13 févr. 2012

Le slide du lundi : Demain, tous nomades ! - par Advance

"Le travail nomade constitue une formidable opportunité pour les entreprises,à la fois en matière de productivité, d’attractivité et d’éco-responsabilité. S’intéresser au travail nomade conduit inexorablement à se poser la question des causes et des conséquences… Dans quelle mesure les travailleurs nomades sont-ils l’expression de mutations sociétales? Dans quelle mesure constituent-ils une force de transformation et d’innovation au sein de l’entreprise? Notre position à ce sujet est claire: si le nomadisme bénéficie effectivement d’un "terreau" favorable à son développement ,il fournit avant tout un important levier de performance à l’entreprise En premier lieu, le travail nomade permet de gagner en efficacité ,en tirant profit des évolutions technologiques et sociétales qui affectent la façon de travailler dans les bureaux. Le nomadisme favorise la réactivité et la fluidité,et il impacte positivement le travail délivré, qui enregistre un gain à la fois quantitatif et qualitatif. En outre, il invite à une rationalisation de l’espace, qui peut être source d’économies majeures pour l’entreprise Le nomadisme offre également un puissant outil de recrutement et de rétention des talents. Sa mise en place constitue un signe fort de la part du management, qui délivre par ce biais un message clair en matière d’autonomie, de liberté et de qualité de vie proposées aux collaborateurs. Enfin, le travail nomade sert incontestablement les desseins éco-responsables de l’entreprise, en offrant à cette dernière un rôle de choix dans la sphère du développement  durable:  participation au rééquilibrage du territoire et réduction des déplacements inutiles,en faveur d’une mobilité choisie.
En dépit de ces atouts indéniables,peu d’entreprises on à ce jour offert un cadre formel au travail nomade. Ce dernier relève le plus  souvent de pratiques spontanées des employés,qui ne sont ni anticipées,ni organisées par l’employeur.Le nomadisme se heurte à des appréhensions d’ordre pratique(technologie,sécurité des données,aspects juridiques et sociaux), relativement aisées à dépasser .Mais ces appréhensions cachent généralement des craintes plus ancrées, qui font écho au rapport au travail des français,et à une vision pyramidale de l’encadrement, qui s’accommode difficilement de la distance physique et reste attaché au temps de présence.
Plutôt que de passer outre le développement du mode de travail nomade,  l’enjeu pour les entreprises consiste à être partie prenante de son essor. D’abord,en conduisant une réflexion préliminaire sur les défis pratiques, humains et immobiliers qu’il soulève. Il s’agit d’impliquer tout à la fois la Direction des Ressources Humaines, la Direction de l’Immobilier, et les services informatique et juridique de l’entreprise. Puis,en offrant au nomadisme une place de choix dans la stratégie organisationnelle, à travers un plan d’action dédié, porté par la Direction Générale. Ainsi, le projet nomade est l’occasion de réinventer le rapport à l’espace et au temps, pour les entreprises en quête d’agilité. Une démarche qui vise à faire des bureaux et de leur localisation, des outils au service d’un environnement reconfiguré. A la clé, la possibilité offerte aux collaborateurs de travailler" différemment", dans un espace-temps aux frontières repoussées."
Flore Saulnier Consultante Etudes&Recherche Entreprises