8 févr. 2014

L'Alsace, prête à décrocher la French Tech !

Le 7 février dernier , Rhénatic le pôle TIC alsacien à annoncé le lancement d’une candidature rhénane au label French TECHK
L'Alsace, prête à décrocher la French Tech !

Le projet gouvernemental des Quartiers numériques a muté pour donner naissance à la French Tech, un label valorisant les territoires numériques français pour faciliter leur développement, national et international. Depuis le 2 février 2014, les candidats peuvent déposer leur dossier auprès du Ministère de Fleur Pellerin, car un nombre restreint obtiendra la French Tech. Une opportunité de faire rayonner le dynamisme TIC du territoire alsacien que le pôle de compétences Rhénatic ne compte pas laisser passer. Focus sur une candidature qui a des atouts de taille pour faire la différence.  

L’Alsace, un territoire numérique par essence
Les entreprises du numérique sont réparties aux 2/3 sur le Bas Rhin (essentiellement au niveau de Strasbourg) et pour 1/3 sur le Haut Rhin (essentiellement autour de Mulhouse). La CCI Région  Alsace dénombre 1800 entreprises TIC qu'il faut plus vraisemblablement ramener à 800, en éliminant la téléphonie et les entreprises sans salariés. 65% de ces entreprises comptent moins de 5 salariés. Cette répartition au niveau géographique et en effectif se retrouvent dans Rhénatic dans les mêmes proportions.
Le secteur a su montrer à maintes reprises l’implication des entreprises dans la recherche et la structuration d’une véritable dynamique vers un écosystème performant. En ce sens, les chefs d'entreprises ont clairement la maturité qui leur permet d’affirmer qu'un environnement performant permettra plus facilement à leurs entreprises de se développer.

Une cohérence régionale forte
La recherche de cet écosystème passe par la mise en relation de l'ensemble des acteurs nécessaires au développement et à la croissance des entreprises : Universités pour la formation et la recherche (UDS/UHA), Animateurs du numérique (Alsace DIGITALE, Webavardes), Incubateurs (e.nov Campus, SEMIA), Innovation (Alsace Innovation, ADEC), Entreprises (CCIrA), Développement des entreprises (Rhénatic), collectivités (M2A, CUS, Région Alsace).
Début 2014, nous pouvons constater que chacun des acteurs a trouvé sa place. Le fonctionnement en réseau des entreprises TIC en Alsace a considérablement été accompagné par la Région Alsace, qui a notamment labellisé Rhénatic pôle de compétence en 2007. Aussi, les chefs d'entreprises ne ressentent pas la dynamique TIC comme liée à une agglomération, mais bien plutôt comme l’expression de la dynamique d’un territoire, régional, en lien avec la CUS et la M2A.

  La French Tech... «Un projet pour les entreprises et par les entreprises!»
La French Tech est assurément une nouvelle possibilité de développement pour faire rayonner le territoire en national certes, mais à l’international également. Ces enjeux sont bien compris, car il s'agit pour les entreprises de pouvoir regrouper toutes les forces sur le territoire pour permettre d'imaginer évoluer dans les TICs de demain (Esanté, BigData, Energies, Objets connectés, Impression 3D).
 Pour pouvoir être sur ces marchés, il faudra un territoire qui soit en mesure de présenter les outils nécessaires (les ingrédients). Si il venait à manquer des éléments, le développement sur ces technologies ne se fera pas en Alsace et nous raterons une occasion de créer de la valeur et des emplois sur le territoire. Les entreprises devront alors rester sur leurs thèmes traditionnels (logiciel de gestion, web, services) ou partir pour profiter de la dynamique d'autres territoires.


 
La French Tech c'est vous par frenchtech


Un projet pour l’avenir
Au delà des forces et faiblesses de notre territoire, il convient de prendre en compte son potentiel humain et la qualité des acteurs en présences. L'approche de Rhénatic est de sensibiliser et de coordonner l'ensemble des acteurs du numérique pour construire un projet fédérateur et ambitieux qui tiendra compte des spécificités régionales. La force de cette approche réside en la mobilisation autour d'un projet commun des acteurs qui font aujourd'hui le numérique en Alsace : l'université pour la formation et la R&D, les collectivités, les autres clusters, les stratégies de financement et de développement et surtout un tissu économique volontaire et acteur du devenir des TIC sur le territoire alsacien, sur la CUS et le M2A. Il faudra le coordonner avec l'ensemble des acteurs du numérique en y incluant nos voisins Allemands et Suisses qui interagissent avec notre territoire, et qui font la particularité de l'Alsace.
L'objectif est clairement de travailler sur l'ensemble des mécanismes de création de valeur au niveau numérique, pour créer un processus vertueux qui renforcera notre filière. Comment ? En activant et fédérant aujourd'hui les mécanismes permettant d'être un territoire de premier plan sur les TIC. En ce sens et si l’objectif est atteint, il y aura des gains pour l'ensemble des acteurs du projet (rayonnement du territoire, attractivité économique, création d'emploi). Dans le cas contraire, cela peut conduire à un retard difficilement rattrapable.
Cela se passe maintenant, et les choix que nous ferons dans les prochains jours écriront le paysage TIC alsacien de la prochaine décennie.
Source : Communiqué de Presse Rhenatic


 EN SAVOIR PLUS 

French Tech - le dossier de présentation
http://www.redressement-productif.gouv.fr/l-initiative-quartiers-numeriques-devient-la-french-tech

http://www.rhenatic.eu/