7 juin 2013

L’Aria Alsace dévoile sa nouvelle feuille de route 2014-2017 à l’occasion de son Assemblée Générale 2013 !

L’ARIA Alsace, L’Association Régionale des Industries Alimentaires d'Alsace a tenu le 6 juin dernier, son Assemblée Générale annuelle 2013, à l'Ecomusée,  en présence d'une centaine de participants.
Outre son actualité statutaire, l'ARIA a saisi cette opportunité pour dévoiler son nouveau plan stratégique pour la période  2014-2017.

2013 s’inscrit dans la continuité
L’année 2012 a été marquée par le lancement de nombreux projets : le programme d’accompagnement à l’innovation NOVIAA, la marque bannière alimentaire « Savourez l’Alsace », la présence de 30 entreprises sur le stand collectif du SIAL…
L’année 2013 s’inscrit dans la continuité de l’élan impulsé en 2012 : au vu de l’enthousiasme généré par la première version de NOVIAA, l’ARIA a choisi de reconduire ce programme mais dans une version plus légère en terme d’investissement temps et plus adaptée aux TPE et PME. Suite à la campagne d’accréditation à la marque « Savourez l’Alsace » lancée en novembre 2012, 500 références portent aujourd’hui la marque.
L’étude menée pour la valorisation des effluents de jus de choucroute sera finalisée cette année.
Véritable année de transition avec la mise en place d’un nouveau modèle économique pour le cluster alimentaire, 2013 marquera la fin du contrat d’objectifs établi en 2010 avec la Région Alsace et laissera place à de nouvelles perspectives pour les prochaines années.

2014-2017 : l’ARIA Alsace ambitionne de se positionner dans le top 5 des groupements régionaux de l’industrie alimentaire française

Située au coeur de l’Europe, bénéficiant d’une tradition culinaire de renommée mondiale et d’une excellente image en termes de qualité et de savoir-faire, l’Alsace est une région à forte attractivité pour l’industrie alimentaire.
Cependant si les indicateurs sont plutôt favorables (4% du chiffre d’affaires de la filière au plan national et 7% des exportations françaises), il n’en demeure pas moins certains points d’alertes qui relèvent autant de la structure du tissu industriel que de l’offre produits proposés : filière essentiellement composée de TPE et PME, les produits du terroir peinent à franchir les frontières à l’export mais aussi hors d’Alsace… La filière est également fragilisée par des éléments conjoncturels : hausse du prix des matières premières, baisse du pouvoir d’achat des ménages et montée de la concurrence internationale…

L’ARIA s’est donc fixée comme mission pour sa feuille de route 2014-2017 d’aider les entreprises à surmonter les difficultés en trouvant de nouveaux leviers de compétitivité.
Baisse de la part du budget des ménages consacrée à l’alimentation, défiance du public envers l’industrie alimentaire, précarité alimentaire, recherche d’aliments plus sains, responsabilité sociétale des industries alimentaires... constitueront les enjeux de l’industrie alimentaire de demain.
Afin de répondre à ces nouveaux défis, les axes de travail proposés par l’ARIA, élaborés avec ses partenaires, Alsace Innovation pour l’axe innovation et CCI Alsace Export pour l’axe export, sont les suivants :
L’innovation qui est depuis des années déjà au coeur des actions de l’ARIA. A l’horizon 2017, elle restera un axe essentiel de sa politique d’accompagnement des entreprises, parce que l’innovation est incontournable pour se différencier dans un contexte concurrentiel de plus en plus dur et mondialisé, pour séduire des consommateurs à la fois toujours plus exigeant et plus sollicités, mais surtout pour créer de la valeur. 4 thèmes sont proposés : la nutrition gourmande, les systèmes manufacturiers avancés, l’innovation durable, les nouveaux circuits de distribution.


La stratégie internationale. 
Considérant le développement à l’international comme déterminant pour la pérennité des entreprises alimentaires alsaciennes, l’ARIA mettra en oeuvre, avec le soutien de ses partenaires, un accompagnement visant à développer davantage les performances à l’exportation en fonction de la maturité des entreprises : les primo-exportateurs et les entreprises déjà exportatrices.
Le community management. Grâce aux diverses manifestations organisées par l’ARIA, les entreprises alimentaires alsaciennes auront la possibilité de tisser des liens plus forts entre elles et mieux se préparer à faire face aux enjeux de demain.

Le marketing alimentaire. 
Afin d’aider les entreprises à renforcer la pertinence et la compétitivité de leur offre, l’ARIA mettra en place un dispositif d’observation détaillée des marchés, des tendances mais aussi des comportements de consommation.
Le plan d’actions détaillé sera communiqué à la fin du mois de fin septembre.
SOURCE : Communiqué de presse ARIA


Ce que nous en a dit Manou HEITZMANN- MASSENEZ - Présidente de l’ARIA Alsace, à l’occasion de l’Assemblée Générale 2013 :

RAPPEL 2012
"Pour rappel, les industries alimentaires françaises regroupent environ 500 000 salariés. On note une 
perte de 3900 salariés en 2012.
2012 a été une année mouvementée en voici quelques événements marquants :
Pour la première fois, un ministre délégué à l’alimentation à l’alimentation a été nommé, en  la personne de Guillaume GAROT. C’est la preuve que l’industrie alimentaire est devenue une  priorité du gouvernement.
On a également assisté à une ne flambée du prix des céréales suite à une sécheresse aux Etats-Unis.
Des débats enflammés au Parlement sur d’éventuelles hausses de taxes sur l’huile de palme, l’aspartame ou encore les boissons énergisantes
Hausse des droits d’accise sur la bière de 160% (Certaines enseignes de la grande  distribution n’acceptent pas de répercuter cette hausse de taxe sur les prix de vente)
La fraude de la viande de cheval dans les plats préparés. Cela ne concerne pas l’industrie  alimentaire alsacienne mais nuit gravement à son image,
 La réinstallation du comité stratégique de filière,
 La fin de négociations commerciales les plus difficiles de l’histoire,
 La présentation de l’éco-taxe poids lourds,
 La pénurie d’œufs." ...

"Mais on constate que  l’emploi dans l’industrie alimentaire a mieux résisté que dans les autres secteurs industriels et ce  malgré :
 Un recul de la production industrielle alimentaire de 1,9% au niveau national,
 Les défaillances des industries alimentaires qui ont dépassé leur niveau de crise,
 Les marges qui se sont effritées,
 La grande distribution qui refuse d’appliquer les hausses de prix, ce qui entraîne forcément  une baisse de la qualité,
 Un mur d’incompréhension qui divise les industriels et la grande distribution,
 Il ne faut pas oublier que le consommateur qui boude actuellement les rayons est le salarié de  nos entreprises. Si l’industrie alimentaire ne croît plus, alors l’emploi en pâtira." ...

" L’ARIA est une région particulière : grâce à un partenariat noué avec la FCD (Fédération du Commerce  et de la Distribution), nous maintenons le dialogue.
Pour la première fois en 2012, 3 entreprises du secteur alimentaire ont reçu le trophée de l’innovation  décerné par Alsace Innovation (Valfleuri, Nature et Innovation et Coco LM) et l’entreprise Colin  Ingrédients a reçu le trophée Export décerné par la CCI Alsace Export." ...


PERSPECTIVES 2013
"L’environnement devrait se dégrader.
 Le pouvoir d’achat va baisser plus en 2013 qu’en 2012. En effet, les revenus restent stables  mais les prélèvements fiscaux augmentent.
 Le chômage va continuer à augmenter. Cela aura des conséquences pour la consommation par  rapport au nombre de chômeurs mais aussi par rapport à la perspective qui entraîne une  crainte.
Les prévisions nationales des industries alimentaires :
 - 1% de production,
 - 5000 salariés (sur 500 000),
 - 0,2% de PIB contre 0% en 2012;"

"Les industries alimentaires alsaciennes sont entre résistance et crispation dans un contexte  tourmenté. Les matières premières demeurent à haut niveau du fait de la spéculation. Les signaux  d’alerte se multiplient.
Je crois beaucoup au développement de l’export en 2013 car la demande extérieure reste forte. Mais 
il faut rester très vigilant ! 
Pour nous comparer encore une fois à l’Allemagne : en 2012, l’Allemagne a affiché un record  d’exportations alimentaires en prenant à la France sa place de championne d’Europe. Cela s’explique  notamment par le fait que le coût du travail est 2 fois moins cher en Allemagne qu’en France. (Les  charcutiers connaissent bien le problème). Le secteur agricole allemand est très performant grâce aux  exploitations situées en ex-RDA - grandes et modernes- et grâce aux avantages fiscaux.
3 entreprises de l’alimentaire ont été choisi par le Préfet pour présenter l’industrie alimentaire  d’Alsace au Président de la République à l’Elysée au mois de juin : Colin Ingrédients, Café Sati et Alsace  Lait.
Cette année, l’ARIA a plus que jamais besoin du soutien de la Région et de l’Etat."  Manou HEITZMANN-MASSENEZ

A noter : Lors du Conseil d’Administration de cet après-midi, deux nouveaux vice-présidents ont été  nommés dans le but de préserver un bureau en parfait équilibre Haut-Rhin/ Bas-Rhin :
- Isabelle Heumann, Société Paul Heumann à Soultz sous Forêts (67)
- Franck Lecomte, Société Les Grandes Sources de Wattwiller à Wattwiller (68)


EN SAVOIR PLUS :
http://www.aria-alsace.com/