8 févr. 2013

PROtéine d'Alsace : Focus sur Fenua

Focus sur FENUA un nouveau concept de restauration à domicile, qui allie simplicité et qualité : 5 questions posées à Bertrand GONTHIER.


1. Quelle est votre activité, votre clientèle cible ?

"Fenua est un nouveau concept de restauration à domicile qui allie simplicité et qualité. Fenua vous propose des plats prêts à cuisiner, livrés chez vous au moment qui vous convient. Les produits sont frais, Bio ou raisonnés, locaux et de saison. 
A mi-chemin entre les traiteurs à domicile et le surgelé, Fenua allie le meilleur des deux pour vous offrir un repas rapide à préparer, original et fait avec des produits frais. Fini la corvée des courses, de pluche, de découpage,... tout est livré apprêté, emballés sous vide pour conserver la fraicheur et les nutriments des aliments, avec un mode d’emploi pour vous guider dans la réalisation du plat en 15 minutes chrono. C’est une offre innovante qui vise à simplifier le quotidien des habitants de Strasbourg et environs, qui souhaitent bien manger et se faire plaisir (ou faire plaisir à leurs proches). "
Chaque vendredi, venez découvrir de nouveaux plats sur http://www.fenua.eu.

2. Pourquoi avez vous choisi la création d'entreprise ?

"Pendant mon précédent emploi salarié en CDD, j’ai participé à la création d’une société, de la rédaction des statuts à la première vente de produit, puis son développement, en passant par toutes les phases intermédiaires. Cette expérience a confirmé mon envie de devenir mon propre patron et d’apporter un service innovant. J’ai donc cherché un moyen de me mettre au service des autres, d’apporter quelque chose de neuf à la société, avec cette idée permanente : l’envie de créer mon propre emploi ! 
Passionné de cuisine depuis l’enfance et amateur de grandes tables, c’est tout naturellement vers la restauration que je me suis tourné et vers les particuliers ayant envie de découvrir une nouvelle manière de cuisiner.Je rêvais de nourriture équilibrée. J’ai regardé ce qui existait et rien ne me convenait parfaitement. J’ai donc créé cette nouvelle offre, vérifié sa viabilité financière, testé le concept auprès de proches et cherché un moyen de créer mon entreprise.
J’avais le choix entre une création classique (type EURL) ou la coopérative. Mon projet s’inscrit depuis le début dans le tissu économique local, dans le travail de proximité, dans l’esprit artisanal de la cuisine et vise à aider et simplifier la vie des gens. La coopérative et sa philosophie de partage et d’entraide, de mutualisation et de synergies m’a semblé un choix évident. C’est pour ces raisons que j’ai choisi la Coopérative d’Activité et d’Emploi ANTIGONE comme mode de fonctionnement d’entreprise, comme source de création de mon emploi, comme berceau de mon activité nouvelle."

3. Quelles difficultés avez-vous rencontré ?

"Le parcours de créateur n’est pas simple. Un projet ne se construit pas du jour au lendemain. Il nécessite un long travail de maturation, l’acquisition de compétences nouvelles et un mental d’acier.
Pendant 1 an et demi, j’ai travaillé à ce projet Fenua, et la plus grande difficulté que j’ai rencontrée est la solitude. On entend parler parfois de la solitude de l’entrepreneur, et je peux vous assurer que c’est une réalité terrible. 
A la base, je ne voulais pas créer tout seul. Je suis convaincu que les idées viennent d’une confrontation, d’une rencontre et j’avais besoin de parler de mes idées, de mon projet, avec des personnes impliquées, et j’ai cherché en vain un partenaire. Malgré tout, j’ai trouvé des oreilles attentives, et c’est ce qui m’a sauvé. Mes proches et ma femme m’ont soutenu, m’ont aidé, épaulé, motivé à maintes reprises. Sans eux, je ne pense pas que j’aurais eu le courage d’aller au bout.
Parce que, soyons réaliste, les gens que vous allez voir pour présenter votre projet, qui doivent vous aider à le réaliser (comptables, banques, business angels, conseillers en financement,...) ne vous sautent pas dans les bras en criant au génie. Je ne leur jette pas la pierre, ils m’ont aidé à corriger mon tir en me poussant dans les ultimes limites du projet, et c’est une bonne chose. Mais quand on sort de ce type de challenge et d’entretiens, on se sent nul et bon à rien. Seul, c’est dur, très dur, et sans une sphère personnelle bienveillante qui vous remonte le moral, vous êtes cuit !
J’ai eu beaucoup de chance, parce que j’ai eu des formations en comptabilité, vente, publicité, marketing, networking, cuisine, management, logistique,... et j’ai pu expérimenter ces domaines dans mon précédent job. Je partais donc avec un avantage certains et j’ai évité, je pense, de nombreux écueils grâce à ça. Pour quelqu’un qui n’a aucune notion de rentabilité ou de bagou commercial, je pense que les difficultés sont légions et qu’il faut un maximum se faire accompagner par un organisme (que ce soit l’aide proposée par une coopérative, une pépinière d’entreprise, un cabinet conseil,...)."

4. Quelles aides avez-vous mobilisé ?

"Je me suis débrouillé presque tout seul pour le montage de mon projet. Ca m’a pris du temps, mais j’avais envie de mettre en place les différentes briques de mon entreprise moi-même. J’ai sollicité l’aide d’amis proches qui avaient des compétences importantes pour moi (publicité, graphisme, photo,...), et j’ai beaucoup appris avec eux.
Vers la fin, j’ai testé mon business plan auprès de conseillers en financement et experts comptable. Lorsque tout était prêt, je suis allé voir la coopérative ANTIGONE pour voir s’il voulait bien de mon projet. 
Je n’ai pas fait de prêt bancaire. J’ai cherché des solutions de qualité, à moindre coût, pour pouvoir tout financer sur mes fonds propres. Ce n’est pas évident, ça demande des sacrifices, mais quoiqu’il arrive, je n’ai pas de crédit à rembourser en cas d’arrêt anticipé de mon activité. C’est une forme de liberté supplémentaire. 
Je pense que mon chiffre d’affaire aurait pu commencer plus haut en investissant plus de moyens au départ, mais c’est un choix que j’assume entièrement."

5. Quel conseil donneriez-vous à quelqu'un qui veut franchir le pas de la création d'entreprise ?

"Je le répète : ne restez pas seul ! Rester seul, c’est le meilleur moyen d’abandonner et de laisser filer une idée peut-être géniale et voire quelqu’un d’autre la réaliser plus tard sans vous.
Il existe de très nombreux organismes d’aide à la création en Alsace (Sémia, Adie, Alsace Active, Antigone, Coopénates, CCI, Apec, CMA, ...). Choisissez celui qui vous convient en fonction de votre projet et de vos affinités, mais ne restez pas seul.
Et puis, il faut oser ! C’est une aventure formidable où vous apprendrez énormément sur vous-même et sur les autres. Quoiqu’il arrive, et même si ça ne marche pas comme vous le souhaitez, vous aurez grandi. Ce chemin à parcourir est une expérience de vie unique et passionnante que je conseille à tous. "

EN SAVOIR PLUS :

http://www.fenua.eu.
Adresse : 11 Rue de Sarrebourg, 67300 Schiltigheim
Téléphone : 03 69 73 67 45
Retrouvez-moi aussi sur :
Google+ 
Facebook 





S'AFFICHER DANS LA RUBRIQUE PROTEINES D'ALSACE :
Pour vous afficher dans les PROtéines d'Alsace, nous vous proposons un format éditorial simplifié  en 5 questions :

1. Quelle est votre activité, votre clientèle cible ?
2. Pourquoi avez vous choisi la création d'entreprise ?
3. Quelles difficultés avez-vous rencontré ?
4. Quelles aides avez-vous mobilisé ?
5. Quel conseil donneriez-vous à quelqu'un qui veut franchir le pas de la création d'entreprise ?


Répondez  à ces 5 questions et  joignez-nous ensuite votre logo ou votre photo sous format numérique et les coordonnées complètes de votre entreprise  : tel, mail, site, blog, réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Linkedin, Viadéo, Alsace biz...) à alsagora@gmail.com


Suivre Alsagora :