3 juin 2014

Contrat d’objectifs des Métiers des Industries agroalimentaires : Lancement d’une réflexion collective sur les besoins en formation professionnelle jusqu’en 2018 !

Philippe Richert, Président du Conseil Régional d’Alsace, Ancien Ministre, Jacques-Pierre Gougeon,  Recteur de l’Académie de Strasbourg, Daniel Mathieu, Directeur Régional de la DIRECCTE représentant le Préfet de région, Danièle Utard, Chef du Service Régional de la Formation, du Développement et de l'Emploi de la Direction Régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt (DRAAF) d’Alsace, et Charles Philipp, Président de la Commission Ressources Humaines, administrateur de l’Association Régionale des Industries Alimentaires (ARIA) Alsace, en charge des questions de formation, ont signé le premier contrat d’objectifs des Métiers des Industries agroalimentaires 2014-2018,  lundi 2 juin dernier, à Hochfelden.
Cette signature s’est déroulée dans les locaux de la Brasserie Météor, en présence de Martine Caldéroli-Lotz, Vice-Présidente du Conseil Régional, Présidente de la Commission Formation Professionnelle Continue, et de Michel Haag, Président Directeur Général de Météor.

D’une durée de cinq ans, le contrat d’objectifs des Métiers des industries agroalimentaires est piloté par la Région, en partenariat avec l’Etat et l’ARIA Alsace. Afin de développer les compétences dans le domaine des industries agroalimentaires et d’anticiper les évolutions du secteur en termes d'emploi et de formation, quatre priorités ont été définies :
1. observer les métiers et les compétences en Alsace et identifier les besoins des entreprises pour y ajuster l’offre de formation initiale et continue,
2. promouvoir les métiers et les carrières par une information maîtrisée, en mobilisant les professionnels du secteur et en sensibilisant les réseaux d’orientation aux réalités des métiers,
3. répondre aux besoins du secteur par une formation initiale adaptée, en favorisant la mixité des publics et en luttant contre l’abandon des formations,
4. adapter les compétences des actifs du secteur, en sécurisant les parcours, notamment pour les publics fragilisés.
Ces orientati
ons sont déclinées en 11 actions opérationnelles, dont la mise en oeuvre et le suivi seront assurés par les signataires et leurs partenaires associés.


Les métiers des industries agroalimentaires représentent le 2ème secteur industriel d’Alsace après l’industrie automobile. Ils regroupentb plus de 14 000 salariés dans 350 entreprises, soit 2,8% du secteur marchand et 11,15% de l’emploi industriel en région. 
Ces salariés sont répartis principalement dans l’industrie alimentaire (77%) et la fabrication de boissons, en particulier les bières (23%).
Près de 2 200 jeunes suivent une formation dans les métiers des industries agroalimentaires, tous niveaux confondus, pour un taux d’insertion de 75% (supérieur à la moyenne régionale tous secteurs, soit 63%).

Les contrats d’objectifs : développer la qualité de la formation et l’emploi
La Région Alsace a lancé, en collaboration avec l’Etat et les branches professionnelles, une démarche de contrats d’objectifs qui s’inscrit dans le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles (CPRDFP), signé en juin 2011.
Ces contrats sont destinés à définir des objectifs communs et des projets partenariaux afin de répondre aux enjeux régionaux en termes d’emploi et de formation pour un secteur donné. La démarche des contrats d’objectifs devrait couvrir, à terme, près de 55% des actifs alsaciens, soit plus de 400 000 personnes.

En plus du domaine des industries agroalimentaires, quinze secteurs font actuellement l’objet d’une démarche de contrat d’objectifs en Alsace :
- douze contrats sont actuellement mis en oeuvre : les métiers de bouche, de l’hôtellerie-restauration, de la coiffure et de l’esthétique, de la propreté, du sport et de l’animation globale, du secteur sanitaire et social, de l’agriculture et du paysage, de la chimie, du BTP, de la métallurgie, des transports routiers et de la logistique ainsi que les services à l’automobile,
- trois contrats sont en cours de renouvellement : la plasturgie, les métiers artisanaux de la métallerie et de la mécanique générale et la filière « bois ».
Source : Communiqué de presse Région Alsace

EN SAVOIR PLUS :

Le Contrat d’Objectifs des métiers Des Industries Agroalimentaires : 4 priorités - 11 actions

Au travers de ce contrat les signataires affirment la reconnaissance du lien étroit entre emploi et formation, le rôle essentiel de la formation et de la qualification pour l’évolution professionnelle des femmes et des hommes, la sécurisation des parcours des actifs et la compétitivité des entreprises. Ils inscrivent leurs actions en référence aux orientations des politiques publiques et aux enjeux du secteur professionnel.

PRIORITE 1 - Développer l'observation des métiers et des compétences en Alsace pour y adapter l'offre de formation initiale et continue 
1‐ Consolider les données socio‐économiques du secteur, identifier les besoins en compétences actuels et futurs pour répondre aux défis de la profession et adapter l’offre de formation initiale et continue.
Améliorer l’identification des besoins en compétences et en formations pour mieux adapter les flux et contenus de formations et mieux définir les orientations stratégiques en ressources humaines des industries agroalimentaires d’Alsace.
2‐ Identifier et analyser l’offre de formation spécifique et connexe existante
Investir la dimension quantitative (analyse des flux en matière de formation initiale et continue) et qualitative pour adapter l’offre de formation aux défis actuels et futurs de la profession.

PRIORITÉ 2 - Promouvoir les métiers e les carrières
3‐ Diffuser une information maîtrisée, réaliste et valorisante des métiers et carrières
Clarifier l’environnement de l’usager dans sa démarche d’orientation ou de reconversion, valoriser les outils existants, et les articuler au mieux pour favoriser leur visibilité. Mobiliser les séquences d’observation et périodes de stages de découverte .
4‐ Mobiliser les employeurs et les professionnels du secteur sur les questions de l’orientation
Un véritable réseau de professionnels volontaires pour participer bà l’orientation sera constitué et mobilisé pour témoigner et pour permettre à chacun de découvrir l’exercice du métier dans son environnement. Ils contribueront à l’amélioration de l’accueil des scolaires, des jeunes et d’adultes lors des périodes de stages de découverte des métiers ou parcours d’information et d’orientation.
5‐ Sensibiliser, former et informer les professionnels de l’emploi et de l’orientation sur les réalités des métiers
Des formations et actions d’informations seront proposées à ces professionnels pour renforcer leur connaissance des métiers et carrières dans ce secteur, afin qu’ils puissent transmettre une information complète et objective sur les métiers, les formations, les certifications, les débouchés, les possibilités de carrières…

PRIORITÉ 3
- Répondre aux besoins actuels et futurs du secteur par la formation initiale
Une convention d’application, véritable outil de pilotage de la formation, déterminera les priorités en matière de formation professionnelle du secteur et l’articulation des dispositifs et des moyens pour répondre aux besoins en compétences préalablement identifiés.
6‐ Répondre aux besoins du secteur et à l’évolution des compétences par une formation initiale adaptée en
privilégiant la concertation des différents acteurs
Adapter l’offre de formation au regard de la réalité des emplois et de l’évolution des métiers et viser l’accès à de réelles possibilités d’insertion pour chaque individu.
7‐ Engager une réflexion transversale aux métiers de ’industrie et exploiter les capacités de formation
(équipements, ressources humaines…)
Organiser l’offre de formation initiale afin qu’elle puisse répondre aux besoins de main d’oeuvre qualifiée des entreprises des domaines industriels en mutualisant les moyens, favorisant la mixité des publics et en tenant compte d’une cohérence entre les voies de formation ;adapter les formations industrielles aux spécificités des Industries Agroalimentaires.
8‐ Favoriser la relation entre l’entreprise et le jeune, développer l’alternance (apprentissage, stages obligatoires ou contrats de professionnalisation) et lutter contre les abandons
Développer l’alternance et améliore la qualité de la formation dans les entreprises et dans les établissements de formation régionaux pour préparer les apprenants aux réalités des entreprises du secteur et favoriser leur insertion professionnelle dans les industries agroalimentaires.

PRIORITÉ 4 - Adapter les compétences des actifs du secteur
La mise en oeuvre de cette priorité s’appuie également sur la convention d’application de ce COT qui détaillera l’engagement de chaque partenaire dans la formation continue.
9‐ Développer des parcours articulés et adaptés aux demandeurs d’emploi et aux besoins des entreprises
Développer des parcours adaptés aux profils des apprenants et aux besoins en compétences identifiés par les entreprises et renforcer le maillage territorial de l’offre de formation continue basé sur une bonne articulation des aides et des formations proposées.
10‐ Sécuriser le parcours professionnel des actifs les plus fragilisés
Renforcer les compétences des salariés les plus fragilisés (seniors, salariés de bas niveaux de qualification…) et sécuriser les parcours des saisonniers, des travailleurs handicapés et des salariés des structures d’insertion par l’activité économique.
11‐ Favoriser le développement des compétences des actifs, les parcours et les carrières
Valoriser et développer les compétences des actifs pour permettre à chacun d’élever son niveau de compétences et de qualification, faciliter les évolutions professionnelles, fidéliser les salariés, et répondre aux exigences du marché , aux mutations économiques et aux enjeux environnementaux.