9 juin 2011

Stratégie Verte pour la Brasserie Heineken, à la Rencontre Economique de Schiltigheim du 8 juin

 "A l'initiative des rencontres économiques de Schiltigheim, l'idée d'offrir aux entreprises présentes sur le territoire, un espace d'échange et de présentation de leur activité, mais surtout de dialogue avec les acteurs de Schiltigheim, que ce soit des acteurs du monde de l'entreprise mais aussi des acteurs institutionnels.
Pour cette rencontre économique M. Stéphane CREPEL présentera l'entreprise Heineken mais surtout le défi auquel elle est confrontée... 
Pour les gens extérieurs, ce n'est tout de même pas rien qu'une entreprise ancienne comme Heineken veuille rester en milieu urbain..." 

C'est sur ces propos, qu' Andrée BUSCHMANN, Vice-présidente de la CUS au développement durable et conseillère régionale, introduisait  la Rencontre Economique de la Ville de Schiltigheim ce mercredi 8 juin,  devant une centaine d'acteurs économiques, institutionnels ou  élus,  à la brasserie de l'Espérance,   dans les locaux de la Brasserie Heineken.


QUELQUES PROPOS ENTENDUS AU COURS DE CETTE RENCONTRE :
Raphaël NISAND  -  Maire de Schiltigheim, Vice-président de la CUS aux zones d’activités et Conseiller Général  :
" A l'origine de cette formule de rencontre économique, la volonté que la Commune avait  d'organiser un évènement qui permettrait de rencontrer de façon régulière les acteurs économiques de la place pour former un échange à la fois formel et informel, se rencontrer, se connaître pour faire avancer les dossiers qui nous sont communs...  ensemble...
Il est important qu'au sein de la commune,  on puisse conserver une articulation fine, articulation qui doit exister entre le développement humain, la démographie, le logement, l'habitat, les transports et bien sûr l'économique...
Il n'est pas possible d'envisager d'avoir plus d'habitants, de penser à urbaniser, pour les envoyer à l'autre bout de l'agglomération ou du département pour travailler... qui dit développement dit également emplois et c'est en cela que la démarche doit rester équilibrée.
Sur la commune, nous avons besoins d'emplois industriels et nous sommes attachés particulièrement à l'activité brassicole... "




Stéphane CREPEL - Directeur de Brasserie Heineken :
" Une des particularités du Groupe Heineken, et sans entrer dans le détail de notre histoire, c'est que le  groupe est un groupe familial, c'est-à-dire qu'aujourd'hui, plus de 50% du groupe appartient toujours  à la famille fondatrice...
Heineken est le 3ème brasseur mondial en volume, c'est le 2ème en valeur de chiffre d'affaires, c'est le premier brasseur européen et surtout le 1er exportateur... pour un groupe qui ne produit que de la bière...
Pour la France, on reste sur un marché qui est un marché défensif, où la consommation de bière augmentait de 1% par an sur les 20 dernières années... mais les marques qui apportent de la différenciation et de la sociabilisation, mais également du statut social,  s'y développent de manière importante...
Une des particularités, une dimension unique de notre groupe en France, c'est que nous sommes à la fois brasseur et distributeur...  et nous sommes leader sur ces deux dimensions...
Pour vous parler du développement durable, la première chose a été de se poser la question du problème d'y aller... Il y avait une mouvance importante autour de ce sujet et deux ou trois points significatifs qui nous ont permis de nous y engager
Le premier point était  que nous avons un produit qui est naturel avec des éléments naturels, donc il y avait un point fort lié à notre produit, à notre production. Le deuxième point est qu'il y avait une demande très forte de nos collaborateurs sensibles aussi à ce sujet là, et on ne peut s'engager sur une idée forte, si elle n'est pas partagée par les équipes au quotidien.
Il y avait un troisième élément qui nous paraissait également important, nous sommes leader en CA et notre objectif, c'était qu'à l'horizon 2013, nous soyons également leader en volume... Et être leader,  cela impose une responsabilité, notamment en matière de développement durable...
On a fait une cartographie de notre impact environnemental... et on s'est dit, on va regarder ce qu'est notre responsabilité sociétale et environnementale pour une société comme la notre, et en quoi on peut inclure le développement durable dans notre stratégie.
On l'a traduit autour de 4 piliers, 4 leviers : 
faire qu'un emballage puisse être recyclable, réutilisable et diminuer ainsi de façon significative l'impact sur les gaz à effet de serre... 
accompagner la consommation responsable...  car  ce travail sur l'éducation du consommateur fait aussi partie de notre responsabilité...
Egalement un travail sur l'interne pour  que chaque collaborateur soit acteur de la consommation responsable.
Soutenir le lien social... avec des partenaires comme  pour la fête des voisins ou le forum citoyen...
En terme de sécurité, l'année dernière on a réduit de 60% les accidents de travail...
En terme de formation également, sur un site comme le notre on est dans un ordre de grandeur supérieur à  6% (le temps et les moyens que l'on met sur le volant formation de nos collaborateurs)...
Développer des actions responsables est également un levier important... On a signé par exemple une charte avec le Ministère de l'Economie qui nous engage à respecter les relations avec les PME sous traitantes (plus de 95% de nos fournisseurs sont en France)... "

Après une séance de questions-réponses avec la salle, chacun se retrouvait à  la Brasserie de l'Espérance,  pour partager des échanges informels devant une bonne bière  " maison.  "


A noter sur votre agenda : 
La prochaine Rencontre Economique : Mercredi 21 septembre 2011 de 17h à 19h à Iconoval - Exposé d’Alain Tubiana – Directeur Général
 véronique.risser@ville-schiltigheim.fr