25 mars 2014

Achats Responsables Alsace : Appel à candidatures !

L’ADEME Alsace, la Région Alsace, la CDAF (Compagnie des Dirigeants et Acheteurs de France) et la CCI Alsace lancent un appel à candidatures auprès des entreprises alsaciennes pour les accompagner vers la mise en oeuvre d’une politique d’achats responsables.
Dans le contexte économique actuel, la question qui se pose n’est plus de savoir s’il faut adopter ou non ces principes au quotidien, mais bel et bien de définir les modalités optimales de leur intégration dans l’entreprise.
Ainsi, professionnaliser les achats pour dépasser la simple fonction d’approvisionnement est une source de gain importante en termes de maîtrise des risques :
· Financiers : cours des matières premières, solvabilité des fournisseurs, litiges …
· Techniques et opérationnels : problème de qualité, défaillance, nombre de fournisseurs sur le marché…
· Environnementaux : nouvelles réglementations, demande des clients…
· Sociaux : respect du droit du travail et des normes internationales du travail, respect des mesures en matière de santé et sécurité … 

Cet appel à candidatures doit permettre la mise en oeuvre de cette stratégie complexe mais incontournable pour 10 entreprises alsaciennes sélectionnées.



I. Les achats responsables
Longtemps considérée comme un centre de coûts, la fonction Achats est en train de vivre une profonde mutation, désormais amenée à assumer la responsabilité de l’entreprise vis-à-vis de ses fournisseurs et de ses clients.
Selon l’ObsAR, les Achats Responsables « intègrent dans un esprit d’équilibre entre parties prenantes, des exigences, spécifications et critères en faveur de la protection et de la mise en valeur de l’environnement, du progrès social et du développement économique.
L'acheteur recherche l’efficacité, l’amélioration de la qualité des prestations et l’optimisation des coûts globaux (immédiats et différés) au sein d’une chaîne de valeur et en mesure l'impact. »

Les achats responsables se distinguent des achats classiques par l’introduction systématique des critères de « Coût Global » et de « Responsabilité Sociale des Entreprises ».


La prise en compte du coût global d’un produit représente une priorité pour l’application des achats durables au sein d’une entreprise. Il s’agit d’intégrer l’ensemble des frais indirects dans le processus de calculs du coût d’un produit :
· son coût d’acquisition (incluant les frais de livraison, de mise en marche,…),
· son coût d’utilisation (utilisation et maintenance),
· son coût d’élimination (démantèlement, recyclage…).
Les achats responsables consistent aussi à définir le juste besoin à chaque étape du processus d’achats et à limiter les sources de coûts inutiles, sans oublier d’inclure dans cette analyse les clients et les fournisseurs.

Les acheteurs sont aujourd’hui considérés comme des piliers des démarches de RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) et font face à un véritable défi : contribuer à la création de valeur de l’organisation en prenant en considération les dimensions environnementales, sociales et économiques dans les achats.

La dimension environnementale
Les ressources naturelles ne sont pas infinies. Les achats responsables passent par l’achat et la fabrication de produits générant moins d’impacts environnementaux tout au long de son cycle de vie (production/transport/utilisation..) en conservant ses performances lors de l'utilisation.
Exemples de critères environnementaux :
· Absence de substances toxiques dangereuses pour l’homme et l’environnement
· Réduction de matières premières non renouvelables
· Diminution des nuisances liées aux transports (émissions, bruit, trafic, accidents)
· Fournisseurs certifiés ISO 14001 ou équivalent

La dimension économique
Les achats responsables incluent la mise en oeuvre et la promotion de coopération à long terme avec les fournisseurs. Il s’agit de prendre en compte l’impact économique de l’achat sur l’entreprise, son environnement et ses fournisseurs dans une logique de coût global.
Exemples de critères économiques :
· Représentativité des PME dans le panel fournisseurs
· Longue durée de vie : produit rechargeable, réutilisable et réparable
· Diminution des défauts (sécurité, solidité)
· Promotion des filières courtes d’approvisionnement

La dimension sociétale
L’achat responsable possède une dimension sociétale. Ces aspects passent par :
· Le développement des compétences sur le territoire
· L’impact de la présence de l’organisation sur le tissu économique, culturel, associatif local
· L’employabilité de personnes n’ayant pas un accès à l’emploi facilité pour cause de handicap ou de manque de qualification.
Exemples de critères sociétaux :
· Absence de toute forme de discrimination
· Absence de danger ou d’atteinte à l’intégrité physique et mentale des producteurs et utilisateurs
· Collaboration avec d’autre acteurs économiques (écoles, centres de recherche, associations…)
· Achats effectués auprès de structures relevant de l’insertion par l’activité économique.

II. Les enjeux des achats responsables
Les achats représentent en moyenne 50% du chiffre d’affaires des entreprises. Véritable levier stratégique, ils constituent également un vecteur essentiel d’amélioration de la performance économique. La fonction Achats est en outre en contact avec les autres services et l’environnement extérieur de l’entreprise - fournisseurs en particulier - et donc importante en termes d’image.
De plus en plus d’entreprises ont compris l’intérêt économique de cette démarche :
56% des PME sont motivées par la recherche d’un coût global minimum (Étude ADEME / Ecovadis 2010).
Parmi les autres motivations :
Motivation internes
· Maximisation des chances de remporter des appels d’offres et accès aux marchés publics qui intègrent désormais des clauses environnementales et sociales
· Maîtrise voire diminution des consommations (coût global, baisse de la consommation d’énergie…)
· Amélioration de la qualité et de la valeur ajoutée des produits (synergies avec les fournisseurs et prestataires)
· Fédération des collaborateurs autour d’un projet d’entreprise commun
· Meilleur suivi du risque chez les fournisseurs
Motivation externes
· Mise en conformité, voire anticipation des évolutions de l’environnement légal
· Amélioration de l’image auprès des clients
· Sécurisation des relations fournisseurs
· Réduction du risque de litige
· Maîtrise du risque de défaillance fournisseur et sécurisation des approvisionnements
· Réponse aux exigences des clients

Trois positionnements stratégiques se distinguent pour le déploiement d’une politique d’Achats Durables (Etude LowendamMasaï/ESSEC)



III. Témoignages

Des entreprises alsaciennes ont souhaité partager leurs expériences en expliquant les raisons de tels choix stratégiques ainsi que les bénéfices escomptés.

SOVEC
L’entreprise est spécialisée dans l'installation électrique et travaille essentiellement avec des professionnels.
Les raisons de la démarche
La préservation de l’environnement et le respect des personnes font partie des valeurs de l’entreprise. Progressivement, des pratiques relevant d’une démarche de développement durable ont été mises en place, par exemple sur l'efficacité énergétique (bâtiment HQE, offre de services sur le photovoltaïque), les déchets
(valorisation des déchets issus des chantiers) et pour le personnel (formation sécurité, charte diversité).
Au niveau des achats, quelques actions sont menées : réduction des emballages pour le papier, achats de produits plus écologiques (blocs autonomes), choix de fournisseurs locaux, recours à l’économie sociale et solidaire pour l’entretien des espaces verts.
La SOVEC constate que la majorité de ses clients électriciens sont amenés à installer de nombreux équipements électriques et électroniques dont l’impact sur l’environnement et la santé est important. Ces équipements souvent énergivores génèrent également des déchets dangereux en fin de vie.
Ainsi, en 2012 la SOVEC, soutenue par l’ADEME, a entrepris d’engager une démarche d’achats responsables afin de parvenir « à intégrer des critères sociaux et environnementaux dans le choix de nos produits en complément des critères de qualité et de prix. » Un deuxième objectif visé est de « réduire les déchets à la source, par un travail en amont avec les fournisseurs » afin de limiter le volume des déchets banals engendré par l’activité d’électricien de leurs clients.
Une analyse des risques financiers, environnementaux et sociaux des fournisseurs selon le montant des familles d’achats (câbles, luminaires, matériel électrique …) a ainsi été réalisée pour identifier les points forts et faibles de la stratégie d’achats de l’entreprise et détecter les éventuelles opportunités.
Pour Luc LINDENHAUB, acheteur, « réaliser un autodiagnostic de mes achats et identifier les écarts entre les pratiques d’aujourd’hui et les objectifs à atteindre pour mettre en oeuvre une démarche d’achats durables peut être stimulant. Au final, je suis convaincu que cela s’avérera, à moyen terme payant pour tout le monde ».
Les actions menées et les résultats obtenus
L'accompagnement a permis de structurer les actions déjà développées avec différents fournisseurs et d'aller plus loin dans la démarche d'achats de produits stratégiques.
Quelques exemples :
· insertion de critères RSE pour analyser les offres fournisseurs et identifier les offres les plus écologiques
· détection dans les demandes clients des éléments se rapportant aux éco-produits pour proposer des offres plus vertes quand cela est possible
· réduction des déchets issus des packagings et des produits retournés : gestion des emballages consignés (tourets, palettes …), suivi des produits retournés sur l’entrepôt pour les réutiliser sur d’autres chantiers
L'audit fournisseur a montré qu'il existe des démarches très avancées chez les fabricants dont les acheteurs de SOVEC n'avaient pas connaissance et qui pourront faire l'objet de nouveaux éléments de collaboration.



Dominique Dutscher
L’entreprise Dominique Dutscher située à Brumath est spécialisée dans la distribution de matériels et consommables de laboratoire.
Xavier PENSALFINI, responsable SAV en charge des achats durables au sein de la société, nous explique les enjeux d’une telle démarche : « Dominique Dutscher s'engage à rechercher et à privilégier la mise sur le marchéde produits plus écologiques, quant à leur mode de fabrication, de transport, ou tout autre aspect. Afin de promouvoir ces produits, ils sont identifiés par notre logo GOGREEN. Nos clients les ont donc immédiatement en vue dans notre catalogue et peuvent faire leur choix parmi les produits proposés. Nous espérons que cette démarche d’achats responsables améliore significativement nos processus de travail, la sécurité des approvisionnements, les économies d’énergie et renforce notre image de marque. ».
La société DUTSCHER propose également à ses clients un service unique : celui de récupérer gratuitement les boîtes en plastique contenant des pointes de micro pipettes à usage unique qu’ils commercialisent.
Pour cela, elle leur met à disposition des conteneurs sur palette en carton plié qui une fois remplis seront enlevés par la Société DUTSCHER et transmis à prestataire local spécialisée dans le traitement et la valorisation des déchets. Pour Xavier PENSALFINI « C’est une opération qui n’est pas forcément rentable mais qui permet de proposer un service important aux clients et de faire en sorte que toutes ces boîtes ne finissent pas à la poubelle et soient entièrement recyclées.»
« L'investissement humain est un facteur important pour notre société. Nos collaborateurs sont sensibilisés à cette démarche et associés autant que possible à la politique de développement durable de l'entreprise » précise Xavier PENSALFINI.



L’AGES, Association de Gestion des Équipements Sociaux
L'AGES est une association à but non lucratif gestionnaire d’équipements sociaux dans le domaine de la petite enfance, de l'enfance et des seniors. Depuis quelques années, l'éco-responsabilité est largement présente dans les valeurs de l'association. Carole HUSSELSTEIN, responsable Développement Durable au sein de l’association, raconte le cheminement de leur démarche : « Dans ce domaine d'activité, il a paru essentiel de réfléchir aux achats et à l'impact qu'ils peuvent avoir sur le public que nous accueillons. L'AGES bénéficie d'un accompagnement pour la mise en oeuvre d'une politique d'achats responsables. Des groupes de travail, constitués de la personne du siège chargée du développement durable et des responsables de structure, ont été organisés pour échanger et recenser les pratiques en matière d’achats.
Il apparaît que l’association a une multitude de fournisseurs différents selon les structures et que les achats devraient être rationnalisés. L’objectif est de réduire la liste des fournisseurs et d’intégrer le critère DD dans la sélection. Des outils tels qu’un tableau d’analyse des besoins, un guide de négociation et un tableau de suivi fournisseurs sont en cours de création. A l’issue, une liste de fournisseurs « préférés » pourra être utilisée par les structures pour leurs achats. En complément, des préconisations ont été formulées en matière d'achats, pour les couches, les produits d'hygiène ou l'alimentation par exemple. Des actions ont d’ores et déjà été mises en place. A titre d’exemple, des équipes de crèche ont remplacé les produits d’entretien classiques par des produits respectueux de l’environnement à base de substances écologiques ayant des propriétés bactéricides, virucides et fongicides auxquelles elles ajoutent des huiles essentielles. Le « bio » est intégré dans l’alimentation des enfants et les structures veillent à s’approvisionner en privilégiant la filière courte, les producteurs locaux et les produits de saison. »

IV. Les modalités de l’appel à projets
L’évolution de la politique d’achats est stratégique et complexe. De nombreuses interrogations voient le jour, portant sur l’évolution des relations clients/fournisseurs, la définition des priorités (familles d’achat), la diffusion de la démarche en interne, etc.
Afin d’établir et de déployer une véritable politique d’achats durables, l’entreprise doit mettre en place un processus adapté.
Il s’agit notamment : d’acquérir de nouvelles compétences - de s’équiper d’outils dédiés - de fixer des objectifs et des indicateurs de performance - de piloter la démarche dans son ensemble
Conscients de ces nouvelles attentes, l’ADEME Alsace, la Région Alsace, la CDAF et la CCI Alsace lancent un appel à candidature pour l’accompagnement de 10 entreprises alsaciennes dans leur démarche d’achats responsables.

Description du dispositif
L’appel à candidatures est ouvert à toutes les entreprises alsaciennes, quels que soient leur taille, leur activité (1) et leur niveau de maturité en matière de développement durable et d’environnement.
L’objectif est de permettre l’intégration du développement durable dans les fonctions et processus Achats des entreprises. Selon le niveau de pratiques internes, différents projets peuvent être accompagnés :
· Etat des lieux permettant de mieux cerner quels sont les familles achats et fournisseurs stratégiques ainsi que leurs impacts environnementaux.
· Analyse des pratiques d’achats et des « justes » besoins.
· Définition d’une stratégie Achats responsables et d’un plan d’actions.
· Consolidation de la démarche et mise en place d’indicateurs de suivi de la progression des achats responsables.
(1) Sauf activité en lien avec l’agriculture, la pêche, l’aquaculture et les activités d’exportation

L’accompagnement se fera sous la forme d’une subvention directe, représentant un pourcentage du montant HT de la prestation réalisée par un consultant externe compétent. L’entreprise est libre de choisir son prestataire. Celui-ci doit avoir des compétences en achat et développement durable.


Modalités de candidature
Les porteurs de projet peuvent déposer leur dossier de candidature auprès de l’ADEME (guichet unique) tout au long de l’année 2014.
Les dossiers déposés sont présentés devant un jury composé des représentants de la Région Alsace, de l’ADEME, de la CDAF et de la CCI Alsace.
Source : Dossier presse ADEME Alsace - Terre d'Info


EN SAVOIR PLUS :
ADEME Alsace - Florence HUC, - florence.huc@ademe.fr - Tél : 03 88 15 58 91
CCI Région Alsace - Danièle SCHMITT - d.schmitt@alsace.cci.fr - Frédéric PAPELARD, f.papelard@alsace.cci.fr - Tél : 03 88 75 45 06 / 03 88 76 42 07
Région Alsace - Virginie WOLFF - virginie.wolff@region-alsace.eu - Tél : 03 88 15 66 41
CDAF - Raymonde SAUERWALD - alsace@cdaf.fr