17 juin 2011

AG de l'ADIE Alsace-Lorraine : 2010, une année difficile pour le Microcrédit

 L'ADIE Alsace-Lorraine,  organisait son Assemblée Générale  ce vendredi 17 juin, dans les locaux du Centre Socio-Culturel du Neudorf.
Même si les chiffres 2011 sont prometteurs, l'année 2010 a été une année de crise pour l'économie en général et pour le Microcrédit , en particulier. En raison de la crise économique et du manque de fonds propres destinés aux créateurs d’entreprise, l'association connaît se première baisse d'activité depuis sa création. Toutefois, les résultats de sa dernière étude d'impact continuent de démontrer l'utilité économique et sociale de son action.  L'Adie contribue, directement et indirectement, à l'insertion durable des publics défavorisés dans le marché du travail. Elle concourt à un développement local plus harmonieux, tant au plan de l'aménagement du territoire, par la redynamisation des tissus économiques désertifiés ou paupérisés, qu'à celui des finances, par l'allègement de la charge du paiement des minima. 
C'est dans ce contexte que se déroulait l'AG du 17 juin.

Patrick ROGER Président du CSC du Neudorf  accueillait les participants :
"Le vous remercie d'être ici car je crois qu'un Centre Socio-Culturel, se doit de créer des ponts entre des réseaux qui travaillent  de ensemble...  
Au fond, notre obligation morale, c'est de mettre ensemble, des actions, en faisant fonctionner nos réseaux et quand je parle de réseaux, je parle des réseaux d'entreprises, des gens qui donnent de l'emploi, des gens qui sont en capacité d'aider... et puis également  des associations, parce qu'il n'est pas de travail sans bienveillance de ces différents partenaires dans la capacité à développer des choses ensemble.
On a monté ici, il y a 3 semaines en s'appuyant sur des partenariats forts avec les associations notamment, une opération Job Zone, je crois une première en France... 
On a fait venir 50 entreprises pour 550 emplois, 5500 visiteurs dans la journée et on est à 600 emplois aujourd'hui réellement signés.  C'est une réalité concrète des possibilités de changer le quartier quand les bonnes volontés se fédèrent  et les réseaux travaillent de concert dans une même direction.

La nouvelle Présidente de l'ADIE Catherine BARBAROUX qui a remplacé Maria NOWAK à la tête de l'association , nous  a fait part de ses réflexions sur  l'association dont elle vient de prendre les rênes.
"On sort d'une Semaine du Microcrédit et je pense que vous avez aussi ressenti, qu'on avait essayé de valoriser le travail de l'ADIE d'une manière assez efficace... en tous cas, on a battu tous nos records, la plateforme a explosé, et on a eu durant ces deux jours,  plus de contacts qu'on en avait jamais eus...
Juste quelques mots pour dire qu'on ne devient pas Présidente de l'ADIE par hasard... Pour ma part en tous cas, ce qui m'a motivé, c'est que si il y a un fil conducteur de ce que j'ai ressenti... c'est ce lien entre l'économique et  le social. 
C'est une voie qui remet beaucoup d'égalité des chances... 
Parfois l'entrepreneuriat, on y réussit parce que parce qu'on a un bagage, je dirais, plus de savoir-faire que de bagage scolaire et on voit bien à l'ADIE que  des gens réussissent parce qu'ils ont une expérience de travail, même parfois de travail informel et qu'ils ont découvert  au cours de leurs expériences, des leviers entrepreneuriaux qu'on n'apprend pas forcément  si bien que cela à l'école. 
C'est aussi un peu ça l'ADIE, cette possibilité de ré égaliser les chances et de redonner à une personne, cette possibilité d'aller jusqu'au bout de ses talents...
Nous avons un effort de devoir de nous développer plus, parce qu'il y a une demande sociale, et que dans certains quartiers, on ne répond pas à une demande, parce qu'on n'a pas les moyens d'avoir des antennes de proximité partout par exemple... mais on sait qu'il y a 150 000 personnes qui pourraient bénéficier finalement de ce label (entre parenthèses) d'entrepreneuriat populaire... C'est-à-dire, ce sont des personnes qui sont en situation difficile (minimas sociaux RSA, chômage, discontinuité des parcours d'insertion), qui n'arrivent pas à stabiliser cette situation et qui ont des projets de création,  inférieurs à 8 000 euros... Cela fait très exactement 145 000 personnes.
Je pense qu'il faut également  qu'on  reporte nos partenariats et notamment nos partenariats locaux, en travaillant de manière extrêmement reliée sur les territoires, de manière extrêmement coordonnée...
 La question aussi est de savoir comment optimiser à la fois les euros et les hommes et les femmes qui travaillent dans les territoires. 
Si on ne fait pas cela, si on n'a pas cette générosité collective, si on pense qu'on est meilleur que celui d'à côté, cela ne fonctionnera pas... si on ne joue pas le jeu de la coopération et des partenariats locaux.
Soyez fiers finalement d'être des militants de l'ADIE... J'ai pour ma part le sentiment que chaque fois  que je vais quelque part... le sentiment  que je représente quelque chose qui est ressenti   comme utile... "

L'ADIE Alsace en chiffres en 2010 :
Pour l'activité Crédit 
  • Nombre de microcrédit 2010 : 159 MC professionnels et 50 MCPE ont été accordés,
  • 148 entreprises ont été financées en 2010, 12 prêts d'honneur ont été accordés ainsi que 20 prêts NACRE,
  • 545 clients actifs pour l'ADIE Alsace en 2010,
  • Taux de remboursement : 92,25%,
  • Nombre de dossiers instruits : 387,
  • Nombre de primes accordées : 98,
  • Nombre de personnes accueillies : 1131,
Pour l'activité Accompagnement
  • 345 personnes ont été accompagnées en 2010,
  • 204 clients ont bénéficié au moins d'un service, soit 48,44% des clients financés depuis le 1er janvier 2009,
  • Nombre de permanents : 9,
  • Nombre de bénévoles : 46,
Quelques indicateurs :
39% des clients financés par l'ADIE en Alsace sont demandeurs d'emploi bénéficiaires de l'ARE. Plus d'un client sur trois est bénéficiaire des minimas sociaux (RSA,ASS,..),
L'ADIE accompagne principalement des personnes titulaires d'un BEP/CAP. Les micro entrepreneurs ont plutôt des savoirs faire techniques. L'objectif est donc de les accompagner à développer leurs compétences sur les aspects liés à leur nouveau rôle de chef d'entreprise (gestion, administratif...),
90% des clients financés résident en zone urbaine dont 17% dans les quartiers  de la Politique de la Ville,
1 client sur 2 a une activité de type commercial. 33% d'entre eux proposent des prestations de services (diagnostic immobilier, production audio-visuelle...). les artisans représentent 10% des clients financés (restauration et vente de meubles anciens, ferronnerie...),

Au second semestre 2009, l'ADIE a lancé à Strasbourg en partenariat avec le Pôle Emploi, un programme de microcrédit personnel pour l'emploi à destination des personnes rencontrant des problèmes de mobilité dans le cadre de leur recherche ou de maintien dans l'emploi.
On constate que majoritairement le microcrédit personnel pour l'emploi est un outils plébiscité par les jeunes,
Plus de 50% des clients bénéficiaires d'un MMPE sont demandeurs d'emploi. parmi la catégorie des salariés, une part large est en situation de travail précaire (temps partiel, CDD, intérim...),
Les niveaux de formation sont divers mais on constate la prépondérance des personnes disposant d'un diplôme technique de type BEP-CAP,
Les clients travaillent principalement dans le secteur des services : 30% (auxiliaire de vie, femme de ménage...),

Catherine Barbaroux, la nouvelle Présidente de l'association entend  bien pour l'année 2012,  «poursuivre et amplifier le combat de l’Adie parce qu'il est concret, juste, et plus que jamais nécessaire dans le contexte social et économique actuel.»




Quelques instantanés :
 EN SAVOIR PLUS :