18 juin 2012

La filière Foires, Salons, Congrès, en Alsace : Quelles évolutions ?

La Maison de l’Emploi et de la Formation (MEF) du Bassin de Strasbourg organisait le 12 juin dernier au Palais des Congrès de Strasbourg,  une journée d’échanges sur le thème de la GPEC (Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences).
Cette journée avait pour objectifs  : 
  • d'accompagner les besoins en main d’œuvre actuels et futur à la nouvelle configuration du palais des Congrès et du Parc des Expositions de Strasbourg, 
  • d'élargir la dynamique du marché de l’emploi et la filière au territoire transfrontalier 
  • de réfléchir aux enjeux du développement durable et à la responsabilité sociétale des entreprises de la filière

Petit retour sur l'Atelier de présentation de la filière et  sur la GPEC (Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences)

A PROPOS DE L'EVOLUTION DE LA FILIERE, ET DE LA GPEC :

 Gilles CHAVANEL,  journaliste économique :
 "Je me suis rendu compte en préparant cette journée, que depuis un certain temps, les organisations professionnelles autour de l'évènementiel, depuis une dizaine d'années, avaient tendance, doucement et sûrement, à pratiquer une espèce d'intégration. C'est-à-dire de se rapprocher en tant qu'organisations professionnelles. Cela dénote un besoin de la filière d'être un peu plus visible, d'être un peu plus efficace aussi. Le problème qui se pose dans vos métiers, c'est que vous êtes réparties, que vous êtes des petites structures, que vous n'avez pas forcément des activités linéaires, ni toujours des intérêts convergents.  Donc il faut arriver à trouver une solution, déterminer même un modèle économique nouveau qui vous permette d'exister de façon un peu plus visible... C'est cette intégration que nous allons regarder ce matin au travers du zoom de la GPEC...
Pour l'Alsace, ce marché se conjugue aussi en transfrontalier, c'est pourquoi, l'évidence c'était d'associer les professionnels de l'Ortenau à cette démarche. C'est vrai que la Maison de l'Emploi et de la Formation qui était à l'initiative de cette journée a déjà pratiqué un certain nombre d'entretiens explicatifs pour aller dans le sens de cette intégration de la GPEC." ...

Alain WEBER, Président du Conseil d’administration de Strasbourg Evènements :
 "Bienvenue au palais de la Musique et des Congrès que vous voyez une des dernières fois dans sa configuration actuelle... Sa transformation prochaine,  accompagne l'évolution très importante de notre filière professionnelle . L'évènementiel  depuis 15 ans s'est progressivement professionnalisé (en intéressant des gens d'un niveau de formation de plus en plus élevé). Il s'est élargi également  sur le plan de sa crédibilité... La filière Foires Salons, Congrès, s'est imposée en matière de développement économique, comme un atout important pour des villes comme Strasbourg, Mulhouse et Colmar notamment."... Il est important dans un contexte de concurrence internationale des foires, salons, et congrès,, que notre filière acquiert cette crédibilité en terme de formation première, en terme de formation permanente, en terme d'évolution des métiers, et d'attractivité de notre filière par rapport aux jeunes et aux moins jeunes qui sont soit en reconversion, soit en recherche d'emploi.
Nous avons la chance d'avoir sur Strasbourg, une perspective importante, puisque dans les 3 à 4 ans qui viennent,  le site Foires, Salons, Congrès de Strasbourg va être complètement bouleversé. Le Palais des Congrès va être entièrement  redessiné, adapté aux exigences contemporaines et modernes de nos clients.
Le Parc des Expositions va être transféré de quelques centaines de mètres,   il va être en liaison matérielle physique  directe avec le Palais de Congrès par une galerie, ce qui permettra de créer à cet endroit de Strasbourg, un site unique de près de 100 000 m2, ouvrant la perspective  de pouvoir utiliser un outil de travail adapté dans un contexte de mondialisation…

Henri DREYFUS : Président de la MEF Strasbourg et Conseiller Géneral du Bas-Rhin et Adjoint au Maire de Strasbourg - La démarche GPEC de la filière Congrès sur le Territoire Strasbourg-Ortenau
"La  journée de Workshops se situe à mi- parcours de l’étude  lancée en février dernier autour de l’emploi et des compétences de la filière. Et cette démarche s’inscrit dans le cadre du Plan de Développement économique de la Communauté Urbaine de Strasbourg ECO 2020.
Alors, nos objectifs c’est d’essayer d’accompagner vos besoins de main-d’œuvre actuels, de vous proposer des solutions de gestion des ressources humaines et de fidéliser vos équipes, développer leurs compétences et surtout d’anticiper vos futurs besoins en recrutement, en prévision de la nouvelle configuration du Palais des Congrès et du Parc des Expositions. En second lieu, c’est aussi vous faire part des bonnes pratiques des acteurs de la filière notamment en matière de RSE (Responsabilité sociétale de l’entreprise, au niveau de la mise en place de cette démarche au sein de nos structures.
Egalement vous rappeler que le rôle de la Maison de l’Emploi, c’est de sensibiliser des acteurs à la dimension sociétale de la RSE, c’est-à-dire l’intégration des salariés, le recrutement des demandeurs d’emploi, des travailleurs handicapés,  la signature de notre charte de diversité, le développement des compétences en interne des conditions de travail… En fait c’est l’ensemble qui complète la dimension environnementale de la RSE… Les échanges de ce jour doivent permettre d’alimenter l’étude en cours et  ainsi acter un plan d’action concret."…


Claude FEURER : Directeur Général de Strasbourg Evènements : Présentation du projet de quartier d’affaires international et de la nouvelle configuration du Palais des Congrès et du parc Expo à l’horizon 2016-2017
«Je voudrais rappeler l’importance de Strasbourg au niveau des congrès internationaux. Il faut savoir tout d’abord que les congrès internationaux sont organisés massivement sur Paris en  France et ensuite dans les  grandes métropoles régionales. Il nous faut aussi entrer au niveau macro-économique sur les classements qui ont été faits au niveau international (classement des villes sur des critères très précis) : ce sont les congrès internationaux qui sont accueillis dans ces villes, congrès internationaux sur la base des critères suivants : le nombre des manifestations, le nombre de participants, la répétitivité de ces évènements, et le nombre minimum de pays représentés.
La France selon ces critères est classée au cinquième rang au niveau mondial et dans le classement européen au 4ème rang. On voit que l’Allemagne est également extrêmement présente.
Pour Strasbourg,  nous avons un rang de 172ème pour ces manifestations internationales et au plan européen on se situe au 93ème rang, et  au 8ème rang au niveau national.    
En 2011, sur les 2 sites Palais des Congrès et Parc des Expositions, c’est quand-même 339 manifestations qui ont été accueillies. C’est également pour 2011,  102 millions d’euros de retombées économiques générées par l’activité Foires, Salons, Congrès, Spectacles... 
Si on rentre un peu dans le détail, pour l’activité Congrès c’est 32 grands congrès de dimensions internationales, mais aussi 105 conventions d’entreprises dont 8 de dimensions internationales.
C’est Strasbourg et toute la Communauté Urbaine de Strasbourg qui profitent largement  des toutes ces journées congressistes et  notamment les hôteliers du territoire…
La Foir
e Exposition quant à elle c’est 1100 exposants, plus de 200 000 visiteurs et en plus nous produisons une quinzaine de salons (essentiellement des salons grand-public) avec 1 salon professionnel toutefois : le salon EGAST autour de la gastronomie, l’hôtellerie/restauration…
Nous accueillons également un certain nombre de manifestations : 24 salons (qui sont organisés par d’autres villes, des salons tournants avec comme leader  sur Strasbourg, « le salon des vignerons indépendants » qui a un succès phénoménal (55 000 visiteurs pour cette manifestation)…
Nous avons fait ce diagnostic sur nos besoins d’évolution de l’équipement, et nous nous sommes positionnées sur une stratégie de conquête et d’innovation que nous allons mettre en place.
Cette stratégie, c’est d’abord une refonte de l’organisation, aller encore chercher plus d’efficience, une simplification des circuits et une orientation très claire « clients » pour aller vers ce marché international que nous espérons pouvoir développer avec ces nouveaux équipements. çà nous a interrogé sur la gestion des compétences et nous avons mis en place un programme de formation sur les talents que nous appelons les jeunes pousses parce qu’il va falloir se préparer à de nouvelles missions au niveau national mais aussi à l’international, aborder de nouveaux marchés…
Aborder un nouveau marché, ça n’est pas qu’une simple déclaration, c’est se préparer à la faire avec des compétences,  avec des capacités à recevoir ces marchés étrangers, connaître leurs attentes… Et puis, ce sont des efforts au niveau commercial  et marketing, avec des équipes projets qu’on met en place…
Nous avons pu déterminer très clairement des marchés cibles qui sont très porteurs. Strasbourg a une compétence de ce point de vue  là, à travers son université et   à travers  les  partenaires du secteur de la santé (que ce soit médecine, pharmacie, biologie et thérapies nouvelles,) secteur où nous avons des pointures mondiales qui nous permettent d’attirer des manifestations internationales… travailler également avec les pôles de compétitivité de la région pour décliner une stratégie d’influence, parce que le développement de ces manifestations passe par une stratégie d’influence sur toute une chaine de décision…
Strasbourg Evènements, c’est 125 emplois directs, ce sont aussi des retombées indirectes sur l’économie du territoire (commerce, hôtellerie-restauration, mais aussi sur un certain nombre de sous-traitants, de l’intermittence, de l’intérim)… Des retombées indirectes lointaines également (des implantations d’entreprises, des créations de filiales pour des entreprises étrangères, des passerelles avec l’industrie)… 


Damien ROY, Chef de service marketing territorial de la CUS - suite de la Présentation du projet de quartier d’affaires international et de la nouvelle configuration du Palais des Congrès et du Parc Expo à l’horizon 2016-2017
«La clé pour conquérir de nouveaux marchés et attirer de nouveaux évènements, de nouvelles manifestations et là je prends ma casquette de marketing territorial, c’est bien sûr, de se différencier. On peut se différencier par des nouveaux équipements, mais aussi par une offre de services. Et parmi cette offre de services, la structuration et la qualité de la filière restent très importantes, notamment les hommes et les femmes qui sont directement au service des organisateurs d’évènements.
Au niveau des équipements, en quoi ce Palais de Congrès, ce nouveau Parc Expo et Quartier d’affaires, vont dynamiser et donner une nouvelle image à la destination strasbourgeoise en matière de rencontres économiques ou de vibes ?


Le projet (Waken-Europe),  est constitué de 3 objets  distincts :
•    Le Quartier d’affaires international qui sera implanté sur le site actuel des halls d’exposition avec une première tranche sur la période 2013/2017 et à partir de 2017, une deuxième tranche sur les surfaces d’expositions actuelles, préalablement transférées sur le nouveau site du Parc Expo.  
•    l’extension su PMC qui sera ce lien physique et même ce lien commercial avec le Parc des Expositions.
•    Vous voyez que sur un projet, on a deux types d’équipements, un équipement lié au tertiaire international et un Pôle de la rencontre économique des congrès et des salons, très compact, moderne, modulable, qui essaiera de répondre aux attentes des organisateurs et qui proposera plus de 50 000 m2en surface congrès et 50 000m2 en surface d’exposition. Là on aura une masse critique assez intéressante…
Les objectifs de cette ambition, de ce positionnement, de ces équipements et de cette offre de services, c’est bien sûr également travailler à tout l’environnement qui attire les congrès, travailler sur l’attractivité de cette destination, en insistant notamment sur l’accessibilité…
Evidemment aussi l’ambition de la compétition,  de revenir dans le peloton des destinations européennes de la rencontre économique. Et également un objectif, par rapport à cette offre de services, de pérenniser les congrès qui seront dans notre portefeuille, d’en attirer d’autres et de faire revenir non seulement des congressistes, mais de faire revenir aussi les «visitors»... çà aussi ce sont des retombées économiques qui sont importantes te en terme de destination. 
Frédéric PITROU, Directeur Général adjoint de la Fédération Foire Salons Congrès et Evènements en France - Focus sur l’emploi de la filière salon congrès évènement au niveau National
«Nous nous sommes rapprochés récemment au niveau de la  Fédération Foire Salons Congrès et Evènements en France d’une association qui rassemble des agences évènementielles et nous venons de nous rapprocher également de l’association des concepteurs de stands, c’est-à-dire plutôt les architectes. C’est dans ce genre d’initiative qu’on voit qu’une véritable filière s’est créée. Aujourd’hui le rôle de la fédération est de rassembler et d’avoir un discours commun entre toutes ces associations qu’on soit fusionnés ou qu’on soit rapprochés, en essayant d’avoir la même vision de l’évolution de notre filière. D’autres activités qui participent à la réussite d’un évènement commencent aussi à se rapprocher de nous notamment le secteur hôtelier, pour qu’il y ait vraiment un intérêt collectif et que chacun puisse trouver sa position dans l’échec ou la réussite de l’évènement." …

A propos de la démarche GPEC dans cette évolution de la filière
« Initialement, la filière a vécu dans un « monde d’amateurs » les gens entraient dans ce secteur d’activité un peu par hasard et si ils passaient le cap des 3 premières années en y mettant beaucoup de passion, cela pouvait perdurer et se développer un peu. On avait surtout des ce secteur, des passionnés sans formation initiale spécifique très poussée.  
Dans les années 2000,  les  multiples structures ont été rattachées à une convention collective et on a commencé à se poser des questions en matière sociale, notamment en matière de droit du travail.
On voit depuis,  se mettre en place de plus en plus de procédures, les choses sont beaucoup plus contractualisées…
En terme de compétences, on est aussi passé d’un secteur qui était à l’origine, plutôt manuel, à une situation où aujourd'hui on est plutôt sur un secteur à valeur ajoutée individuelle….
A la fédération par  exemple, on a développé un outil pour permettre à l’exposant de préparer sa participation à l’évènement, à définir au moment de l’exposition si les objectifs sont atteints, à mesurer la valeur ajoutée de sa participation.
Cette adaptation, cet accompagnement des compétences, c’est aussi une obligation de survie pour secteur. 

Au début on agissait plutôt sur une chaine locale et aujourd’hui la personne qui s’occupe des congrès à Strasbourg rentre forcément en concurrence avec l’étranger. Si on ne va pas vers cette professionnalisation, je pense que l’activité va chuter très rapidement…. Donc çà passe aussi par l’apprentissage des langues car quand vous jouez sur la scène internationale, cela fait tout de suite la différence…
Actuellement, on est en train de travailler par exemple  sur un CQP  qui va valider les compétences des gens qu’on appelle "les responsables des opération"s (les gens qui sont dans les halls et qui veillent à ce que tout se passe bien durant l’évènement).
Depuis une dizaine d’années, il y a des formations initiales qui sont mises en œuvre, et l’objectif qu’on a dans les formations initiales avec nos partenaires, c’est qu’on ne veut plus que les salariés qui seront embauchés dans l’entreprise ne soient spécialisés que sur une seule activité.
L’objectif des formations initiales c’est désormais de former des jeunes qui ont une vision globale de l’évènement. On est très conscients qu’ils ne peuvent pas être des  spécialistes de tout.
Ce qu’on cherche à former ce sont des jeunes qui sont spécialistes dans leur domaine (la communication, le marketing, la logistique, le commercial), mais qu’ils ont  des lumières qui s’allument lorsqu’ils sont tous ensemble sur un même sujet. C’est une vision plus systémique de nos métiers au sein de la filière.
L’adaptation aux nouveaux enjeux de nos métiers, cette évolution nécessaire  vers une vision commune, d’une stratégie commune et d’une professionnalisation de ses acteurs, une réelle ouverture au transfrontalier,  sont des conditions nécessaires pour créer une véritable filière porteuse d’avenir."
Frédéric PITROU


EN SAVOIR PLUS :