23 févr. 2011

Comment les français perçoivent-ils l'entrepreneuriat social ? - L'enquête Avise - Csa

L’Avise vient de publier les résultats d’un sondage intitulé  « Perception de l’’Entrepreneuriat Social par les Français », un  sondage réalisé entre le 15 et 16 décembre 2010, au domicile des personnes sur un échantillon représentatif de 1006 personnes âgées de 18 ans et plus  et constitué selon la méthode des quotas.

CE QUE L’ON PEUT RETENIR DE CETTE ENQUÊTE :

«Lorsqu’on interroge les français sur différents termes liés à l’entrepreneuriat social :
  •  seuls  43% d’entre eux déclarent avoir entendu parler d’une « entreprise sociale, 
  • 37% se souviennent d’avoir rencontré le terme d’entrepreneur social 
  • et moins d’un Français sur (28%) celui  d’entrepreneur social »
les Français ont toujours beaucoup de mal à appréhender le concept d’entrepreneuriat social... notamment au regard du niveau de diplôme :
  • 56% des titulaires d’un diplôme supérieur à bac+2 ont entendu parler de l’entreprise sociale, contre 32% des non-diplômés."
 Le concept séduit :

"Ils restent en revanche séduits par le concept, après s’être vus expliquer en quoi cela consistait : ainsi, après description de ce qu’est une entreprise sociale, près des trois quarts des sondés (74%) déclarent être incités à acheter des produits / recourir à des services si ceux-ci sont issus d’une entreprise sociale,
L’incitation serait plus forte parmi les cadres (91%), les salariés du public (84%) et les plus diplômés (86%), alors qu’elle est plus faible chez les moins diplômés (61%)".

L'incitation à acheter :
"Lorsque l’on interroge les Français sur les secteurs pour lesquels ils seraient le plus incités à acheter un produit ou un service fourni par une entreprise sociale plutôt que par une autre entreprise, une majorité absolue d’entre eux citent l’alimentation (52%), sans doute du fait d’une familiarité au commerce équitable dans ce domaine. Suivent les services à la personne et de proximité (39%), puis l’habillement (26%), et les loisirs/la culture (20%)".


"Pour justifier la préférence qu’ils pourraient accorder à une entreprise sociale, les Français citent avant tout la meilleure insertion professionnelle que ce modèle permet auprès des personnes en situations d’exclusion (49%), devant la modération dans la recherche du profit pour mieux se concentrer sur un projet social (35%). Viennent ensuite le soutien à l’économie locale (25%), la protection des conditions de travail (20%) et la protection de l’environnement (19%). Enfin, l’implication des usagers dans la gouvernance n’est un motif de choix que pour 9% des Français".

 Freins à l'achat :

"Interrogés sur les freins qui les dissuaderaient le plus de choisir un produit ou un service d’une entreprise sociale plutôt que celui d’une autre entreprise, les Français citent avant tout un écart de prix au détriment de l’entreprise sociale (48%), devant l’absence de label indépendant (39%), le sentiment de manquer d’informations (36%) et la proximité du produit ou du service par rapport à leur domicile (34%).
Dans le domaine de l’emploi, près de sept Français sur dix (69%, +6) estiment que le fait qu’une entreprise soit une entreprise sociale les inciterait à y postuler. Cette proportion monte même désormais à 73% (+5) parmi les actifs".
Création d'entreprise sociale :
"Sur l’ensemble des Français, 31% se déclarent « prêts à créer une entreprise sociale ».la mention de l’aspect social peut donc inciter certains Français à l’entrepreneuriat".
"La perception globalement positive que les Français ont de l’entrepreneuriat social se vérifie au regard de la hiérarchie de la confiance qu’ils accordent à différents acteurs pour faire évoluer la société dans le bon sens : « les entreprises sociales » restent en tête avec 81% de «confiance», devant « les entreprises en général » (55%, -7) et « les pouvoirs publics » (45%",.
Source : Avise