13 oct. 2011

L 'ADIE à l'UGC Strasbourg ce matin : les jeunes créateurs d'entreprise ne font pas de cinéma

 Je me suis glissé dans la peau d'un jeune créateur d'entreprise ce matin, pour participer à la campagne d'information dédiée aux jeunes porteurs de projet et organisée par l'ADIE,  du  10 au 14 octobre 2011.
Ambiance conviviale à l' UGC  Ciné de Strasbourg  pour cette 3ème journée d'information,  qui rassemblait une trentaine de porteurs de projet et clôturait cette  campagne de l'ADIE à destination des jeunes de 18 à 32 ans.
Lors de ces journées, les équipes de l’ADIE sont allés  à la rencontre des jeunes créateurs d’entreprise potentiels, ont animé des temps d’échanges collectifs et participatifs autour de témoignages de jeunes entrepreneurs qui se sont déjà lancés, ainsi que des temps de rendez-vous individuels afin de permettre à chaque jeune d’aller plus loin sur son projet de création d'entreprise.

QUELQUES PROPOS ENTENDUS :

"C'était l'objectif aussi de ces journées d'information de démystifier un peu la création d'entreprise, d'aller à la rencontre des jeunes là où ils vont le plus souvent... et d'ailleurs on va le plus souvent au cinéma qu'a l'ADIE.... Et aujourd'hui à l'UGC Strasbourg, cette matinée d'information fait suite à deux autres journées qui se sont tenues lundi dernier à Haguenau et mardi au Pôle Emploi de Hautepierre.


Le principe de ces journées était de vous faire  rencontrer l'ADIE et ses partenaires, d'offrir un temps individuel par la suite pour que vous puissiez exprimer librement vos projets de création d'entreprise.
Ces journées font suite à la signature par l'ADIE d'une charte d'engagement pour la création d'entreprise par les jeunes.
C'est aussi pour l'ADIE, une manière de rendre hommage et de mettre en valeur une partie de cette population jeune de la création d'entreprise qu'elle finance chaque année, et qui sont aussi le coeur du dispositif  Créajeunes mis en place à Strasbourg."... Camille ACKET Conseillère crédit à L'ADIE
L'ADIE est une association reconnue d'utilité publique...  ADIE cela veut dire Association pour le Droit à l'Initiative Economique. Cela représente 500 salariés en France et une dizaine en Alsace, et nous sommes aidés par une quarantaine de chargés d'accompagnement bénévoles.... Ces journées sont destinées à un public jeunes et on est jeune à l'ADIE jusqu'à 32 ans..."


LE DISPOSITIF CITESLAB :
" Le dispositif CitésLab est un dispositif national qui regroupe une soixantaine de Citéslab (un dans chaque grande ville)... A Strasbourg, il y en a deux : un sur les quartiers Sud et un sur les quartiers Nord.
Ce dispositif est un dispositif financé par la Caisse des Dépôts et Consignations et ce financement, cette ligne budgétaire, est mise à la disposition des municipalités pour que les animateurs comme nous,  les animateurs Citéslab,  puissions aller à la rencontre de tous les habitants des quartiers sensibles et qui souhaitent porter un projet de création d'entreprise."... Henry BEILLET CitésLab
StartHop CitésLab


" Dans notre quotidien, notre rôle c'est de rencontrer sur les quartiers des porteurs de projet... Donc  si vous avez une idée, un projet, que vous recherchez de l'information sur la création d'entreprise, sans trop savoir à qui vous adresser... vous pouvez appeler CitèsLab directement : on   peut vous recevoir individuellement pour discuter de votre projet... On essaie de voir quel est votre projet, est-ce que vous avez toutes les compétences pour le faire, est-ce un métier règlementé ou pas, est-ce que vous disposez des financements nécessaires ou pas... 
Avec les renseignements que vous nous donnez et avec le type d'accompagnement que vous souhaitez,  nous notre mission c'est de  vous accueillir, de formuler avec vous votre projet et après,  de vous orienter vers tous les partenaires de la création d'entreprise à Strasbourg.... 
Donc,  on travaille avec l'ADIE, la Chambre de Commerce, la Chambre des Métiers, Tempo, Alexis, des interlocuteurs que l'on connaît...  on pourra ainsi,   vous orienter vers les interlocuteurs qui sont le plus à même de vous aider dans votre projet."... Pardis AMIRI


 LE PARCOURS CREAJEUNES :

A Créajeunes, on sait à peu près si le projet a des chances de marcher, on sait aussi combien il faut d'argent pour le lancer... on a une idée donc de son plan de financement. 
A partir de là, vous allez voir en premier une banque classique pour demander un prêt... Quand tout le monde vous a dit non (ce que je ne vous souhaite pas).. si le plan de financement est inférieur à 20000 euros,  si avec un Microcrédit vous pouvez lancer votre boite, c'est le moment nous rencontrer à l'ADIE.

Comment cela se passe ?
"On se rencontre et on étudie ensemble votre projet, on voit s'il faut finaliser un point particulier, s'il faut retravailler le prévisionnel... Si cela est nécessaire, nous disposons de chargés d'accompagnement bénévoles... ce sont souvent d'anciens banquiers qui vous donnent les chiffres : ils vont vous faire aimer les chiffres... Ensuite, une fois que l'on sait à combien va se monter le crédit pour vous permettre de démarrer, on regarde aussi si c'est un endettement qui est raisonnable pour vous, si vous êtes en capacité de le rembourser par rapport aux revenus dont vous disposez, mais aussi par rapport aux revenus que vous attendez de votre nouvelle activité..
Le dossier passe ensuite devant une commission, qui, si elle vous accorde le crédit, vous permet aussi, de vous le débloquer rapidement... "
En gros, 10 000 euros, c'est le maximum que l'on puisse demander à l'ADIE. Ils se composent d'une partie de  Microcrédit avec un taux d'intérêt et une personne qui soit le garant sur la moitié... Il y a toujours une partie à taux zéro quand on démarre...
Pour ceux qui ont déjà entendu parler du dispositif Nacce, c'est un  prêt taux zéro en complément d'un prêt bancaire... 
Là, à l'ADIE  c'est un prêt à taux zéro en complément du Microcrédit pour les moins de 32 ans, et c'est l'objet de la Charte que nous venons de signer : c'est 50% à taux zéro et sans garant...
Une fois l'entreprise lancée, les portes de l'ADIE sont toujours ouvertes, pour un accompagnement dans vos papiers, pour faire sa première déclaration au RSI par exemple... Et aussi, si les banques sont trop réticentes à vous faire un prêt, on peut aussi financer une personne qui a déjà démarré son activité. "... Camille ACKET Conseillère crédit à L'ADIE

Une fois que l'on a mis en forme son projet, parfois il est aussi opportun de se former, car parfois c'est le métier de chef d'entreprise en lui-même que l'on doit apprendre : acquérir des compétences, des bases pour comprendre un peu ce que cela implique... C'est pour cela que le programme Créajeunes a été mis en place par l'ADIE...
Le dispositif Créajeunes, c'est un dispositif porté par l'ADIE, a destination des 18/32 ans :  l'idée c'est d'accompagner ce public là spécifiquement,  en proposant une formule qui a une double fonction : c'est à la fois un parcours de formation, plus  un accompagnement personnalisé...

Le parcours Créajeunes, c'est quoi concrètement ?
C'est 2 choses : 
  • huit semaines de formation en collectif dans les locaux de l'ADIE pour vous permettre de passer de l'idée, du projet de création d'entreprise à sa création au concret. En fait,  on fait toutes les étapes de formation qui vous permettent de boucler le montage de votre projet, de finaliser votre plan d'affaires (votre business plan)... Ce qui vous permettra de présenter votre activité de façon claire avec tous les éléments regroupés au sein de quelque chose de formalisé,  à vos partenaires, à vos financeurs, tous ceux à qui vous devrez faire appel pour créer votre entreprise,
  • en parallèle, on vous accompagne également dans votre activité par un autre moyen qui est le tutorat, avec un chargé d'accompagnement qui vous suit et vous accompagne durant 4 mois (2 mois pendant la formation et 2 mois à l'issue de la formation) pour vous permettre de démarrer dans les meilleures conditions."...Romain PERRY - ADIE

Jeunes créateurs d'entreprise: microcrédit et... par ASSOCIATION-ADIE 

QUELQUES TEMOIGNAGES D'ENTREPRENEURS :
" Quand j'ai commencé mon parcours de création d'entreprise, je n'y connaissais absolument rien...  Ce que je peut retenir, c'est que j'ai vraiment appris à penser chef d'entreprise..."
" Les possibilités de subventions, de prêts à taux zéro, c'est pas très lisible quand on démarre, c'est pour cela que c'est important de se faire accompagner, d'aller à la chasse aux informations..."
" quand j'ai choisi de monter mon entreprise en tant que demandeur d'emploi, avec Pôle emploi j'avais 2 options : soit  je demandais le versement de mes allocations en capital (1/4 de mes droits à la création et 1/4 de mes droits restants,  6 mois plus tard), soit je choisissais de garder mes versements mensuels, avec possibilité de réajustement,  en fonction des revenus déclarés de mon activité." 
Ce sont des aides qui ne sont pas négligeables lorsqu'on souhaite démarrer une activité... Personnellement, j'ai opté pour le maintien du versement mensuel de mes allocations avec réajustement... Cela m'a aidé à démarrer mon activité de façon plus sereine, étant assurée d'un revenu mensuel minimum,  au moins la première année." ... 
"Pour trouver un financement, je suis passée directement par l'ADIE...  en contractant un Microcrédit, je savais que j'allais bénéficier également d'un suivi et de l'aide pour ma gestion... Ce que moi, j'ai surtout cherché au niveau de l'ADIE, c'est d'avoir une aide véritable pour la constitution de mon premier bilan, mais aussi la gestion de mon activité mensuelle et trimestrielle... Personnellement, si je n'ai pas fait appel à ma banque, c'était avant tout, parce qu'il n'y a pas de suivi derrière." ...
" J'ai suivi pendant deux mois le parcours Créajeunes...  et je pense que c'est vraiment en testant, en accompagnant son idée d'activité, en la confrontant  au regard des autres et au principe de réalité,  que l'on veut vraiment savoir si son activité est viable."...
INSTANTANES


 

EN SAVOIR PLUS :
Le site de l'ADIE 
 l'ADIE et les programmes jeunes