22 juin 2012

Le Très Haut Débit en Alsace : Paroles d'acteurs


 Qu'en est-il du Très Haut Débit en Alsace ?
J'ai participé le 15 juin dernier  à un atelier sur le thème : 
 "Le très haut débit en Alsace, quelles nouvelles offres, pour quels nouveaux services / usages"  
Un atelier  qui se déroulait à la Plage Digitale à Strasbourg et  accueillait des opérateurs privés, des responsables économiques et institutionnels.

Ce que j'ai retenu de cet atelier :
Le Schéma Directeur d’Aménagement du Territoire dont la mise en œuvre va démarrer dans les mois à venir a deux principaux objectifs : lutter contre la fracture numérique  sur le plan territorial et social,  et favoriser le déploiement du Très Haut débit sur l’ensemble du territoire.
Les enjeux sont  bien sur d’assurer cette couverture du Très Haut Débit  pour répondre aux besoins des acteurs publics, des acteurs privés et de la population en amenant de la compétitivité sur l’ensemble du  territoire.
Le Plan d’aménagement numérique va bénéficier d’engagement de l’Etat dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir et du Fond d’Aménagement Numérique du Territoire.
La particularité en Alsace, c’est qu’on a réussi à avoir une maîtrise d’ouvrage commune Région/Départements ce qui n’est pas le cas partout. C’est une vraie concertation avec les inter-communalités qui sont parties prenantes de cet aménagement numérique. Et bien sur une interaction avec les opérateurs privés que sont France Télécom, Numéricable, SFR, Bouygues, etc…
La situation cible qui est visée c’est 2030 fibre optique au domicile et jusqu’à toute entreprise en s’appuyant sur les réseaux  d’initiatives publics qui existent, et d’avoir le maximum de services possibles avec une première phase 2012/2020 sur les zones d’activités, les sites prioritaires pour la fibre et les communes définies comme prioritaires dans le Schéma d’aménagement numérique.

Un calendrier prévisionnel des interventions :
2013 - 2015 : des actions ciblées sur les délaissés actuels,
Intervention pour desservir en fibre optique les zones d’activité économiques et les principaux  établissements publics (sites administratifs, collèges, lycées, hôpitaux etc.) qui ne le sont pas à l’heure actuelle,
Intervention pour le grand public auprès des communes les moins bien couvertes en Haut Débit
 2015 - 2020 : assurer la desserte en fibre optique jusque chez l’habitant pour les communes principales,
 2021 - 2030 : poursuite du déploiement pour arriver à une couverture en fibre optique jusque chez l’habitant sur tout le territoire d’ici 2030. 

QUELQUES REFLEXIONS AUTOUR DU TRES HAUT  DEBIT EN ALSACE 

C. Graebling (CUS),
" Ce débat s’inscrit  quand on parle du numérique dans Strasbourg  ville numérique 2020. Il y a évidemment au niveau de la Communauté Urbaine de Strasbourg, un intérêt affirmé pour le numérique. Simplement  l’une des préoccupations de la CUS c’est que d’un côté il y a une  demande pour le numérique de tout-un-chacun et d’un autre côté il y a aussi une forte demande pour le numérique entreprises. Ce sont deux secteurs qu’il ne faut absolument pas dissocier.
 Est-ce que je peux vraiment dire à une entreprise, "attendez 2020 il y aura quelque chose, aujourd’hui ce n’est plus pensable…
On ne peut pas oublier  une communauté comme la CUS qui représente entre 60 à 70% des usages, mais d’un autre côté, il y a aussi Mulhouse agglomération, Colmar  et la nécessité de se retrouver  autour de tables rondes comme celles-ci, avec les grandes communautés d’agglomérations qui rentrent tout à fait dans ce schéma d’aménagement numérique, sans négliger aussi l’aspect transfrontalier car on  a les pieds sur un nœud numérique international." ...


J.-G. Lett (Orange)
" Orange, avec d’autres opérateurs notamment SFR, va déployer la fibre sur la Région Alsace. Au niveau national c’est 2 milliards d’investissements qui seront mobilisés d’ici 2015.
Au niveau régional ce programme est largement lancé puisque nous avons démarré Ville de Strasbourg il y a déjà 2 ans avec maintenant près de 10 000 logements qui sont fibrés sur Strasbourg et cela va s’accélérer notablement au 2ème semestre de l’année prochaine avec des nouvelles communes de la CUS. Plus Mulhouse qui vient également d’être lancée au premier semestre…
On parle bien sûr d’une attente forte de la part des collectivités, notamment certaines collectivités qui au niveau du haut débit seraient plus mal servies que d’autres, et c’est effectivement le cas.
Les opérateurs privés à cet effet, ont pris l’année dernière des engagements , des engagements AMI  Appel à la Manifestation d’Investir qui avaient été demandés par le gouvernement justement pour permettre aux collectivités d’adopter un Schéma Directeur Territorial  d’Aménagement numérique.
Schéma Directeur Territorial  d’Aménagement Numérique.qui a été adopté fin mars, par les Conseils Généraux du Haut-Rhin et du Bas-Rhin. Cela représente 407 millions d’euros en complément des investissements des opérateurs privés. Ce schéma va même au-delà de 2025 puisqu’il s’étale jusqu’en 2030, même si on est en attente de bonnes surprises à l’avenir pour l’accélérer.
Cela ne veut pas dire cependant que les opérateurs privés n’iront pas au-delà de l’engagement qu’ils ont pris dans le cadre de ce Schéma Directeur. Reste à définir sur quel modèle économique, sur quel véhicule juridique…
On parle de Très Haut Débit, reste encore à définir que c’est aussi du Très Haut Débit en mobilité. Les usages mobiles  aujourd’hui sont aussi importants, si ce n’est plus importants en mobilité (pour les entreprises sur leurs sites de production mais aussi pour les usagers que nous sommes tous (professionnels ou privés). Il y a actuellement, et c’est une tendance de fond, une croissance exponentielle des usages qui va de pair avec des besoins en ressources qui ne le sont pas moins.
Il y a des licences qui ont été confiées aux opérateurs privés en fin d’année dernière, qu’on appelle la 4G ou encore la licence Technologies LTE, et qui va permettre (pour donner un ordre de grandeur) l’équivalent d’un usage ADSL au domicile. Cela veut dire que ça va permettre en mobilité de faire, du transfert de données, de l’usage de l’image vidéo." …


A. Sommerlatt (Alsace Connexia),
" En postulat, je voudrais insister sur le fait que   le dispositif d’usage du Très haut Débit sur le Territoire régional est primordial si vous voulez générer des  services. C’est la présence du Très Haut débit qui génère des nouveaux services et non pas l’inverse,  sur les Télécoms. Aujourd’hui, contrairement à ce qu’on pourrait croire, les opérateurs quels qu’ils soient, pensent que  les investissements lourds et les recettes dans l’écosystème ne sont plus à l’endroit où se portent les investissements. Il est donc primordial de mutualiser les réseaux fibre optique.
Il y a une partie d’investissements privés  mutualisés qui  ont été faits sur l’Alsace,  sur les grandes agglomérations régionales et il est important de combler ces investissement privés par des investissements publics dans le cadre du Schéma Directeur afin que les deux investissements soient complémentaires, eu égard aux investissements mutualisés qui sont faits.
Aujourd’hui, l’arrivée du Très Haut Débit est impérative. parce que l’Internet est un vecteur de croissance (1/4 de la croissance française se fait au travers des métiers de l’Internet, ¼ de nos emplois sont liés à l’Internet). L’économie numérique est au cœur de l’entreprise et les grandes entreprises, c’est des systèmes partagés,  c’est du Cloud notamment et c’est bien cet investissement là qui est fait." ...

Actimage
" Notre métier, c’est quoi ? Nous sommes un éditeur de solutions logicielles en direction des entreprises, où la particularité, c’est que l’ensemble de notre solution de services est dans le nuage. Nos clients sont de moins en moins sur des réseaux fixes locaux, mais  de plus en plus dans la mobilité, donc toutes nos applications sont pensées aujourd’hui pour fonctionner sur des tablettes sur des smartphones. On note donc,   que les services et les panoplies de services,   sont de plus en plus consommateurs de données. Et la logique pour notre société, c’est  dans toute l’Europe,  d’offrir à des collaborateurs mobiles, les moyens d’avoir une  productivité  plus importante,  d’avoir une  plus grande mobilité, de faire plus vite leur travail,  dans de meilleures conditions, ce qui nécessite des outils qui soient  ergonomiques et intuitifs. C’est le nerf de la guerre.
L’ensemble des services que l’on va offrir,  se doit d’être accessible partout. La qualité de service finale qui sera constatée par le client final, ce sera toujours la qualité du maillon le plus faible. Et c’est là ou le bât blesse,  au niveau des infrastructures notamment,  lorsque l’on a à franchir des frontières…
Il faut ouvrir beaucoup plus de routes, sinon quand on va envoyer (pour faire une petite caricature), un eMail de Strasbourg à Kehl, il va partir sur Paris, dans le meilleur des cas il arrive sur Frankfort, puis il redescend sur Kehl… c’est  tout de même un beau détour,  et il suffit qu’il y ait un encombrement sur un périphérique et on est  vite perdus…
L’idée d’EuroGix, c’est dire on est ici dans un espace du Rhin Supérieur. Ici à Strasbourg  par exemple, on a énormément de choses à faire avec nos voisins allemands ou suisses, donc on a besoin de donner à l’ensemble de ces gens,  la possibilité d’avoir accès à des capillaires qui soient en adéquation.
Donc c’est bien  d'avoir un capillaire qui soit bien développé sur notre région,  mais il faut aussi qu’on s’attaque à l’interconnexion, car ici en Allemagne par exemple,  on a  beaucoup d’infrastructures connectées déjà sur le Très Haut Débit.
 L’idée d’EuroGix, c’est de permettre l’extension de réseau à l’ensemble des opérateurs et tout le monde a quelque chose à y gagner. Il faut clairement pour nos clients par exemple,  que l’ensemble des données soit accessible dans les mêmes conditions que l’on soit du côté français ou du côté allemand car nos  clients passent les frontières quotidiennement." ...

J.C. UHL _ Télécentre Expérimental  Reichstett
 "Je pense que c'est en donnant  de l'accès qu'on va développer de nouveaux usages...
Sur le Télécentre, on a besoin de capacité de travail collaboratif,  de la  visioconférence, d’accès à distance à des serveurs, de faire de la voix sur IP en téléphonie,  
 On est donc  très content que le Très Haut Débit arrive évidemment, mais à  échéance 2020,  si pour pour un territoire c'est très court, pour une entreprise, nos besoins c'est maintenant."... 
Au télécentre j'aimerais bien avoir tout de suite 100 Méga avec un tarif attractif pour pouvoir booster les activités ."...

J.-G. Lett (Orange)
"Là où il y a une présence d'un Schéma Directeur qui s'est concrétisé, il y a des études qui le disent  "avec la présence d'un réseau mutualisé, il y a une croissance qui se fait de l'ordre de 12%." Et cela se fait par deux portes : la disponibilité de l'accès et le niveau de prix...
On redécouvre que notre secteur d'activité  qui est très gourmand en ressources, c'est aussi une activité capitalistique, c'est-à-dire qui demande des investissements colossaux.  Mais je crois qu'on a perdu un peu le sens de la mesure...
Aujourd'hui le quart de la croissance  du PIB est généré par le secteur numérique. 
Ce qu'il faut comprendre aussi, c'est que la situation est extrêmement complexe. 
 Pourquoi elle est complexe ? 
Il y a eu des choix qui ont été faits,  qui font que on est dans un secteur hyper-régulé avec une concurrence dans certains secteurs géographiques par des infrastructures. 
Mais il y a des pays libéraux  qui ont fait un choix radicalement différent et certaines études disent que la France est en retard pour le Très Haut Débit... 
Qu'est-ce que le Japon a fait, qu'est-ce que la Corée a fait ? Ils ont mis en place une compétition par les infrastructures.
Il faut savoir que en plus on était sur un secteur en très forte croissance jusqu'à  y a 2 ans et donc qui dit secteur en croissance, dit taxes de la part du politique. 
Je crois qu'on est à la croisée des chemins et aujourd'hui on arrive à un constat qui est celui-ci : aucun opérateur ne pourra faire seul désormais ce qu'il pouvait faire il y a quelques années... ça va passer par des partenariats et on le voit déjà avec les opérateurs privés, que ce soit dans le domaine du mobile où on essaie de mutualiser nos réseaux... Et en développant aussi des partenariats avec les sociétés de services.
C'est vrai que dans le futur les prix seront amenés à baisser pour les entreprises qui auront accès au FTTH. 
Mais il faut voir aussi  qu'il y a le facteur temps,  et qui dit ressource rare, dit ressource chère et cela restera toujours vrai économiquement. 
Mais ce dont nous sommes convaincus, c'est qu'il faudra ouvrir l'ensemble du territoire...

 "Il faut distinguer 2 choses : ce qui concerne l'entreprise et ce qui va concerner le particulier...
Pour l'entreprise on rendre dans un autre débat : l'entreprise elle doit avoir la connectivité, le débit nécessaire pour qu'elle puisse consommer les  services qui lui sont nécessaires.
 C'est pour çà que quand on a créé les Data Centers, pour qu'on puisse avoir un certain nombre d'opérateurs présents et qu'on puisse ouvrir un certain nombre de routes, on a fait la même chose du côté allemand, de manière a ce qu'on puisse avoir une couverture et des routes les plus nombreuses possibles. 
C'est pour cela  aussi que la mutualisation, elle ne va pas à l'encontre d'un opérateur ou d'un autre, elle va vraiment dans le sens global des besoins que nous avons les uns et les autres."... 

EN SAVOIR PLUS :
 Pour l'Alsace
http://www.region-alsace.eu/sites/default/files/fichiers/amenagement-territoire/sdtan/rapport_sdtan.pdf
http://www.region-alsace.eu/sites/default/files/fichiers/amenagement-territoire/sdtan/scoran_alsace.pdf

Ce qu'ils en disent
http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/20120618trib000704470/mobile-haut-debit-attention-l-europe-prend-du-retard-s-inquiete-bruxelles-.html
http://www.e-alsace.net/index.php/smallnews/detail?newsId=10775
http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0202082750570-l-arcep-defend-sa-methode-dans-le-tres-haut-debit-327738.php
http://www.e-alsace.net/index.php/smallnews/detail?newsId=10656





mais aussi
http://www.eurogix.com/
http://www.arcep.fr/
http://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/guide-fibre-collectivites-juillet2011.pdf