10 mars 2013

C'est la 2000 ème d'Alsagora !

Une 2000 ème pour Alsagora !
Le 28 Août 2009, le premier billet d'Alsagora titrait  "Création D’entreprise En Alsace : 2ème Trimestre 2009."  
A cette période, les statistiques de l'INSEE affichaient des chiffres de création d'entreprise par secteur, arborant fièrement des  taux de croissance impressionnants, par rapport au 1er trimestre de la même année : 
Industrie (+ 12,9%), Construction (+ 8,7%), Commerce, transports, hébergement et restauration (+5,8%), Information et communication (-11,8%), Activités financières (+18,8%), Activités immobilières (+49%), Activités spécialisées et de services (activités spécialisées, scientifiques et techniques et activités de services administratifs et de soutien) (+54,7%),Enseignement, santé, action sociale (+92,6%), Autres activités de services (+11,1%),
* Ensemble : + 21,3% par rapport au 1er trimestre 2009. Source : INSEE

Avec l'introduction en janvier 2009 des auto-entreprises, nous avions alors en lançant Alsagora, (Alsace + Agora),  l'impression  de surfer sur une vague de renouveau entrepreneurial sur le territoire... 
Une vague de renouveau ? Que dis-je, un véritable Tsunami !

LA CRISE EST BIEN PRESENTE !
Dans son N° de Septembre 2009 la revue Alternatives Economiques, quant à elle, nous rappelait à l'ordre en titrant : "La Crise n'est pas finie !"
Même si la situation  affichait quelques indices  pouvant favoriser la situation de crise avec une production (tirée en particulier par l'automobile grâce aux primes à la casse), une consommation des ménages qui n'avait pas fléchi et s'était légèrement accélérée, une amélioration des comptes extérieurs gonflant l'économie française à hauteur de 0,9 points de PIB au 2ème trimestre...  Non la sortie de crise n'était pas encore au programme de 2009 !

En septembre 2009 : "Pourquoi la crise n'est pas finie ?"
1. L'emploi va encore baisser :  
Fin juin 2009 on décomptait 400 000 emplois perdus en France  en un an dans le secteur marchand (206 000 dans les services aux entreprises, 149 000 dans l'industrie, 34 000 dans le commerce), même si une conjoncture meilleure que prévue permet de limiter la perte des emplois,  il faut compter sur une disparition de 200 000 emplois  sur la seconde moitié de l'année.
 2. Les banques restent toujours fragiles :
Le retour au profit de banques et toujours lié en tout premier lieu à leurs activités de marché (le CAC 40 a augmenté de + 35% en l'espace de 5 mois),
le marché financier utilise en priorité les liquidités considérables mises à sa disposition, à des fins spéculatives au lieu de financer l'économie réelle (flux de crédits vers les ménages pratiquement nuls et négatifs pour ceux destinés aux entreprises),
3. Le risque budgétaire :  
En Europe, la fin des plans de relance et un tour de vis budgétaire prématuré risquent de tuer une reprise timide (les gouvernements ont privilégié les aides ponctuelles sans effets récurrents sur les finances publiques pour ne pas aggraver structurellement les déficits) beaucoup d'incertitudes persistent sur le politiques destinées à ramener les finances publiques vers l'équilibre, depuis avril 2009, la France fait l'objet d'une procédure devant la Commission Européenne pour "déficit excessif". 
Si la France à promis de ramener les déficits publics sous la barre des 3% dès 2012, les intentions  pour arriver à ce résultat manquent toujours de lisibilité (grand emprunt national, politique budgétaire très restrictive, plan de relance supplémentaire en 2010, autant de prises de positions contradictoires non encore tranchées),
une politique d'austérité trop hâtive ou trop marquée risque de plomber sérieusement la croissance et accroître au final les déficits." Source Alternatives Economiques



LE 10 MARS 2013 :
J'aurais pu en ce jour de notre 2000ème,  dupliquer à l'identique la partie "Pourquoi la crise n'est pas finie ?" du diagnostic d'Alternatives Economiques de septembre 2009, tant elle semble encore d'actualité... 

PAS DE BUZZ !
La sortie de crise n'était donc pas programmée pour notre 2000ème ! 
Dommage pour le buzz...



Un peu plus de 42 mois se sont écoulés depuis la 1ère d'Alsagora... 
Vous avez été nombreux à nous faire confiance pour vous parler de l'actualité économique  et sociale de notre territoire et nous vous en remercions ! 

Sans votre fidélité, cette 2000 ème n'aurait jamais vu le jour !
 Aujourd'hui plus que jamais, nous comptons sur vous pour nous aider à promouvoir, l'Eurodistrict, l'Alsace économique et ses acteurs et faire d'Alsagora un espace d'expression et de débat à votre dimension. 

Simple curiosité de rédacteur : Je pose mon équation : 2000 divisé par 42, cela nous fait en moyenne un passage en écriture de 47,61 articles par mois ! 

De la vie avant tout !
Une 2000 ème, ça réprésente  beaucoup de  présence sur  terrain, de belles rencontres, du réseautage,  quelques nuits blanches, des réveils au petit matin, du  syndrôme de la page blanche, des séquences de boulimie éditoriale, des périodes d'infobésité, du  "ral le bol, le blog" (çà c'est de moi), et du "tu es toujours sur l'ordinateur (ça c'est de mon épouse)... 
Bref  de tout ce réel qui fait la vie d'un blog !

Et qui a dit que les blogs étaient bien mort ??? 
Je me sens encore d'attaque pour une 3000 ème !


Retrouvez Alsagora les Réseaux Sociaux :
Twitter 
Facebook 
Linkedin
Viadéo
AlsaceBiz