25 juin 2013

Les Emplois d'Avenir : En Alsace qu'en est-il ?

Accessibles aux jeunes peu qualifiés depuis le  du 1er novembre 2012, les emplois d'avenir visent à fournir une première expérience professionnelle.

Plus de 500 emplois d’avenir conclus en Alsace !
Stéphane BOUILLON, préfet de la Région Alsace, s’est rendu  le 13 juin dernier à la Fondation Elisa à  Geispolsheim dans le Bas-Rhin pour la signature du 500ème emploi d’avenir de la région.
Quasiment au même moment et pour deux ex aequo, Vincent BOUVIER, préfet du HautRhin, a parrainé la signature de deux conventions d’emploi d’avenir avec un établissement  de la chaîne de restauration Pizza Hut qui embauche 2 jeunes en CDI, lors de la réunion du  service public de l’emploi départemental.
Tous les acteurs sont mobilisés pour accompagner le développement de la mesure dans le secteur  non marchand et de nouveaux emplois d’avenir sont créés quotidiennement. Ainsi, à titre illustratif,  un dispositif d’appui aux associations est mis en place par la Chambre régionale de l'économie sociale et par l’association Archimène dans le secteur sportif. Il prévoit notamment des actions d'appui au  tutorat et à l'encadrement des jeunes.
Les emplois d'avenir sont maintenant largement étendus au secteur marchand dans une vingtaine  de secteurs d’activité, ce qui va permettre un nouvel essor du dispositif. 
Ainsi, les employeurs qui relèvent des secteurs énumérés ci-dessous peuvent désormais conclure  des contrats emplois d’avenir : l’hôtellerie et la restauration - la restauration collective - le bâtiment  et les travaux publics - la propreté - les transports terrestres, l’entreposage et les services auxiliaires  – les installations aéroportuaires - les industries agroalimentaire, chimique et pharmaceutique – le  travail du bois – la fabrication de meubles – la fabrication d’équipements électriques - l’eau et  l’énergie - la collecte, le traitement et l’élimination des déchets - les activités pour la santé humaine -  l’hébergement médico-social et social - les services à la personne.

EMPLOIS D'AVENIR  – LES PRINCIPAUX CHIFFRES POUR L'ALSACE

Emplois d’avenir réalisés
 502 pour l’Alsace dont : 
• 325 dans le Bas-Rhin 
• 177 dans le Haut Rhin 
Par type d’employeurs
92% dans le secteur non marchand et 8 % dans le marchand rendu éligible dans une 
vingtaine de secteurs d’activité. Des dynamiques territoriales (zones portuaires du Rhin dans 
les deux départements) peuvent permettre d’étendre les secteurs éligibles pour que 
davantage d’entreprises s’engagent.


Par type de public
• 22%% de jeunes résidant en ZUS (zone urbaine sensible) 
• Une quasi parité : 49,8% d’hommes et 50,2% de femmes 
• 4% reconnus travailleurs handicapés 
• 61% ont entre 18 et 22 ans 
• Plus de la moitié n’ont aucune qualification 51,5% 
En grande majorité des CDD de 3 ans 
• 95% en CDD dont les deux tiers pour une durée de 3 ans 
• Quasiment tous à temps plein : 92,5% 
Source : Dossier presse Direccte Alsace
http://www.alsace.direccte.gouv.fr/


EN SAVOIR PLUS SUR LES EMPLOIS D'AVENIR :


Les emplois d’avenir ont pour ambition d’améliorer l’insertion professionnelle et l’accès à la qualification des jeunes peu ou pas qualifiés, confrontés à des difficultés particulières d’accès à l’emploi. L’Etat soutient ainsi la création de 150 000 emplois d’avenir d’ici 2014.
La jeunesse est une des priorités du quinquennat. Les emplois d’avenir (EA) doivent permettre aux jeunes d’accéder à une première expérience professionnelle reconnue sur le marché du travail et/ou acquérir des compétences leur permettant d’évoluer vers un autre emploi.
Ce dispositif s’insère dans un engagement plus global du gouvernement en faveur de l’emploi. Les emplois d’avenir, qui répondent à l’urgence vis-à-vis des jeunes sans emploi ni qualification constituent le premier volet de cette politique qui comprend notamment les contrats de génération et la sécurisation de l’emploi.

QUI EST CONCERNE ?
1. LES JEUNES
Les jeunes de 16 à 25 ans (ou jusqu’à 30 ans pour les travailleurs handicapés), peu ou pas diplômés et à la recherche d’un emploi peuvent poser leur candidature pour un emploi d’avenir. 
A titre exceptionnel, les jeunes résidant dans une zone urbaine sensible, une zone de revitalisation régionale ou en outre-mer peuvent également accéder à un emploi d’avenir jusqu’au niveau bac+3 et s’ils sont à la recherche d’un emploi depuis plus d’un an.

2. LES EMPLOYEURS DU SECTEUR NON MARCHAND
Les employeurs du secteur non marchand sont principalement concernés par le dispositif emplois d’avenir. Leurs activités ont une utilité sociale avérée ou de défense de l’environnement et sont susceptibles d’offrir des perspectives de recrutement durables : filières vertes et numériques, secteurs social et médico-social, aide à la personne, animation socio-culturelle, tourisme… Ce sont principalement des associations, des organismes à but non lucratif, des établissements publics, des collectivités territoriales. 
Certaines entreprises privées peuvent recruter en emplois d’avenir, dans des secteurs d’activités ciblés au niveau régional et sur la base de projets innovants.

L'EMPLOI D'AVENIR, QU’EST-CE QUE C’EST ?
Pour les jeunes concernés :
 - un CDI ou CDD de 1 à 3 ans à temps plein (sauf exception)
 - une formation pour apprendre un métier
 - la reconnaissance des compétences acquises pendant l’emploi d’avenir
Pour les employeurs :
- une aide de l’Etat pour 3 ans à hauteur de 75 % de la rémunération brute mensuelle au niveau du SMIC
embaucher un jeune motivé
- bénéficier d’un conseil au sein de la mission locale pour construire le parcours de formation du jeune et intervenir pour toute difficulté pouvant survenir au cours de l’emploi

Dans une logique de parcours, l’emploi d’avenir pourra aboutir à une pérennisation dans l’emploi créé, à l’acquisition de compétences donnant au jeune des perspectives nouvelles dans une activité d’avenir ou à la reprise d’une formation, en alternance le plus souvent, en lien avec la motivation trouvée pour un métier. 
Ce parcours de réussite reposera sur un fort engagement des employeurs (tutorat, formation, capacité d’accompagnement, place…) et sur un accompagnement renforcé assuré essentiellement par les missions locales mais également Pôle emploi et Cap emploi (pour les travailleurs handicapés).