10 juin 2014

C’est la 10ème édition du Festival Summerlied ! (1)

Dans une ambiance magique en lisière de forêt d’Ohlungen, en Alsace du Nord, la 10ème édition du Festival Summerlied offre une programmation unique, associant la richesse de la création artistique autour du dialecte à la venue d’artistes de renommée internationale. Musique, mais aussi chants, danses et contes d’Alsace et d’ailleurs seront au rendez-vous, pour cinq journées et soirées festives.

Festival régional aux têtes d’affiche internationales, le Festival Summerlied offre un voyage musical festif au coeur des traditions et du folk. La journée, spectacles et animations emmènent le public (re)découvrir le dialecte alsacien, puis à la nuit tombée, artistes internationaux et nouvelle scène alsacienne embarquent pour des destinations inédites.

Première étape aux accents celtiques avec TRI YANN et AVALON CELTIC DANCES mercredi 13 août. 
 Jeudi 14 août, la Clairière résonnera des chants polyphoniques corses d’I MUVRINI, accompagnés par 300 voix franco-allemandes. 
Vendredi 15 août, NY MALAGASY ORKESTRA offrira le meilleur du patrimoine musical de Madagascar, puis Goran BREGOVIĆ et son orchestre des mariages et des enterrements fera bouger le public au son des musiques balkaniques le 16 août. 
Enfin, dimanche 17 août, retour en Alsace pour Wïldi Stïmme, le Rendez-vous des voix sauvages de MATSKAT, la création Summerlied 2014 qui fait groover l’alsacien entre chants, danse et comédie pour une inoubliable soirée de clôture.

Au coeur de ce festival authentique et chaleureux : dialecte, bilinguisme et oralité !
Le Festival Summerlied met sur le devant de la scène la richesse des répertoires traditionnels et la pluralité des expressions artistiques régionales, avec plus de 70 spectacles et animations autour du dialecte.
Dans les pages qui suivent, vous trouverez toutes les informations concernant le festival, ses origines, ses différents espaces, sa riche programmation et ses innovations...
Que la fête commence !

Le Festival Summerlied, c’est… Trois questions à Jacques Schleef, directeur du Festival Summerlied !

1. Quel bilan tirez-vous de votre action, avant cette 10ème édition de Summerlied, pour populariser et promouvoir la tradition orale, la musique et le chant alsaciens ?
En lançant notre festival en 1997, nous avions des idées mais nous ne savions bien sûr pas si nous serions encore là vingt ans plus tard ! Notre existence sur la scène culturelle alsacienne, alémanique et francique est un acquis positif. Bien sûr nous avons connu des millésimes plus difficiles mais le “trend” est dorénavant favorable, avec un frémissement qui reste à confirmer, parmi les jeunes, pour la pratique du dialecte. Dans une société globalisée, il ne s’agit pas de la défense d’une identité folklorique mais d’un enjeu politique. Nous sommes heureux d’avoir apporté notre contribution à cette prise de conscience. Il reste beaucoup à faire pour abattre les préjugés, développer le marché de la musique régionale et prendre les mesures de soutien public nécessaires.

2. Comment comptez-vous assurer le relais entre tradition et modernité dans l'univers artistique alsacien tout en préservant l'authenticité du patrimoine régional ?
Je me méfie un peu de cette formule qui évoque une rupture ou comme disent les économistes, un effet de seuil... Je préfère parler de croissance ou de développement du patrimoine culturel régional qui doit s’enrichir sans s’enfermer dans un « musée linguistique » ou une « réserve musicale » ! Nous plaidons donc pour de nouvelles initiatives notamment dans le domaine de la formation mais aussi de la création et la diffusion des oeuvres anciennes et contemporaines. Pour éviter que la ou les langues régionales ne deviennent des langues mortes ou « rituelles » comme c’est le cas pour le Breton, par exemple... Le breton est chanté lors des manifestations sportives mais est-il encore parlé ? Nous parions sur les nouvelles générations pour faire bouger l’Alsace : c’est tout le sens du spectacle « Wïldi Stïmme - Le Rendez-vous des Voix Sauvages » que présentera Matskat cette année. Il faut mettre le « Elsass sound », « la couleur alsacienne », à la mode, les réseaux sociaux feront le reste !

3. Le festival prenant de plus en plus d'ampleur, comptez-vous le "dupliquer" ailleurs en Alsace ?
Summerlied n’est pas une plante en pot que l’on déplace au gré des envies ou de
la luminosité de la pièce ! Le Jazz envisage-t-il de quitter le petit village de Marciac ? L’Interceltique de Lorient doit-il déménager à Brest ? Ce qui me semble important par contre est de développer l’envie d’Alsace, de faire en sorte que le musique et la chanson alsaciennes soient de réels marqueurs de notre terroir/territoire. Cela passe par des partenariats, avec Strasbourg pour la formation par exemple, mais aussi avec les autres acteurs de l’activité musicale en Région.
Dans cet esprit, nous continuerons à nouer des partenariats avec d’autres lieux et d’autres porteurs de projets d'Alsace et au-delà, pour permettre à nos artistes d’y jouer et de promouvoir notre musique et nos valeurs. Nous espérons pouvoir dans un proche avenir être présent à Paris et dans les principaux festivals d’été... Mais nous nous interrogeons aussi sur l’impact de la réforme territoriale sur nos projets...
Grâce au talent des auteurs-compositeurs-interprètes qui s’y produisent, Summerlied possède plein d’atouts que nous mettons en oeuvre avec tous ceux qui sont prêts à s’engager avec nous.
Pour l’Alsace ! Fer’s Elsass !


Les chiffres-clés 2012-2014
En 2012, ce sont 17 000 festivaliers qui sont venus passer quelques heures ou quelques jours au Festival Summerlied.
Quelques chiffres-clés pour cette 10ème édition : 5 jours de festival  - 49 concerts - 1 création originale - 12 spectacles de contes - 4 bals folk - 4 remises de prix littéraires
Environ 400 artistes dont une centaine d’artistes engagés directement par le festival. Plus de la moitié des artistes sont des artistes vivant en Alsace.
Des improvisations spontanées, des rencontres, des échanges, des débats, des diversions linguistiques…
Pour le confort des spectateurs, une jauge augmentée à 1750 places, en majeure partie couverte, sur la scène de La Clairière - Des parkings balisés
Le budget prévisionnel du festival :
Budget artistique : 226 000€
Budget technique, frais d’accueil artistes, bénévoles et festivaliers : 142 500€
Budget communication : 62 000€
TOTAL : 430 500€

Infos pratiques
Tarifs et billetterie
Parce que le Festival Summerlied se veut un lieu ouvert, accessible au plus grand nombre, l’accès au site et à ses nombreux espaces est gratuit. Seuls les concerts du soir sur la Grande Scène de la Clairière, les concerts du Cabaret des Champs et de la Lisière sont payants. L’accès à l’ensemble des concerts reste gratuit pour les enfants de moins de quatre ans.

Principaux tarifs :
  • Tri Yann et; Avalon Celtic Dances (13/08), I MUVRINI (14/08), Goran Bregovic (16/08) : 29€ (+ frais de location) en prévente, place assise garantie, - 33€ sur place, place assise dans la limite des disponibilités 
  • Ny Malagasy Orkestra (15 août), « Rendez-vous des Voix Sauvages » (17 août) : 18€ (+ frais de location) en prévente -  22€ sur place
  • PASS 5 jours : 100€ (+ frais de location) en prévente
    PASS 3 jours : 55€ (+ frais de location) en prévente
Valable pour les 15, 16 et 17 août : Ny Malagasy Orkestra, Goran Bregovic et Rendez-vous des Voix Sauvages.
Des billets à tarif préférentiel sont également proposés par certains comités d’entreprise. Un tarif réduit est également proposé, en caisse du soir uniquement, sur justificatif (porteurs de la carte Vitaculture, moins de 18 ans, étudiants, chômeurs, personnes handicapées).
Les tickets sont disponibles :
- Sur le site internet du festival Summerlied : www.summerlied.org
- A la billetterie du magasin Auchan de Schweighouse-sur-Moder.
- Auprès du réseau TICKETNET : www.ticketnet.fr, ou en magasins Auchan, Cora, Cultura, E. Leclerc, Le Progrès. Rens. : 0 892 390 100 (0,34€/mn).
-v Auprès du réseau FNAC : www.fnac.com, ou en magasins FNAC, Carrefour, Géant, Intermarché. Rens. : 0 892 68 36 22 (0,34€/mn).

Les institutions s’engagent
Dans un contexte fortement contraint par la crise économique et la baisse des dotations publiques, le Festival se félicite de pouvoir compter sur un vigoureux partenariat institutionnel qui lui permet de mettre en oeuvre les nombreux projets développés dans le cadre de la présente édition.
Le Conseil Régional d’Alsace
Premier partenaire financier du festival, le Conseil Régional d’Alsace a signé avec l’association Summerlied une convention sur deux ans (2013-2014). La Région Alsace soutient le Festival Summerlied depuis ses premiers projets animée par la volonté partagée de dynamiser la culture et la langue régionale.
Summerlied, concourant à travers ses projets au rayonnement et à l’attractivité de la région, a tout naturellement rejoint, dès la première heure, le cercle des Ambassadeurs de la Marque Alsace.
L’aide de la Région Alsace, en augmentation pour la période en cours, permet au festival d’engager des actions en faveur de : • la création dialectale • la formation artistique, notamment pour les auteurs-compositeurs interprètes dialectaux • les interventions artistiques en milieu scolaire • la diffusion de spectacle en dialecte
Le Conseil Général du Bas-Rhin
Second partenaire financier du festival, le Département du Bas-Rhin apporte son soutien au festival Summerlied dont les actions et les valeurs s'inscrivent dans la "Charte des festivals du Bas-Rhin" adopté par le Conseil Général du Bas-Rhin en 2010, à savoir : • permettre à tous les habitants et visiteurs du département d’accéder à des manifestations culturelles diversifiées et de qualité, • intervenir dans une logique de partage des responsabilités entre collectivités quant à l’aménagement culturel du territoire,  • favoriser le contact entre les organisateurs de festivals et les autres acteurs culturels et sociaux, notamment les établissements liés au département collèges, bibliothèques, établissements.

Le Festival est aussi engagé dans une démarche d’éco-responsabilité, en collaboration avec Eco-Manifestations Alsace. Une journée d'échange sur les bonnes pratiques dans ce domaine sera ainsi organisée en amont direct du festival.
Le SIVOM de Schweighouse-sur-Moder et la Communauté de Communes de Haguenau
Composé des villages de Dauendorf, Huttendorf, Morschwiller, Ohlungen, Uhlwiller, Schweighouse-sur-Moder et Wintershouse, le SIVOM de Schweighouse-sur-Moder apporte son soutien au festival à travers une subvention annuelle. En contrepartie, le festival organise et fédère la participation active des associations dans le montage du site et l’organisation de la restauration. En effet, le festival s’appuie sur les bénévoles des associations sportives, culturelles et de loisirs de ces villages durant une quinzaine de jours. La Communauté de Commune de Haguenau apporte quant à elle une précieuse aide technique grâce à sa nouvelle banque de matériels.
La commune de Schweighouse-sur-Moder
Il s’agit du premier soutien de proximité sans lequel le festival n’aurait pu se développer et trouver une assise stable. Il bénéficie de la mise à disposition gracieuse de locaux pour son administration et de la prise en charge de plusieurs postes de services généraux.
La Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Alsace
Malgré une diminution de son soutien, la DRAC Alsace reste engagé auprès du Festival sur le volet de la défense du dialecte, au titre de sa politique sur les langues de France.
Summerlied ne se ferait pas sans eux !
Source  : Dossier presse (1) Festival du Summerlied