier a obtenu le meilleur score lors de l’étude de faisabilité du FOOD Studio en 2014. A terme, le restaurant pourrait devenir permanent, dans un local indépendant.
Innovations commerciales : Le FOOD Studio livrera des outils pour diversifier les circuits de distribution, notamment à destination de cibles spécifiques telles les seniors ou les enfants. Il s’agit de mettre en relief des approches inédites

2016, année de professionnalisation
Au terme d’une première année d’amorçage, le FOOD Studio entrera dans une étape charnière de son développement. Après analyse des premiers résultats et performances, l’ARIA Alsace aura la responsabilité de structurer la démarche et d’assurer sa pérennité. Le FOOD Studio sera alors agrémenté de nouveaux services :
 Prestations techniques : Le FOOD Studio complétera les prestations techniques absentes du territoire alsacien. Il répondra à ces carences en proposant des services inexistants ou trop éloignés, et pourtant stratégiques pour les entreprises.
 Cellule de crise : Le FOOD Studio proposera par ailleurs un service d’accompagnement dans la gestion de crises sanitaires ou en lien avec les réglementations nutritionnelles susceptibles de provoquer des mouvements d’opinion. De manière préventive, plusieurs formations collectives seront dispensées pour faire face et mieux réagir en de telles situations. Le FOOD Studio assurera en outre un conseil personnalisé en cas de survenance d’une éventuelle crise.
 Pilote industriel : Le FOOD Studio se destine à accompagner les entreprises dans leur processus d’industrialisation. Il veillera au bon déroulement de ces phases stratégiques au lancement de nouveaux produits. Il s’agit de s’assurer de leur bonne conformité à la sortie des chaînes de production par rapport aux projets établis en laboratoire, tant sur le plan gustatif qu’en termes de préservation des qualités nutritionnelles et organoleptiques.

Ce projet sera établi en lien étroit avec le volet « Usine Alimentaire de demain ». Industriels et équipementiers, fortement sollicités, travailleront de pair afin de créer les outils de production d’avenir.
Laboratoire virtuel : Le numérique doit être au coeur de l’Industrie alimentaire ! Le FOOD Studio déclinera les technologies numériques les plus innovantes, pour produire des prototypes en 3D par exemple.
Incubateur de start-ups : Avec la contribution et le soutien de l’incubateur SEMIA, le FOOD Studio proposera ses prestations aux jeunes entrepreneurs afin de les aider à développer et optimiser leur projet de création dans le secteur alimentaire.

2017, âge de maturité
Au terme des 2 premières années, le FOOD Studio entrera dans sa phase d’exploitation. Tous les feux seront au vert pour que le projet prenne son envol ! La structure s’installera dans un lieu physique indépendant, dont le contenu et les aménagements respecteront les besoins détectés et éprouvés par les industriels et chercheurs. Le modèle économique, alors affiné, déterminera la structure juridique et financière du FOOD Studio, dont la vocation est de s’autofinancer.
Pour l’heure, l’ARIA Alsace s’est portée candidate pour obtenir la labellisation Bronze ou Golden Cluster afin d’obtenir des financements européens d’aide à la création du 1er Food-cluster européen (FEDER et/ou INTERREG V).


AXE STRATÉGIQUE N°2 - L’Usine alimentaire de demain

En complément du FOOD Studio, le projet « Usine alimentaire du demain » s’inscrit dans le plan national « Usine du futur » parmi les 34 initiatives retenues pour la «Nouvelle France industrielle». Ce plan de modernisation industrielle concerne l’ensemble des entreprises alimentaires, quel que soit leur taille et spécialité.

En 2014, sous la conduite de Jean-Paul BREGER, ancien responsable de la sous-traitance en PME chez Mars Alimentaire, l’ARIA Alsace a dressé un état des lieux du niveau d’industrialisation des entreprises alimentaires alsaciennes. Grâce à cette cartographie, les enjeux stratégiques et collectifs du secteur ont été identifiés. Ces orientations visent naturellement l’optimisation, la compétitivité et l’excellence industrielle.

SMA - Détecter les améliorations fondamentales
Sous les recommandations de Jean-Paul BREGER, l’ARIA Alsace a instauré une méthodologie remarquable pour réaliser cette enquête : sur le principe du SMA - Systèmes Manufacturiers Avancés. Ce concept, transposable à d’autres secteurs d’activité, repose sur un ensemble de technologies, d’outils et de procédés de fabrication de dernière génération, dédiés à la performance, la rationalisation et l’homogénéisation.  Il respecte 5 piliers pour un système de production optimal :
Systèmes et procédés de fabrication agiles
 Gestion fluide du cycle de production
 Priorité aux Hommes
 Réseaux de fabrication collaboratifs
 Clients acteurs du système

Un guide d’entretien a été produit des suites de l’analyse détaillée de cette méthode prospective. 28 entretiens ont été réalisés en 2014 auprès d’un panel d’industries représentatives. Un diagnostic approfondi des résultats a permis d’identifier les faiblesses de l’industrie alimentaire alsacienne. Trois axes stratégiques collectifs ont alors été mis en exergue : l’efficience, l’engagement et l’ouverture !

FUTURIAA pour moteur !
Afin d’actionner le projet « Usine alimentaire de demain », l’ARIA Alsace a initié le programme d’accompagnement FUTURIAA. Ce dernier incarne la mise en application des 3 axes stratégiques identifiés par la méthode SMA. Il intervient dans la réorganisation fondamentale et durable de l’entreprise et de son process de production.
Programmé sur 3 ans, FUTURIAA se matérialise par l’implication de 3 consultants, chacun expert d’un des 3 enjeux d’avenir. Chaque année, dédiée à un axe stratégique, s’orchestre autour de 4 séminaires collectifs, entrecoupés de journées individuelles d’accompagnements.
3 ans pour tendre vers l’excellence :
Première année : Année de transformation, pour intégrer des bases organisationnelles solide et évolutive.
Deuxième année : Année de progression, pour se moderniser et s’automatiser
Troisième année : Année de maîtrise, pour entrer dans une démarche poussée d’intégration de nouvelles technologies
Au travers du programme FUTURIAA, l’ARIA Alsace projette d’accompagner 10 à 15 entreprises par an dans cette démarche.
Partager pour avancer !
Tournée vers l’avenir, l’ARIA Alsace prévoit par ailleurs de sensibiliser et d’aider les entreprises au partage de la connaissance. Ainsi, plusieurs conférences thématiques sont envisagées au travers d’interventions et de visites d’usines exemplaires, liées ou non au monde de l’alimentaire. Il s’agit de dépasser les frontières tant territoriales que du savoir pour porter collectivement la filière vers l’excellence !
En route pour l’industrie alimentaire du futur, l’Alsace en tête !
Source : Dossier Presse ARIA Alsace

EN SAVOIR PLUS :

ARIA Alsace - A propos
Labellisée grappe d'entreprises, l'Association Régionale des Industries Alimentaires (ARIA) Alsace défend, depuis plus de vingt ans, les intérêts des entreprises alimentaires et fédère les producteurs et industriels alsaciens. Elle assure la promotion du savoir-faire et des produits régionaux en France et à l'international, notamment à travers la marque bannière «Savourez l'Alsace , qui recense plus de 1 500 références accréditées.
Fondée en 1994, l’ARIA défend les intérêts économiques, industriels et commerciaux des entreprises alimentaires alsaciennes, assure par ailleurs leur représentation auprès des pouvoirs publics, administrations et instances régionales.

Présidée par Manou Heitzmann-Massenez depuis 2006, l’ARIA bénéficie d’un nouveau plan de dynamisation qui s’inscrit dans une démarche de développement économique régional cofinancée par l’Europe, l’Etat et la Région Alsace.
www.aria-alsace.com