11 mars 2013

L'entrepreneuriat transfrontalier : Une réalité qui s'affirme au TPO d'Offenburg !

Une cinquantaine de personnes, français et allemands, porteurs de projets et organisateurs, se sont retrouvés le 7 mars dernier au TPO d'Offenburg.
Ils ont échangé sur les solutions pour trouver des clients en Alsace et dans l'Ortenau. 
Les participants ont été accueillis par M. Bruno SCHWELING (directeur du TPO) dans les locaux du Technologie Park.   
MM. Marc LOTT (Actimage) et Klaus LAMBERTZ (Verifysoft) entrepreneurs transfrontaliers, ont présenté  leur propre expérience devant un public attentif.

QUELQUES MOMENTS DE PARTAGE :

Henry BEILLET - START HOP : "Le but de la matinée, c'est de créer du lien, de permettre les échanges, et le premier échange que je vais faire ce matin,  c'est de remercier M. SCHWELING qui nous accueille ce matin au TPO...
Nous avons proposé la création d'un cycle de cinq rencontres, et aujourd'hui  c'est la première rencontre de ce cycle,  donc ce sont 5 rencontres qui permettront aux porteurs de projets, créateurs d'entreprises, de se rencontrer, de créer des liens transfrontaliers."
Alors pourquoi ?
"Parce que nous nous rendons compte, et je crois des deux côtés du Rhin, que les porteurs de projets n'intègrent pas, très souvent, dans la conception de leurs projets "l'autre côté", c'est-à dire,  qu'ils occultent  ainsi la moitié du marché. 
Et donc, c'est en partie pour répondre à ce problème que nous avons mis en place un cycle de  cinq manifestations des deux côtés du Rhin. 
La prochaine manifestation aura lieu le 16 mai à la Pépinière de Hautepierre à Strasbourg.

Nous ne nous sommes pas embarqués tout seuls dans cette manifestation et il y a autour de nous un Comité de Pilotage et dont un certain nombre de représentants sont aujourd'hui parmi nous. Je pense à la Chambre des Métiers d'Alsace, à l'IHK de Lahr , à  la Chambre de Commerce, à la CUS, à  la Maison de l'Emploi, à l'Argentur fur Arbeit...

La matinée va se passer en 2 temps :
  • un premier temps avec l'intervention des entrepreneurs qui ont, eux, déjà fait l'expérience du transfrontalier,
  • et en deuxième partie de la matinée,  nous allons travailler en sous-groupes, parce qu'il nous a semblé important que vous puissiez ainsi vous présenter les uns les autres, et que de ce travail en sous-groupes,  surgissent un certain nombre de solutions...
Bruno SCHWELING - TPO
" Je suis ravi de voir que vous êtes aussi nombreux aujourd'hui dans nos locaux du TPO, et de voir autant de personnes qui sont intéressées par les informations qu'on peut trouver ici au TPO par rapport à toutes les possibilités de création d'entreprise et de partenariats transfrontaliers... 
Le TPO existe depuis 25 ans, c'est une pépinière qui a été créée par dix partenaires essentiellement. 
Il y a  également au sein du TPO un curatorium qui est constitué de 13 entreprises de la Région... 
Ici au TPO, nous avons mis en place un groupe de travail "d'aide au démarrage" qui est constitué par réseau de responsables d'entreprises.  C'est un réseau qui est disponible pour tous  les  jeunes créateurs des deux côtés du Rhin ; donc n'hésitez-pas à faire appel à eux...

Si la première des rencontres était un café de rencontre d'entrepreneurs, maintenant on a enlevé le mot café, et c'est une rencontre d'entrepreneurs, et si cette solution est amenée à l'avenir, à  se développer encore plus, on va peut être un jour avoir une pépinière pour des entreprises franco-allemandes, ce qui serait une situation idéale... C'est à plus long terme, je pense...
Il me parait absolument essentiel que nous utilisions bien notre coopération, notre partenariat des deux côtés du Rhin et il serait regrettable de ne pas en profiter. 
C'est pourquoi j'espère qu'aujourd'hui vous allez utiliser au mieux ce temps d'échange."...

M. MUELLER - IHK
" Je voulais dans un premier temps vous présenter notre travail. Nous soutenons essentiellement les jeunes entrepreneurs, les jeunes créateurs d'entreprise et ma collègue qui est présente aujourd'hui, Mme PARA s'occupe quant à elle des questions juridiques. Si vous avez donc des questions de cette nature, n'hésitez-pas à faire appel à ses services... 
Sur notre site , vous allez pouvoir également trouver des informations pour les entrepreneurs allemands qui veulent s'installer en France et vice versa...

 Cécilia KIEFFER - CMA
"Je travaille à la Chambre des Métiers d'Alsace et se suis la conseillère entreprises pour les questions transfrontalières et européennes. Donc si il y a parmi vous des artisans qui souhaitent développer leur activité, faire des chantiers en Allemagne, nous pourrons en parler ensemble ce matin... 
Il y a une quinzaine d'années les Chambres des Métiers du Rhin Supérieur se sont réunies pour créer un réseau mutuel d'intervention, afin que vous puissiez avoir un interlocuteur pour vous renseigner dans vos prestations de services ou vos chantiers Outre Rhin." ...


Marc LOTT - ACTIMAGE : "J'ai créé une entreprise  qui s'appelle Actimage, d'abord en France  et qu'on a déployé ensuite, en Allemagne en 2001. Quand je suis arrivé en Allemagne. Quand j'ai démarré mes activités, mon allemand n'était pas extraordinaire, je l'ai amélioré au fur-et-à-mesure ...
Pour l'organisation qu'on a mis en place en 2001 en prenant place en Allemagne, on a choisi Kehl, parce Kehl a une position stratégique. 
Une position stratégique, c'est qu'on a un ensemble de flux,  vous savez que comme on est dans dans un métier d'expert en logiciels et en solutions en ligne, on a besoin de bande passante. 
De bande passante cela veut dire d'accessibilité pour les utilisateurs de nos solutions à travers Internet. 
Il se trouve que à travers Kehl, on a accès à un réseau  Très Haut Débit qui descend vers la Suisse d'un côté et de l'autre remonte vers Franckfurt. On a vraiment ici une structure qui nous permette de mettre des Data Centers des deux côtés du Rhin à des distances très très proches...
Avec Actimage, on a commencé à deux en 1995 et on est aujourd'hui 130 personnes réparties dans 4 pays : l'Allemagne (une trentaine personnes), la Suisse, la France et le Luxembourg."...

Quels ont été les facteurs de succès en Allemagne ?

Marc LOTT - ACTIMAGE : "Ce qu'on amène globalement dans notre activité, c'est qu'on a créé notre test sur Internet. Au niveau Européen, il y a également une décision importante qui a été prise : celle d'ouvrir le marché au réseau des opérateurs. Initialement chaque opérateur avait droit de cité, ici comme en France, et progressivement cela a pu s'ouvrir...
Ce qu'il est peut-être important d'aborder, c'est que dans ce développement notre clientèle du côté français et du côté allemand n'est pas la même.
Côté français, on a 70% de notre chiffre d'affaires sur la sphère publique et 20%, ce sont essentiellement des boites privées.
Côté allemand, on a 95% de nos clients qui sont des sociétés privées.  Et les 5% restants ce sont des projets de recherche qu'on a très raisonnablement plus de facilités à obtenir ici, en Allemagne,  qu'en France, même si les chosent bougent...
L'Idée en Allemagne, c'est avant tout qu'il faut pousser les entreprises innovantes... 
Ici en Allemagne, on a véritablement un réseau d'entreprises interconnectées entre-elles et cela c'est peut être la première chose très importante et très différente,   entre la France et l'Allemagne. 
Et cette mise en réseau des entreprises, je pense qu'en France on l'a à travers les Grandes Ecoles...
En Allemagne, ce sont des entrepreneurs au niveau local et par métiers qui se mettent en réseaux, et c'est çà qui en fait la force...  
Avant d'aller chercher à l'autre bout du monde, ici,  on va chercher localement et on va essayer  ensuite d'entretenir ce travail sur le réseau... 
Et d'un réseau vous allez ensuite pouvoir aller vers d'autres réseaux." 

Comment vous avez vécu votre installation en Allemagne, notamment du côté administratif ?

Marc LOTT - ACTIMAGE : "C'est très différent, mais je crois que quand vous abordez un pays comme l'Allemagne, il faut   se dire : qu'est-ce  que je connais déjà du pays et comment fait-on  ici ?   
Surtout  il ne faut ne pas toujours comparer la France et l'Allemagne, et puis il faut avoir une réelle envie d'apprendre,  et vous verrez qu'il y a des choses qui seront plus simples, d'autres parfois plus compliquées. 
Je pense qu'il faut  réellement lorsqu'on aborde un autre pays rebâtir dans sa stratégie  une autre manière d'approcher les clients." ...


Klaus LAMBERTZ - VERIFYSOFT  : "Nous avons créé Vérifysoft en 2003 ici au TPO,  et nous développons et nous commercialisation des logiciels  d'analyse et de test  pour tester les logiciels. 
Nous avons essayé de travailler sur presque toute l'Europe et  notamment  avec l'Allemagne et la France...
Le meilleur moyen de prospecter ses clients, ici, ce peut être un contact par téléphone, par mail, en porte-à-porte... mais il n'est pas conseillé de le faire,  sans contact, sans autorisation  préalable... Il vaut mieux le faire avec des gens avec qui vous avez déjà eu des contacts, que vous avez rencontré déjà sur un salon, sur une présentation. 
Par contre si la personne ne souhaite pas en savoir plus, il est alors conseillé  d'appliquer cette décision et de ne pas insister... même s'il faut vivre dangereusement parfois."...


Henry BEILLET - START HOP : "Ce que j'ai retenu de ces différents échanges, c'est cette notion de réseau qui a été plusieurs fois mentionnée et qui semble  de ce côté du Rhin tout a fait primordiale... 
Ce que je vous propose maintenant, c'est de faire ce premier travail de réseautage par groupes d'une dizaine de personnes, afin d'échanger entre vous, de vous présenter les uns les autres et de répondre à deux questions :
1. Parmi vous, il y a des gens qui ont déjà une expérience ou tenté une expérience de travail transfrontalier... Et ce premier travail, c'est déjà de lister entre vous quelles sont les solutions que vous , vous avez imaginées...
2. En second lieu,  c'est  aussi de se poser la question : quelles sont les débuts de solutions que vous avez envie de voir émerger ?

C'est à partir de là que on va pouvoir alors construire ce travail de réseau, parce que pour nous, la journée d'aujourd'hui, ce n'est pas une fin en soi, c'est le début de quelque chose que nous sommes en train de construire... 
J'espère qu'on pourra vous apporter quelques solutions en fin de matinée, c'est ça que nous sommes aussi en train de co-construire.
On fera une  petite restitution par les rapporteurs des groupes,  des solutions qui sont ressorties de vos  ateliers en fin de matinée et de nôtre côté, nous allons également faire un travail de synthèse de ces ateliers,  un travail de reporting que nous vous ferons parvenir à l'issue de cette rencontre." ...
Cette synthèse des ateliers  fera l' objet d'un prochain article d'Alsagora également.

DIVERSITÉ DES PROJETS PRÉSENTÉS AU COURS DE LA RENCONTRE !

On peut remarquer une vraie diversité des projets présentés au cours de la rencontre par les créateurs  français et allemands et il est à noter, que certains projets étaient portés par deux personnes :
Conseil  en Hôtellerie-Restauration  - Animation d’un nouveau Réseau Social - Accompagnement au Management - Agence  événementielle dans l’Eurodistrict - Consultant en Organisation Sociale - Fabrication de murs végétaux - Organisateur de dégustation de vins - Agence immobilière transfrontalière - Créatrice de ligne de vêtements- Stratégie Consulting - Conseil à la Création d’entreprise - Bien-être et Ateliers Ecologiques - Architecte d'intérieur - Décoratrice d'intérieur - Support Export - Conseillère Cosmétique- Agence de communication - Reconditionnement de portables - Bien être - Conseil en image - Relocation - Informatique médicale -Import-Export - Agence de travail intérimaire - Vidéaste - Livraison

QUELQUES RÉFLEXIONS DES PORTEURS DE PROJETS !

Eléments d'expériences, réflexions et propositions de  solutions, voici  quelques propos  partagés par les rapporteurs à l'issue des ateliers en sous-groupes :
 "Quel que  soit le domaine dans lequel nous souhaitons évoluer ou développer notre activité, il est important et nécessaire de connaître la langue surtout dans les domaines spécifiques et techniques des produits proposés. Cela facilite grandement les négociations," 
"Il semble nécessaire également de bien connaître les contraintes commerciales (les obligations et les  lois), la législation étant très différente d'un pays à l'autre."

"En ce qui concerne la clientèle, l'approche commerciale est également très différenciée : cela concerne aussi bien  la prise de contact que la concrétisation du rendez-vous,  ou encore, la signature d'un contrat."
"Le client allemand aime la précision, il est plus dirigé vers le contact . la prospection ne se déroulera pas de la même façon  qu'en France,"
"Au niveau de l'accompagnement  il serait idéal," d'avoir un partenariat entre les différents pôle  Antigone France/Allemagne,"
"Il est très conseillé d'apprendre à connaître le réseau sur les deux territoires et permettre à tous les créateurs de  développer leurs projets et idées, lors de prochaines rencontres transfrontalières,"
"Les allemands ont une approche directe plus intéressante. Les interlocuteurs répondent plus rapidement aux  questions  "qui est responsable... ?"  ou " A qui dois-je m'adresser?", ce qui facilite  beaucoup les démarches prospectives,"
"En France, les compétences sont parfois plus diluées, les réponses sur ce point, sont moins franches (moins tranchées),"
"En Allemagne, si un rendez-vous est fixé, c'est positif alors qu'en France, cela ne signifie rien de particulier,"
"En revanche, le temps de décision est le même dans les deux pays,  avec  cependant, une différence selon la nature de la sphère (publique : plus rapide en France ; privée : plus rapide en Allemagne)," 
"Concernant l'implantation physique de la société, tout dépendra de l'activité. Si  c'est une prestation de services : pas forcément utile. Si  c'est du commerce/vente/etc. : alors là, c'est oui,"
"Dans tous les cas, il serait souhaitable de disposer de deux numéros de téléphone (un pour chaque pays), d'avoir une documentation bilingue et d'être présent sur internet et là aussi en bilingue,"
"Concernant l'approche téléphonique des clients, il est conseillé de bien personnaliser les démarches (dimension humaine), côté allemand,"
"D'une  manière  plus générale, il faut simplifier les choses pour les clients (ère de la simplification),"
 ...
La synthèse des ateliers fera l'objet d'un prochain article d'Alsagora.

INSTANTANÉS DE LA RENCONTRE :




Das Gründertreff in Details


Existenzgründer und Jungunternehmer waren dabei und wurden  ganz schön im Vortragsraum vom TPO (TechnologiePark d’Offenburg) empfangen. Nach dem gemeinsamen Frühstück, wo die ersten Kontakte geknüpft worden sind, konnten die deutschen und französischen Gründer und Gründerinnen dank unserer zwei Dolmetscherinnen mit den Gästen und Beratern austauschen.

 Die Referenten 

Marc Lott (Actimage, Kehl) und Klaus Lambertz (Verifysoft Technology GmbH), beide grenzüberschreitende Unternehmer, haben ihre eigenen Erfahrungen zu einem aufmerksamen Publikum präsentiert.
 Für Herrn Lott: " Die Idee in Deutschland ist es vor allem innovative Unternehmen zu fördern. Hier gibt es wirklich ein Netzwerk von miteinander verbundenen Unternehmen und es ist vielleicht das erste, was sehr wichtig und sehr unterschiedlich zwischen Frankreich und Deutschland ist."  

Herr Lambertz wies ihn: "Der beste Weg, Kunden zu akquirieren, hier, ist vielleicht ein persönliches Kontakt per Telefon, e-Mail, oder von Tür zu Tür... aber es ist nicht ratsam, ohne vorherige Genehmigung Kontakt aufzunehmen... Es ist besser, Kontakte mit potenziellen Kunden aufzunehmen, die sie schon auf einer Messe oder eine Präsentation getroffen haben." 
  
Herr Beillet von Start Hop: "Wir sind uns bewusst, und ich denke beiderseits des Rheins, dass  die Existenzgründer die „andere Seite“ in ihren Gründungskonzepten sehr oft nicht integrieren, das heisst, sie übersehen so die Hälfte Ihres Absatzmarktes.  Daher,  um auf dieses Problem einzugehen, haben wir eine Reihe v von fünf Veranstaltungen auf beiden Seiten des Rheins vorgesehen ... Dies wird eine langfristige Arbeit sein, die wir gemeinsam leisten werden."

Das letzte Wort wurde von Herrn Bruno Schwelling, Direktor des die TPO geliefert: '"Wenn das erste Treffen ein Gründercafé - Treffen von Unternehmern war, wurde jetzt das Wort Café entfernt, und es bleibt ein Treffen von Unternehmern. Wenn diese Lösung in Zukunft  sich weiterentwickelt, werden wir vielleicht eines Tages ein Gründerzentrum für deutsch-französische Firmen haben, und dies wäre eine ideale Lage... "
  
Die Partner

Anwesend waren auch einige Vertreter des Lenkungsausschusses am 7. März: 
Cécilia Kieffer von der Handwerkskammer Elsass:
"Ich bin die Unternehmensberaterin auf grenzüberschreitende und europäische Fragen. Also wenn es unter euch Handwerker gibt, die ihr Geschäft entwickeln wollen, oder Bauarbeiten in Deutschland durchführen wollen, werden wir heute Morgen gemeinsam darüber sprechen können."
Christian Müller der IHK Lahr und seine Kollegin für juristische Fragen Elena Parra zum Beginn des Treffens: "Wir unsterstützen  hauptsächlich Jungunternehmer und junge Gründer. Auf unserer Webseite www.offensive-regio.eu finden Sie Informationen für deutsche Unternehmer, die sich in Frankreich niederlassen wollen, und umgekehrt." 
Ihre Kommentare nach dem Treffen: "Eine wirklich informative Veranstaltung, die einen wertvollen Beitrag zum produktiven Austausch zwischen deutschen und französischen Existenzgründern geleistet hat. Die grenzüberschreitende Veranstaltung war ein Muss für jedes Jungunternehmen, das auf der anderen Seite des Rheins erfolgreich Fuß fassen möchte."
Sophie Dengenhardt, von der Elsässischen Handelskammer

Gründer und Projekte in einigen Wörtern 

Die Projekte waren sehr unterschiedlich (siehe Liste unten) und die Verteilung zwischen anwesenden Deutschen und Franzosen war ein Drittel zu zwei Dritteln.  Die Neugier der Franzosen, das Gründerzentrum Offenburgs zu entdecken, erklärt schon mal diese Proportionen 
Die Projekte: Beratung Hotel- Gastronomie, Leitung eines neuen social media, Management-Support, Veranstaltungen im Eurodistrikt,  Berater in der Betriebsorganisation, Gestaltung von Pflanzwände, Weinprobeveranstalter, grenzüberschreitende Immobilienagentur, Hersteller Modekleidung, Strategieberatung , Existenzgründungsberatung, Wellness und ökologische Workshops, Innendekorateurin, Innenarchitekten, unterstütztes Exportieren aus Baltikum, Kosmetikberaterin, Kommunikationsagentur, Wiederverwertung von Handys, Image Beratung, Relocation, Medizininformatik, Import-Export, Zeitarbeitagentur, Filmproduktion, Versandhandel...

Die Arbeit in kleinen Gruppen
Die Teilnehmer haben sich in kleinen Gruppen verteilt, um effizienter zusammenzuarbeiten. Ziel war, sich gegenseitig vorzustellen und auf 2 Fragen zu antworten:

F1. Welche 'Business'-Erfahrung hatten Sie schon einmal in Deutschland und/oder in Frankreich?
F2. Welche Lösungen sollen auf den Weg gebracht werden, um Ihre geschäftliche Anwesenheit in  Deutschland und/oder in Frankreich zu verbessern?   

 Die Berichterstatter haben angedeutet, dass Arbeit über den kulturellen Ansatz unerlässlich für den Handel mit dem Nachbarn ist. 
Sich den Netzwerken einzuschliessen, die sehr dicht und spezialisiert in Deutschland sind, ist unverzichtbar. 
Während des Austauschs haben sich Synergien zwischen Gründern entwickelt. 


Vielen Dank an alle für Ihre Teilnahme, aber auch an unsere zwei Dolmetscherinnen Annette Müller und Sigrid Berthelon für ihre Leistung sowie an Helga König für die gute Organisation!!!