9 mars 2011

L'Industrie en Alsace - Etats des Lieux et Perspectives

 Une Enquête réalisée auprès des industriels en Alsace  intitulée "L'industrie en Alsace : états des lieux et perspectives" vient de paraître, résultat d'un travail de réflexion mené par les sociétés KPMG/Segec et Crit, assistées des CCI d’Alsace.

Cette étude comporte 2 volets  :
une enquête quantitative menée auprès des établissements industriels alsaciens inscrits au Registre du Commerce et des Sociétés,
des entretiens qualitatifs avec des industriels alsaciens afin d’approfondir certains résultats issus de l’enquête quantitative et rechercher, si possible, des pistes ou des solutions d’avenir.
Les principaux résultats sont présentés selon trois axes :

l’implantation en Alsace : les motivations des entrepreneurs industriels pour leur implantation en Alsace et leur niveau de  satisfaction à cet égard ;
l’impact de la crise, tant financière que structurelle, et plus récemment monétaire,sur l’industrie alsacienne : l’évolution des indicateurs clés avant, pendant et après la crise, ainsi que ses conséquences pour les industriels alsaciens ;
enfin, l’avenir de l’industrie en Alsace : les mutations vécues dans les entreprises, leur impact en terme de localisation d’activités, et les leviers d’action souhaités pour renforcer l’industrie.
Les enquêtes :
  • L'enquête quantitative avait pour objectif de  dresser un état des lieux de l’industrie alsacienne, face à deschiffres défavorables et des appréhensions fortes liées aux circonstances économiques. Pour cela un questionnaire d’une vingtaine de questions fermées et ouvertes, permettant aux industriels qui le souhaitaient de s’exprimer librement, a été envoyé  à 4 427 entreprises industrielles alsaciennes, et au u final, 418 questionnaires exploitables ont été traités. 
  • Les entretiens qualitatifs (technique d’entretien semi-directif) : les données quantitatives récoltées auprès de 418 entreprises industrielles alsaciennes ont permis d’établir une « photographie » complète du secteur industriel à l’été 2010. L'objectif  des entretiens qualitatifs était d’approfondir certains résultats issus de l’enquête et de trouver, si possible, des pistes ou des solutions d’avenir.
LE TABLEAU DE SYNTHESE DE L'INDUSTRIE EN ALSACE  :

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

ET POUR DEMAIN ?
 
2. Quel avenir pour l’industrie alsacienne ?
"Deux visions de l’évolution de l’industrie cohabitent, selon la structure de l’entreprise et le profil du dirigeant interviewé.
2.1 Les grands groupes industriels, implantés à l’international, constatent et citent :

Une tendance forte à la délocalisation de productions standardisées / de masse vers les pays à bas coût. « Le marché français est un marché arrivé à maturité. Produire en France des productions destinées à d’autres continents nécessite des coûts d’acheminement trop élevés ». L’ouverture d’usines sur les marchés visés (Inde, Amérique Latine, Brésil…) comme précédemment en Chine ou aux Etats-Unis. L’objectif est de produire « sur place » les produits destinés à ces nouveaux marchés. Cette tendance est clé dans l’automobile et la chimie.
Pour les sites de production implantés en Alsace, stabilisation voire décroissance des effectifs : augmentation de la productivité, rentabilisation des équipements (production chargée), recherche de productions à forte valeur ajoutée (nécessitant compétences techniques et expertise).
Développement accru de la sous-traitance : forte tendance à l’externalisation du processus de fabrication.
Les industriels évoluent vers un métier d’intégrateur, d’assembleur. Seules les fonctions de début et de fin de chaîne sont gardées à l’interne (R&D, commercialisation et distribution). Les autres fonctions, considérées comme « centres de coûts » tendent à être, dans la mesure du possible, toutes externalisées. 
Objectifs : le partage des risques, une meilleure qualité du service, et une forte exigence de compétences d’expertise (non disponibles à l’interne). Le développement de ces expertises de pointe (réseau de soustraitance de qualité) est requis à l’échelle du Rhin supérieur pour attirer les grands industriels.
Tendance à la réintégration d’activités sous-traitées pendant la crise pour occuper leur personnel et éviter la perte (fuite) des compétences & savoirfaire.
Raisons : exigence de compétences techniques pointues, de flexibilité et proximité, qualité de service : développement du façonnage à la demande.
Nécessité de développer l’approche « Lean » pour soutenir la compétitivité des PME/TPE fournisseurs et pour accompagner les relocalisations.
Développement de la R&D comme levier de compétitivité et donc de performance : pour pérenniser leur activité, certains sites développent des pôles de compétences R&D pour pérenniser leur activité (développement de nouveaux produits susceptibles de générer de la valeur ajoutée). Le rôle des
pôles est vu positivement, à une remarque près : « créer des pôles c’est bien mais cela ne doit pas devenir des pôles administratifs cofinancés par les institutions ; il faut créer des synergies entre les pôles avec des maillages
entre eux ».
2.2 La vision des TPE, PME, PMI
Pour les dirigeants interrogés dans ces structures, le maintien et l’avenir de l’industrie en Alsace reposent sur la pérennité et le développement des petites et moyennes structures.
Les axes de développement mis en avant par les dirigeants interrogés sont les suivants :
Capacité d’innovation des TPE, PME - véritable levier de compétitivité : « les entreprises qui s’en sortent sont celles capables d’innover, c’est un signe de performance » déclare un dirigeant d’entreprise rencontré.
Frein majeur répété à de nombreuses reprises : les entreprises n’ont pas toujours les ressources et les compétences en interne, ni le réseau nécessaire pour passer de l’idée à la mise en oeuvre, en particulier les petites et moyennes structures. Les pôles de compétitivité interrogés soulignent les mêmes difficultés et s’emploient à faire émerger davantage de projets innovants notamment auprès de ces structures. Les ressources accessibles dans ce domaine sont aussi une clé de l’implantation des TPE et PME industrielles
dans la région.
Certaines entreprises se disent aujourd’hui freinées dans leur développement sur de nouveaux marchés par des équipements industriels dépassés que les fabricants n’ont pas fait évoluer techniquement (perte de productivité).
Selon un industriel sondé, « Il est difficile de trouver des équipements permettant des innovations susceptibles de faire des gains de productivité ».
Capacité d’investissement, rôle des financeurs (ex. mécanique, textile délaissés) : pour soutenir se repositionnement et cette innovation, il faut aider les entreprises à trouver des capacités de financement. Selon un dirigeant d’industrie avec lequel nous nous sommes entretenu, il conviendrait de « proposer un dispositif de financement de fonds propres à la hauteur des ambitions du territoire, de la Région… ».
Capacité à se repositionner sur des marchés nouveaux (diversifier les activités et le portefeuille client) : nécessité de développer de nouveaux marchés à forte valeur ajoutée, des marchés de niche ou des marchés en devenir (production personnalisée « à façon », rénovation, renouvellement de parc, performance énergétique…). Le domaine du développement durable est un gisement de nouveaux marchés pour les entreprises qu’il est nécessaire d’exploiter car la « fibre environnementale se développe fortement ».
Capacité à exporter : développer les marchés de proximité pour amener les industriels à exporter davantage – levier de performance.
Capacité des entreprises à travailler ensemble et à développer la dynamique de partenariat entre les grands groupes et les petites structures c’est la « capacité à chasser en meute » selon les termes d’un industriel. Ceci nécessite de développer une nouvelle culture en projets collaboratifs et d’accroître la solidarité entre entreprises en développant les réseaux avec les clients et les fournisseurs d’une part, avec d’autres pays, d’autres territoires (ex : Rhin
supérieur) d’autre part.
En conclusion, les industriels demandent de l’aide pour se positionner sur les marchés innovants, adapter leurs outils de production et leurs services (compétences et ressources à déployer en cohérence) afin de pérenniser leur activité". 

Source : Alsaseco
Télécharger l'Etude