Select Menu

Slider

Breaking News

Gouvernances

innovations

consommations

productions

Economie Sociale et Solidaire

Financements

» » » » » » » » » » Baromètre 2014-2015 de la Finance Solidaire : La Finance Solidaire joue collectif !
«
Next
Article plus récent
»
Previous
Article plus ancien

Le baromètre 2014-2015 de la finance solidaire, préparé par Finansol et publié par La Croix, dans son édition du mardi 20 mai, met en évidence un résultat encourageant.
Malgré les effets de la crise sur le pouvoir d’achat et de faibles taux d’intérêt, l’épargne solidaire continue d’augmenter, notamment grâce à son volet salarial qui a permis de toucher un nouveau public.

Mais il reste encore du chemin avant que les ménages consacrent 1 % de leur épargne financière à des produits solidaires.
Le projet de loi sur l’économie sociale et solidaire (ESS) qui devrait être adopté ce jour par l’Assemblée nationale devrait donner un coup de pouce à ce secteur en le faisant mieux connaître. Une de ses ambitions, portées par Benoît Hamon, ministre de l’ESS dans le précédent gouvernement, est de poser ce secteur, qui pèse 10 % de la richesse nationale et emploie 10 % des salariés français dans 200 000 structures, non comme une niche, mais comme une forme à part entière de l’économie.
Ses exigences en termes d’utilité sociale, de gouvernance, de répartition de la valeur ajoutée manifestent que, sans rien céder aux rigueurs de la gestion, la passion d’entreprendre peut être mise au service de l’emploi, de la citoyenneté, du développement durable, de la transition énergétique, des biens communs…

En poursuivant des finalités de service, l’ESS prouve que l’économie peut poursuivre d’autres objectifs que la seule recherche du profit et qu’il existe d’autres règles que celles du marché pour produire et distribuer les biens et services.
 En définissant pour la première fois les limites du secteur composé d’associations, de mutuelles et d’entreprises commerciales, le législateur vient conforter l’expression d’un pluralisme au sein même de l’économie, dans un monde qui tend à uniformiser les manières de vivre, de consommer, de produire.
C’est aussi une façon de contester l’hégémonie de la finance de marché et de ses travers, plus durable qu’une marche effectuée sous l’œil des caméras.

Les chiffres du baromètre de la finance solidaire 2013 s’inscrivent dans la ligne des années antérieures, avec un encours d’épargne qui dépasse 6 milliards d’euros (+ 28 %).
Malgré de faibles taux d’intérêt et la stagnation du pouvoir d’achat, les épargnants solidaires sont restés fidèles et motivés en 2013. Les indicateurs d’impact, dont le périmètre a été précisé, restent
également bien orientés : le financement solidaire présente des impacts significatifs pour ses bénéficiaires, en particulier en matière d’emplois en France et dans les pays en développement où la microfinance solidaire soutient de très nombreuses petites entreprises.
L’intérêt des souscripteurs pour l’épargne de partage est un autre signe de la vitalité des valeurs de solidarité
dans la société française.
Finansol ne saurait toutefois se contenter de ce succès car le chemin reste long à parcourir pour que l’épargne solidaire des ménages atteigne 1 % de leur épargne financière.
Il est donc essentiel que les pouvoirs publics, en accompagnement du vote du projet de loi sur l’économie sociale et solidaire,adoptent des mesures incitatives pour que de nouveaux produits d’épargne solidaire voient le jour et s’imposent.
Il s’agit en particulier de promouvoir de manière volontariste l’assurance-vie solidaire et des livrets d’épargne réglementée solidaires. Le nouveau gouvernement est très attendu sur ce point." ...
Source :  Editorial Frédéric TIBERGHIEN, Président de Finansol - Dominique GREINER, Rédacteur en chef à La Croix


CE QUE L'ON PEUT RETENIR

LA FINANCE SOLIDAIRE EN 2013

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Cliquez sur l'image pour l'agrandir





Source images : La Croix - Finansol


3 POSSIBILITÉS DE DEVENIR ÉPARGNANT SOLIDAIRE


Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Source images : La Croix - Finansol



LE LABEL FINANSOL
Sept en 1997, 66 en 2007, 135 cette année… 
Le nombre de produits d’épargne solidaire labellisés Finansol a fortement progressé depuis la création du label. Gage de con fance, de sérieux et de transparence, il constitue assurément l’un des ressorts du succès de la Finance solidaire. La première réussite du label tient au sérieux avec lequel il est décerné.
 Les critères d’attribution sont précis, notamment ceux consistant à s’assurer que les dons ou investissements produits par cette épargne sont bel et bien destinés à des projets sociaux et/ou environnementaux. 
« C’est plus facile quand nous avons affaire à des opérateurs que nous connaissons bien, reconnaît Guy Courtois, président du Comité d’experts chargés d’attribuer le label et ancien directeur général de la Fondation de bFrance. Mais on fait aussi des paris. En 2012, nous avons labellisé les actions non cotées de SPEAR, une société très innovante portée par des jeunes. »
Le Comité du label contrôle aussi le niveau de l’épargne dévolue au projet solidaire (au moins 5 % pour les
OPCVM, organismes de placement collectif, au moins b10 % pour les autres produits). Il atteste également
l’engagement de l’intermédiaire financier à donner une bonne information fiable et garantit que le niveau des frais  facturés à l’épargnant reste « raisonnable ..
Autre réussite du label – mais qui fait l’objet de discussions –, sa capacité à regrouper sous une même appellation des produits d’épargne très divers : parts de capital de petites entreprises solidaires, livrets de grandes banques ou de mutuelles d’assurance, fonds d’épargne salariale. Ainsi, quelle que soit la démarche dans laquelle s’inscrit l’épargnant solidaire, quels que soient sa motivation et son degré d’engagement, il retrouve un même label unanimement reconnu. Ce qui devrait lui permettre de passer d’un produit à l’autre plus facilement. Mais, s’il constitue e ffectivement un bon repère pour ceux qui le connaissent, le label pâtit encore d’une faible notoriété auprès du grand public.
Autre point de vigilance, dans un contexte de prolifération de labels en tous genres, il ne faudrait pas que celui de Finansol finisse par perdre en crédibilité, alors que le nombre de produits agréés a doublé ces quatre dernières années. 
L’objectif a ffché par l’association, atteindre 1 % de l’épargne financière des ménages , est à ce prix...
Source : Finansol

EN SAVOIR PLUS :





About RICO richard

This is a short description in the author block about the author. You edit it by entering text in the "Biographical Info" field in the user admin panel.
«
Next
Article plus récent
»
Previous
Article plus ancien