4 sept. 2012

Tour de France de l'Entrepreneuriat Social : 7 Etapes, 7 Régions, 7 Rencontres

«Depuis sa création en 2010, le Mouvement des entrepreneurs sociaux s’engage pour faire du développement de l’entrepreneuriat social une priorité des politiques publiques...
Pour doper le développement de cet entrepreneuriat d’avenir dans nos régions, le Mouves organise un Tour de France de l’entrepreneuriat social en 7 étapes. 
Sept étapes et autant de rencontres, de septembre 2012 à mi-2013, pour faire la preuve que les entrepreneurs sociaux œuvrent partout dans nos régions, contribuent à leur dynamisme économique et répondent aux problèmes sociaux et environnementaux.
Ces rencontres seront innovantes et participatives et permettront de tisser de nouvelles alliances avec toutes les forces vives de la société civile, des entreprises de l’économie « classiques » et des pouvoirs publics." Jean-Marc Borello, Président du Mouvement des entrepreneurs sociaux.

7 Etapes, 7 Régions, 7 Rencontres
Composé de 7 évènements dans 7 régions Le Tour de France a pour but  d’impulser sur les territoires une dynamique en faveur de l’entrepreneuriat social. 
Personnalités politiques, entrepreneurs classiques, entrepreneurs sociaux et citoyen(ne)s s’y rencontreront avec la même ambition : créer les conditions favorables au développement des entreprises sociales de leur région.
Le Mouves a choisi le Nord-Pas de Calais, une des régions les plus favorables au développement de l’entrepreneuriat social (Baromètre BEST, Mouves – CNM Partners 2011), pour lancer son Tour de France. Cette première étape se déroulera le 10 septembre au coeur du Salon Créer à Lille, temple de la création d'entreprise dans la région.

Que va t-on trouver en étape ?
  • Des ateliers participatifs pour favoriser la croissance de jeunes pousses innovantes de l’entrepreneuriat social. L’équipe dynamique de Makesense (communauté web qui développe des outils pour aider les entreprises sociales) animera des brainstormings où les participant(e)s trouveront des réponses concrètes aux enjeux de développement des jeunes entreprises sociales
  • Des Workshops pour faire connaître leur métier et leurs solutions. Des conférences participatives donneront au public l’occasion de mieux comprendre les secteurs  d’activités, les métiers et les solutions des entrepreneurs sociaux.
  • De grands moments d’interpellation politique pour engendrer des actes forts en faveur du développement des entreprises sociales du territoire. Personnalités politiques, de l’entrepreneuriat classique et l’entrepreneuriat social échangeront pour impulser de nouvelles collaborations avec les entrepreneurs sociaux de la région.
Une grande soirée au mois de mai 2013 se déroulera à Paris et viendra clore le Tour.
Pour enclencher une dynamique autour du développement de l’entrepreneuriat social et mobiliser les acteurs locaux, les 7 régions activées par le Mouvement des entrepreneurs sociaux se mobiliseront chacune autour d’un enjeu majeur (Europe, Formation des jeunes, Innovation,...).
Source : Dossier presse Mouves

EN SAVOIR PLUS
La définition de l’entrepreneuriat social selon le Mouves (inspirée de travaux à échelon européen) : 
«Les entreprises sociales sont des entreprises à finalité sociale, sociétale ou environnementale et à lucrativité limitée. Elles cherchent à associer leurs parties prenantes à leur gouvernance. »

L’entreprise sociale repose sur 4 piliers qui délimitent un champ en mouvement aux frontières dynamiques 
  1. Un projet économique : comme son nom l’indique, une entreprise sociale est avant tout une entreprise, elle fonde donc son projet sur un modèle économique viable induisant une prise de risque, une production de bien et/ou de services, la création de richesse et d’emploi, l’apport d’une réponse à une demande de marché, une indépendance vis-à-vis des pouvoirs publics, 
  2.  Une finalité sociale et/ou environnementale : l’objet même d’une entreprise sociale est de répondre à un besoin social ou environnemental. Autrement dit, sa mission est de produire, au-delà de sa seule valeur économique, une valeur sociale ou environnementale qui existe par le recrutement de ses salariés (précaires, en situation d’exclusion, de handicap, ...), les méthodes de production (production dans des conditions éthiques, favorisant le développement local), la clientèle / les bénéficiaires (publics n’ayant pas accès au marché traditionnel),
  3. Une lucrativité limitée : cela ne veut pas dire s’affranchir de la rentabilité, mais la rentabilité devient un moyen au service du projet social de l’entreprise. Les entreprises sociales s’attachent à répartir équitablement les excédents, en donnant la priorité au développement du projet de l’entreprise. De fait, les entrepreneurs sociaux se retrouvent autour de quelques logiques de fonctionnement (l’échelle des salaires est encadrée -  les excédents sont mis au service des hommes et du projet - la rémunération du capital est limitée - le processus de décision n’est pas fondé sur la propriété du capital),
  4. Une gouvernance participative : elle cherche à impliquer les parties prenantes (salariés, collectivités, financeurs, bénéficiaires fournisseurs…) dans le processus de décision de l’entreprise, pas au nom d’une idéologie mais au service de l’efficacité et de la qualité de service.



Le Mouvement des entrepreneurs sociaux (Mouves) fédère et représente des dirigeants d’entreprises sociales, des entrepreneur(e)s qui ont choisi de placer l’efficacité économique au service de l’intérêt général. L’entrepreneuriat social est un mouvement de fond international qui s’appuie sur 4 fondamentaux : une finalité sociale et/ou environnementale, un modèle économique viable, une lucrativité limitée et une gouvernance partagée.

 Le Mouves est notamment à l’initiative :
1. d’un Livre blanc des entrepreneurs sociaux (éditions Rue de l’échiquier) qui propose au gouvernement sorti des urnes un pacte pour entreprendre autrement avec 7 mesures concrètes pour développer l’entrepreneuriat social, sans coûts supplémentaires pour les finances publiques ;
2. du Tour de France des entrepreneurs sociaux qui débutera à Lille en septembre avec 7 étapes et 1000 participants pour développer l’entrepreneuriat social et ses solutions dans les régions.