Select Menu

Slider

Travel

Performance

Cute

My Place

Economie Sociale et Solidaire

Financements

» » » » » » » » » » Résultats de la première étude sur "La perception des consommateurs face aux bâtiments très performants"
«
Next
Article plus récent
»
Previous
Article plus ancien

Le pôle Alsace Energivie présente les résultats d’une étude sans précédent sur la perception des consommateurs face aux bâtiments très performants, au niveau du Rhin Supérieur.
Les bâtiments très performants (Bâtiment à Energie Positive en France, Nearly Zero Energy Building en Europe) seront la réalité de chacun d’entre nous en 2020. Les professionnels s’y préparent déjà.
Mais quelles perceptions les consommateurs, futurs occupants, ont-ils de ces bâtiments ? Quelle est leur niveau de connaissance ? Quels sont leurs attentes et leurs craintes ? Quels sont les leviers à actionner et les freins à lever ?
Pour la première fois, une étude réalisée dans le Rhin Supérieur apporte des éléments de réponse pour aider les professionnels à orienter leur offre et à bâtir leur communication, et pour éclairer les pouvoirs publics dans la mise en place de leurs politiques d’accompagnement.
Cette étude, commandée par le réseau TRION, le réseau trinational sur l’énergie et le climat au niveau du Rhin Supérieur, pilotée par le pôle Alsace Energivie avec l’aide des clusters Strategische Partner für des Klimaschutz en Allemagne et i-net Basel Cleantech en Suisse, a été réalisée auprès de 900 personnes en juin et juillet 2012 par l’institut Decryptis.

Le contexte de l’étude
Des normes obligatoires à l’horizon 2020
La Directive européenne 2010/31/EU sur la performance thermique des bâtiments (DPEB) adoptée en mai 2010 stipule que tous les bâtiments construits après 2020 dans l’Union Européenne devront approcher le « zéro énergie », c’est-à-dire une consommation d’énergie quasi nulle grâce à la production d’énergie sur le site et/ou à des consommations extrêmement basses.
En France, la loi Grenelle 2 indique que tous les nouveaux bâtiments construits à partir de 2020 devront être à énergie positive BEPOS (*) . Un bâtiment BEPOS doit consommer peu d’énergie et l’énergie produite sur le site doit être supérieure à celle consommée.
Le nombre de bâtiments à énergie positive en France a fait l’objet d’une première cartographie publiée par l’ADEME fin 2012. Elle en a dénombrés 180.
En Allemagne, le standard le plus élevé est le Plus-Energie-Gebaüde. Sa définition est que la consommation d’énergie primaire et finale d’énergie doit être négative. Le standard Passivhaus, sur lequel a porté l’étude en Allemagne, est un label de construction qui, comparé aux BBC, économise 75% d’énergie et 75% d’émission de CO2.
Le nombre de bâtiments construits ou rénovés selon ce standard en Allemagne a plus que doublé en 3 ans.
En Suisse, le standard MINERGIE se décline en versions A et P. MINERGIE-A correspond à la définition du bâtiment à énergie positive, avec un bilan énergétique neutre et prend également en compte l’énergie grise du bâtiment.
MINERGIE-P se rapproche du Passivhaus. Environ 25 000 bâtiments sont construits en Suisse selon le standard MINERGIE, mais seulement 1 265 sont labellisés MINERGIE-P.

L’étude a souhaité examiner les perceptions des consommateurs sur ces bâtiments dans les trois pays, à l’échelle du Rhin Supérieur. Bien sûr, dans chaque pays a été utilisée l’appellation de référence la plus proche du concept du Nearly Zero Energy Building : BEPOS en France (tel qu’il est défini par le groupe de travail du PREBAT – Plateforme de Recherche et d’Expérimentation sur l’énergie dans le Bâtiment), Passivhaus en Allemagne et Minergie-A en Suisse.

A ce jour, aucune étude consommateur n’avait été réalisée sur ces bâtiments.
Il existe très peu d’informations sur ce que les consommateurs connaissent, perçoivent, craignent ou sur ce qui les motive.
Pourtant, les professionnels préparent déjà les innovations qui entreront dans les bâtiments d’ici à 7 ans…

Les objectifs et les cibles de l’étude
Une étude transfrontalière ambitieuse
L’étude a été conçue afin de connaître les aspirations et perceptions des consommateurs face aux bâtiments performants.

Pour les commanditaires de l’étude, les objectifs étaient multiples :

  • Aider à orienter l’offre produits et services des professionnels,
  • Aider à bâtir le discours de communication des professionnels,
  • Aider les pouvoir publics dans la définition de leurs politiques d’aides et d’accompagnement,
  • Identifier les besoins d’informations prioritaires.
Le fait de mener l’étude en commun sur les territoires du Rhin Supérieur avait pour but de renforcer l’unité économique de la zone frontalière et d’améliorer la transparence des marchés, grâce notamment à la mise en avant des différences entre pays.
L’étude a ainsi été réalisée en juin et juillet 2012 auprès de 900 habitants du Rhin Supérieur, via internet.
Elle a concerné :
  • 300 personnes en Alsace,
  • 450 en Allemagne (Bade Württemberg et Sud de Rhénanie-Palatinat),
  • 150 en Suisse (Bâle Ville et Canton de Bâle).
Toutes ces personnes sont des particuliers habitant dans une des 3 zones définies et ayant un projet de construction ou de rénovation importante dans les 10 ans à venir.

Les principaux résultats de l’étude
Synthèse globale
A noter en préalable que les trois régions constitutives de la région Rhin Supérieur répondent majoritairement de la même façon aux questions quant aux logements très performants, tout comme à celles concernant l’énergie ou l’environnement. Au-delà de différences sur certains items, il est pertinent de considérer cette région Rhin Supérieur comme un tout.

La vision du logement idéal met en oeuvre plusieurs thématiques :
  • La localisation,
  • Le coût d’acquisition,
  • La taille et l’orientation des pièces.
Les dépenses liées à l’énergie n’arrivent qu’ensuite, critère important pour 54% des personnes interrogées, suivi par le confort thermique (42%) et la construction avec des matériaux sains (37%).
Il y a une faible conscience du poids du bâtiment dans la consommation énergétique, alors que celui-ci représente 40% de la consommation d’énergie et 40% des émissions de gaz à effet de serre au niveau européen.
48% des personnes interrogées considèrent cependant qu’il est tout à fait important d’agir pour économiser l’énergie.
Les « bâtiments spécialement conçus pour consommer très peu d’énergie » ont une image plutôt positive pour plus des 2/3 des personnes interrogées. Ils apparaissent comme bien conçus et bien intégrés dans leur environnement, pour des foyers prévoyants et « dans le coup »…
A l’inverse, certaines représentations et « défauts supposés » concernent un tiers de la population : de petites fenêtres, des murs qui ne respirent pas… Tous reconnaissent cependant la modernité de ces logements. A noter qu’en France, les personnes interrogées sont davantage convaincues de l’esthétisme des bâtiments qu’en Suisse ou en Allemagne.
La possibilité d’avoir un tel logement dans de l’ancien n’est pas réellement connue.

Seules 57% des personnes interrogées parviennent à citer un label, avec des différences notables selon les pays :
  • En Suisse, 49% citent spontanément MINERGIE,
  • En France, 35% citent spontanément BBC (mais seulement 1% BEPOS),
  • En Allemagne, 6% citent spontanément Passivhaus.
Pour ceux qui connaissent les labels, les notions associées sont la basse consommation d’énergie et l’isolation / étanchéité.
Le confort thermique ressort en tête des caractéristiques jugées importantes pour ces logements. Vient très près derrière le caractère sain des habitations. Une bonne performance compte tenu de l’accent mis par l’ensemble des acteurs sur l’amélioration des performances thermiques.
Cependant, habiter un bâtiment très performant implique des changements dans son comportement ou dans ses pratiques de consommation d’énergie et ces changements peuvent être vus comme des contraintes. L’étude a recherché le niveau d’acceptabilité de celles-ci.
Les changements liés à l’adoption de comportements plus éco-responsables - réduire le chauffage en cas d’absence, éteindre les lumières non utilisées, aérer de manière plus réfléchie – semblent les plus acceptables pour les personnes interrogées.

Les contraintes suscitant le plus de réticence sont celles impliquant le renoncement à certains comportements individualistes :
  • Ne pas faire le choix de son mode de chauffage,
  • Mutualiser la production d’énergie avec d’autres bâtiments,
  • Privilégier un bâtiment ancien rénové ou un logement collectif plutôt que de construire sa maison individuelle
Mais seulement 30% des personnes interrogées n’acceptent pas ces contraintes.
Les énergies renouvelables bénéficient d’une image positive axée sur le recours à des technologies avancées et sur la garantie d’indépendance.
L’étude montre cependant qu’il y a de vraies interrogations concernant les aspects de coût et de rentabilité des installations.
En conclusion, les bâtiments très performants sont envisageables pour les ¾ des personnes interrogées et ce dans les 10 ans à venir.
La volonté d’économiser l’énergie est la principale motivation, juste avant la préservation de l’environnement.
En France, d’autres leviers sont cités tels que la préservation de la santé (53% des personnes interrogées) et le confort (46%).
En Allemagne et en Suisse, on cite l’indépendance vis-à-vis des fournisseurs d’énergie comme motivation (pour 70% des personnes interrogées en Allemagne et 55% en Suisse).
Les premiers critères de rejet sont le coût, malgré la connaissance d’aides financières, et l’inadéquation supposée dans le logement ancien.
Viennent ensuite, en assisté, le manque d’information et la complexité.

QUELQUES CHIFFRES

Le logement idéal
Question : Quels sont tous les critères importants pour vous pour qu'un logement soit votre logement idéal ?
Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Source Image : Pôle Alsace Energivie

Les attitudes à l’égard de l’environnement
Question : Parmi les domaines suivants permettant de mieux agir sur l’environnement ou économiser l’énergie, sur lequel est-il selon vous le plus important d’agir ?
Réponses par pays (note calculée tenant compte du rang et du nombre de citations):

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Source Image : Pôle Alsace Energivie

Les images a priori sur les logements économes en énergie
Question : Voici des phrases que d’autres personnes nous ont dites à propos des bâtiments spécialement conçus pour consommer très peu d’énergie; pour chacune de ces phrases vous noterez si vous êtes ...
Réponses « D’accord » données sur l’ensemble du Rhin Supérieur :

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Source Image : Pôle Alsace Energivie

Réponses « D’accord » données en France :

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Source Image : Pôle Alsace Energivie

Les labels
Question : Quels sont toutes les appellations ou labels que vous connaissez, ne serait-ce que de nom, pour désigner les classements d’un bâtiment en termes de consommation énergétique :
Réponses spontanées données en France (personnes ayant cité un label) :


Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Source Image : Pôle Alsace Energivie

Question : Parmi les différents labels ou appellations ci-dessous, lesquels connaissez-vous, ne serait-ce que de nom ?
Réponses en notoriété assistée données en France :

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Source Image : Pôle Alsace Energivie

Question : Vous avez dit connaître le label BBC. Quels sont, selon vous, les éléments pris en compte pour son attribution ?
Réponses données en France :

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Source Image : Pôle Alsace Energivie

L’importance des caractéristiques
Question : Un logement BEPOS / PASSIVHAUS / MINERGIE-A présente plusieurs caractéristiques. Pour chacune de ces caractéristiques, vous noterez si elle est Tout à fait, Plutôt, Plutôt pas ou Pas du tout importante
Réponses « Tout à fait / Plutôt importante » données sur l’ensemble du Rhin Supérieur :

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Source Image : Pôle Alsace Energivie

L’acceptabilité des conséquences
Question : Avoir un tel logement entraîne plusieurs conséquences pour qu’il soit réellement efficace, pour chacune vous me direz si cette conséquence est pour vous acceptable, ...
Réponses « Acceptable » données sur l’ensemble du Rhin Supérieur :

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Les énergies renouvelables
Question : Ces logements recourent à des énergies renouvelables. Voici des phrases que d’autres personnes nous ont dites à propos des énergies renouvelables. Pour chacune de ces phrases, vous noterez si vous êtes ...
Réponses « D’accord » données sur l’ensemble du Rhin Supérieur :

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Source Image : Pôle Alsace Energivie

Les intentions futures
Question : Dans les 10 ans à venir, pour votre projet d’achat ou de rénovation d’un logement, aller vers un bâtiment BEPOS / PASSIVHAUS / MINERGIE-A vous semblet-il envisageable ?
Réponses données sur l’ensemble du Rhin Supérieur :

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Source Image : Pôle Alsace Energivie

Les non-intéressés
Question : Quels éléments pourraient vous inciter à aller vers un logement BEPOS ?
Réponses données en France :

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Source Image : Pôle Alsace Energivie

Les intéressés
Question : Parmi les raisons suivantes d’envisager d’aller vers un bâtiment BEPOS / PASSIVHAUS / MINERGIE-A, quelles sont toutes celles qui jouent pour vous personnellement ?
Réponses données sur les trois pays :

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Source Image : Pôle Alsace Energivie


Source : Dossier presse Pôle Alsace Energivie

EN SAVOIR PLUS :

 (*) C'est quoi un BEPOS ?
"Un bâtiment ou un site est à énergie positive (BEPOS) s’il consomme peu d’énergie et si l’énergie produite sur le site, grâce aux énergies renouvelables, est supérieure à celle consommée (tous usages confondus) en moyenne sur l’année (définition proposée par un groupe de travail au sein du PREBAT, programme de recherche et d’expérimentation sur l’énergie dans le bâtiment)." 
Source : Pôle Alsace Energivie.
http://www.pole.energivie.eu/bepos

A propos du pôle Alsace Energivie :
Le pôle de compétitivité Alsace énergivie est le seul pôle de compétitivité entièrement centré sur le bâtiment et son alimentation en énergie.
Il donne une nouvelle impulsion aux entreprises – PME, entreprises de taille intermédiaire et grands groupes – ainsi qu’aux universités et aux centres de recherche déjà impliqués dans la mutation énergétique.
L’objectif est de développer dès 2015 les solutions à énergie positive dans les bâtiments et faire en sorte qu’ils produisent davantage d’énergie renouvelable qu’ils n’en consomment.
De dimension nationale comme les 70 autres pôles de compétitivité, le pôle Alsace énergivie s’appuie sur les entreprises et laboratoires alsaciens et du Rhin Supérieur pour développer des projets collaboratifs.
De la cogénération à la géothermie profonde en passant par les réseaux intelligents, plusieurs projets opérationnels autour de technologies clés sont déjà en cours de montage.



About RICO richard

This is a short description in the author block about the author. You edit it by entering text in the "Biographical Info" field in the user admin panel.
«
Next
Article plus récent
»
Previous
Article plus ancien