18 juil. 2011

53ème enquête semestrielle d'OSEO : L’investissement productif des PME devrait continuer à soutenir la croissance et l’emploi en 2012.

OSEO vient de publier sa 53ème enquête semestrielle (juillet 2011) sur "La conjoncture des petites et moyennes entreprises".
" 2011 : le redressement de l’investissement soutient l’activité des secteurs amont ; la consolidation de la reprise devrait se poursuivre en 2012."

CE QUE L'ON PEUT EN RETENIR :

Poursuite du raffermissement de l'activité au premier semestre :
En mai, 46 % des PME prévoient une croissance de leur activité en 2011, contre 17 % une diminution, ce qui donne un indicateur(1) de l’activité à + 29. À ce niveau, il a progressé de 12 points en six mois et dépasse sa moyenne de long terme (+ 23,4).
Sur la base des 4 ou 5 premiers mois de l’année, les PME anticipent une progression de leur chiffre d’affaires de + 4,1 % en moyenne en 2011, après une hausse estimée à + 3,6 % en 2010. Il y a donc une légère accélération de l’activité après le redressement intervenu l’an dernier.
4 tendances : L'activité est plus dynamique dans l'industrie, les services aux entreprises et le commerce de gros - la progression de l'activité est vigoureuse sauf dans les TPE - Des prévisions de croissance deux fois plus élevées chez les PME exportatrices - l'activité progresse deux fois plus vite dans les entreprises innovantes.
Pour 2012, Des anticipation assez optimistes :
Alors que 40 % des dirigeants anticipent une progression de leur activité en 2012, seuls 7 % craignent une diminution, ce qui donne un indicateur avancé de l’activité à + 33, au niveau de la moyenne de long terme.
3 tendances : Les anticipations sont meilleures dans les secteurs situés en amont du cycle productif - Les perspectives de développement de l'activité augmentent fortement avec la taille de l'entreprise - Les Pme exportatrices et celles qui innovent sont très optimistes pour 2012.


Nouvelle progression des créations d'emploi au premier trimestre 2011 :
En mai, 24 % des PME annoncent une hausse de leur effectif par rapport à fin 2010, tandis que 13 % font part d’une diminution.
En six mois, le solde d’opinion progresse de 5 points, s’établissant ainsi à + 11, un peu au-dessus de sa moyenne de long terme.
3 tendances : L'emploi progresse principalement dans les secteurs amont (industrie, transports, commerce de gros, services aux particuliers...) - Les effectifs croissent dans toutes les tailles d'entrepris, à l'exception des TPE - Les PME exportatrices et celles qui innovent sont plus souvent créatrices d'emploi que les autres.


Les embauches devraient s'accélérer un peu plus en 2012 :
En mai 2011, 28 % des PME envisagent un accroissement du nombre de leurs salariés en 2012, tandis que 5 % seulement prévoient une diminution, ce qui donne un indicateur avancé de l’emploi à + 23, nettement au-dessus de sa moyenne de long terme.
3 tendances : Les anticipations de renforcement des effectifs en 2012 demeurent les plus positives dans le commerce de gros, les services aux entreprises et l'industrie - Les intentions de création d'emploi culminent dans les entreprises de 50 à 99 salariés - des prévisions de recrutement sensiblement supérieurs chez les entreprises exportatrices et surtout chez celles qui innovent.

Situation financière - Les trésoreries se détendent légèrement :
En mai, 69 % des PME estiment normale ou aisée la situation de leur trésorerie récente. C’est 2 points de mieux qu’en novembre 2010 et 8 points de plus qu’en mai 2010.
A contrario, 31 % des entreprises disent avoir rencontré des difficultés de trésorerie au cours des six derniers mois.
4 tendances : L'évolution de la situation de trésorerie est très variable selon le secteur d'activité - la situation de trésorerie et jugée plus tendue dans les petites entreprises, les trésoreries des entreprises trés exportatrices sont plus souples - les difficultés de trésorerie sont un peu moins fréquentes chez les entreprises innovantes.

Un accès au crédit de trésorerie difficile pour une entreprise sur cinq : 20 % des PME déclarent avoir eu des difficultés pour assurer le financement de leur exploitation avec le concours des établissements financiers. Dans 60 % des cas, il s’agit d’entreprises dont la rentabilité est jugée mauvaise par leur propre dirigeant.

La rentabilité s'est redressée en 2010 :
En mai, 27 % des dirigeants estiment que la rentabilité de leur entreprise en 2010 a été “bonne” et 29 % “mauvaise”.
L’indicateur de la rentabilité récente s’établit ainsi à - 2, en hausse de 13 points sur un an
2 tendances : L'amélioration de la rentabilité en 2010 est ressentie dans la quasi-totalité des secteurs - L'opinion sur la rentabilité est sensiblement meilleure chez les entreprises très exportatrices et chez les innovantes.

La situation de trésorerie devrait s'améliorer d'ici la fin 2011 :
En mai, 19 % des PME s’attendent à un assouplissement de l’état de la trésorerie dans les prochains mois, contre 14 % un resserrement, soit un solde des opinions opposées positif à + 5.
3 tendances : Les anticipations d'évolution sont légèrement positives dans presque tous les secteurs - Les PME exportatrices et celles qui innovent sont sensiblement plus optimistes que les autres - Les TPE anticipent un simple maintien de l'état de trésorerie.

Sensible amélioration des résultats escomptée en 2011 :
En mai, 29 % des dirigeants prévoient une amélioration des résultats de leur entreprise en 2011, contre 14 % seulement une dégradation, ce qui donne un indicateur avancé de la rentabilité à + 15. Ceci semble en ligne avec les perspectives très positives d’évolution de l’activité à court terme.
3 tendances : Une réelle progression des résultats est attendue dans les secteurs amont (industrie, commerce de gros, services aux entreprises) - Les anticipations d'évolution de la rentabilité des TPE dont plus modérés - Les entreprises exportatrices et/ou innovantes sont nettement plus optimistes.


Net redémarrage de l'investissement en 2011 :
Après trois années consécutives de recul, l’investissement repart nettement à la hausse depuis fin 2010.
En mai 2011, 49 % des PME prévoient d’investir dans l’année, contre 45 % en mai 2010 et 43 % seulement au sortir de la récession, en mai 2009. De plus, les prévisions d’investissement sont également en sensible progression en volume. En effet, 29 % des dirigeants annoncent des dépenses en augmentation contre 24 % en diminution, soit un solde d’opinion de + 5, à comparer à - 4 en novembre précédent et - 6 en mai 2010.
5 tendances : Vive remontée de l'investissement dans l'industrie - L'investissement croit dans les PE et les ME tandis qu'il se stabilise dans les TPE - L'investissement repart d'autant plus vigoureusement que l'entreprise exporte - L'innovation tire l'investissement - La faiblesse de la demande pèse beaucoup moins sur la décision d'investissement.
Source : 53ème enquête semestrielle - Juillet 2011 - OSEO

EN SAVOIR PLUS :
Lire la 53ème enquête de Conjoncture (Juillet 2011)