28 mars 2012

Alsace : Le bilan électrique 2011

En 2011, la consommation d’électricité en Alsace atteint 14 496 GWh(1), en baisse de 4,3 % par rapport à 2010. 
La production du parc électrique alsacien est également en baisse de 30,6 %, soit 14 094 GWh.
La consommation des particuliers et professionnels connaît la plus forte baisse : - 11,6 % par rapport à 2010. La diminution de la consommation d’électricité en 2011 provient principalement des températures particulièrement douces.
La production électrique en Alsace est en recul de 30,6 %. Cette baisse est plus importante que celle de la consommation en raison d’un mix énergétique marqué par une production nucléaire et une production d’électricité d’origine hydraulique en net retrait. La production d’origine nucléaire est ainsi en retrait de 39,2 %, avec 7 061 GWh contre 11 615 GWh en 2010. La production d’origine hydraulique est elle en recul de 21,8 % avec 6 218 GWh.

RTE poursuit ses investissements en Alsace pour adapter et intégrer son réseau dans le paysage alsacien.
En 2011 et 2012, de nombreux projets permettent d’enfouir ou de supprimer des lignes électriques sur plus de 15 km.

A. En Alsace, la consommation d’électricité a baissé de 4,3 % en 2011
En 2011, la consommation française atteint 478,2 TWh, son plus bas niveau depuis 2003, soit 35 TWh de moins qu’en 2010 et un recul de 6,8 %. En Alsace, la consommation atteint 14 496 GWh, en baisse de 4,3 %.
Tous les segments de consommateurs ne sont pas également concernés par cette baisse en Alsace :
- La consommation des grandes industries est même en légère augmentation + 0,6 % (2 664 GWH en 2011 pour 2 647 GWh en 2010)
- La consommation des PME-PMI est quasiment stable : + 0,2 % (6 606 GWh en 2011 pour 6 594 GWH en 2010).
- Le segment des professionnels et particuliers est le plus impacté avec une consommation de 5 226 GWh contre 5 909 GWh en 2010, soit une baisse de 11,6 %.
Cette diminution provient principalement de l’effet des températures particulièrement douces, l’année 2011 se révélant être l’année la plus chaude que l’Hexagone ait connue depuis 1900 selon Météo France, après une
année 2010 exceptionnellement froide.
Corrigée de l’aléa météorologique, la consommation d’électricité est en baisse de 1,1 %.

B. Les consommations de pointe sont toujours sensibles à la température
En 2011, la consommation a atteint son maximum le mardi 4 janvier à 19 h avec un pic de 91 720 MW, dont 2 785 MW en Alsace, pour une température moyenne journalière de 0,2°C (soit - 4,4°C par rapport à la
température de référence).
L’usage du chauffage électrique augmente la sensibilité de la consommation aux températures froides. Cette sensibilité à la température de la consommation d’électricité est aujourd’hui de 2 300 MW par °C à 19h, heure de la pointe de consommation journalière en hiver. Elle représente l’équivalent du double de la consommation de la ville de Marseille par degré de température en moins.

C. Un net recul de la production alsacienne d’électricité en 2011
La production d’électricité en Alsace (14,1 TWh) est inférieure de 30,6 % à celle de l’année précédente (20,3 TWh). En Alsace, le mix énergétique est marqué par une moindre disponibilité de la production nucléaire et une chute de production d’électricité d’origine hydraulique.
Le nucléaire est en baisse de 39,2 %, pour une production en 2011 de  7 061 GWh. Cependant, le nucléaire reste la principale source d’énergie produite en Alsace, avec une part de 50,1 %.
La production hydraulique diminue de 21,8 % (6218 GWh en 2011).
En France, cette diminution atteint 25,6 %. Ceci s’explique principalement par le déficit de précipitations au printemps et en automne. Selon Météo France, 2011 a ainsi été une des années les plus sèches des cinquante
dernières années.
La production des énergies renouvelables poursuit sa progression en 2011 passant de 115 à 132 GWh, soit une augmentation de 14,8%.
La production des centrales thermiques à combustible fossile qui assurent le rôle de bouclage de l’équilibre offre/demande augmente de 6,9 %, soit 683 GWh en Alsace. Elle représente 4,84 % de la production électrique de la région.

D. En France : les émissions de CO2(1) de l’électricité ont baissé de 20 %
Le CO2 émis par la production d’électricité représente 27,4 millions de tonnes en 2011 (34,2 millions de tonnes en 2010).
Malgré un important déficit de production hydraulique, la hausse de la production nucléaire de 3,2 % entre 2010 et 2011 et l’accroissement des productions éolienne et photovoltaïque ont permis de réduire le recours
aux centrales thermiques à combustible fossile. Ainsi l’électricité produite à partir des sources d’énergie non carbonée atteint 90 % en 2011 contre 88 % en 2010.

E. Le solde exportateur français des échanges a quasiment doublé par rapport à 2009 et 2010
Les échanges d’électricité avec les pays voisins ont été influencés par la baisse de la consommation d’électricité et la disponibilité des moyens de production en France, mais aussi par l’arrêt de 7 réacteurs nucléaires en Allemagne.
L’interconnexion des grands réseaux électriques permet de faire transiter l’électricité à travers les frontières et de sécuriser les réseaux de transport de tous les pays, puisque chacun peut demander aux autres un supplément d’électricité.
Le solde(2) des échanges contractuels transfrontaliers atteint 55,7 TWh en 2011, soit une hausse de 89 % par rapport à 2010 ; ce solde est la différence entre le volume des exportations contractuelles (75,4 TWh, en hausse de 13 %) et celui des importations contractuelles (19,7 TWh, en baisse de 47 %).
Le niveau atteint, comparable à celui de l’année 2007, reflète une meilleure disponibilité de l’offre de production nucléaire en France par rapport aux années 2009-2010 et la compétitivité de l’électricité produite en France par rapport à celle des pays voisins.
Le solde mensuel des échanges a progressé sur l’ensemble des mois à l’exception d’août, en particulier de janvier à mai puis en octobre et décembre.
Les situations avec solde importateur ont été moins fréquentes en 2011 que sur les années précédentes, avec 4 journées d’importations contractuelles nettes, contre 72 en 2010.
Le volume cumulé des transactions (importations + exportations) s’élève à 95,1 TWh, en retrait de 8 % (8,6 TWh) par rapport à 2010.

RTE investit pour adapter et intégrer son réseau dans le paysage alsacien
  • EBM (Elektra Birseck Munchenstein), distributeur d’électricité franco-suisse a demandé à RTE le raccordement au réseau public de transport d’électricité de son poste de transformation, situé à Hésingue dans le Haut-Rhin.
  • RTE a construit en 2011 une ligne électrique souterraine à 63 000 volts de 3,3 km entre les postes de Huningue et de Hésingue.
  • À la demande de RFF, pour la LGV Est Européenne, RTE a créé une alimentation de secours à 63 000 voltsallant du poste de Graffenstaden à la sous-station de Geispolsheim. Cette ligne a été construite en souterrain sur 1,4 km, pour limiter l’impact visuel sur le paysage. Les travaux se sont achevés en septembre 2011.En 2012, à Illzach, RTE met en souterrain un tronçon de la ligne à 63 000 volts Lutterbach-Thann sur 1,7 km. Les travaux démarrent en avril, pour une mise en service en août 2012.
  • RTE raccorde le futur poste ERDF de Sainte-Croix en Plaine, par une ligne souterraine à 63 000 volts de 300 mètres. Les travaux de raccordement ont débuté en mars, et se termineront cet été. Le raccordement définitif et la mise en service de la ligne sont prévus pour cet automne, lorsque la construction du poste ERDF sera terminée.
RTE dans l’Est de la France
Les territoires de RTE dans l’Est
4 Groupes d’Exploitation Transport (GET) qui couvrent l’Alsace, la Bourgogne, la Franche-Comté, la Lorraine ainsi que le sud de la Champagne-Ardenne, soit 16 départements au total.
Le réseau de RTE dans l’Est compte plus de 14 350 km de lignes, dont :
- 6 000 km de lignes à 400 000 et 225 000 volts (Très Haute Tension)
- 8 350 km de lignes à 90 000 et 63 000 volts (Haute Tension)
- 3 000 km de lignes équipées de fibres optiques
Source : Communiqué de Presse  RTE - Terre d'Info

 EN SAVOIR PLUS :
RTE est l’opérateur du réseau de transport d’électricité français. Entreprise de service public, il a pour mission l’exploitation, la maintenance et le développement du réseau haute et très haute tension. Il est garant du bon fonctionnement et de la sûreté du système électrique.
RTE achemine l’électricité entre les fournisseurs d’électricité (français et européens) et les consommateurs, qu’ils soient distributeurs d’électricité (ERDF et les entreprises locales de distribution) ou industriels directement raccordés au réseau de transport. Avec 100 000 km de lignes comprises entre 63 000 et 400 000 volts et 46 lignes transfrontalières, le réseau géré par RTE est le plus important d'Europe. RTE a réalisé un chiffre d'affaires de 4 229 millions d’euros en 2011 et emploie 8400 salariés.
www.rte-france.com
www.audeladeslignes.com