Select Menu

Slider

Breaking News

Gouvernances

innovations

consommations

productions

Economie Sociale et Solidaire

Financements

Aboutissement d’une collaboration réussie entre une start-up et un groupe industriel, Hager Group et Hakisa viennent de conclure un partenariat stratégique. Avec la prise de participation de Hager Group au capital de Hakisa, l’industriel poursuit son développement dans les services liés à l’assistance à l’autonomie à domicile (AAL). 
Hakisa réalise une synthèse réussie entre digitalisation, internet des objets et silver économie. L’entreprise développe des solutions qui permettent d’intégrer des objets connectés afin de créer, animer et notifier des communautés diverses autour des personnes dépendantes. Les technologies développées par Hakisa servent ainsi de plateforme à l’intégration des solutions domotiques de Hager Group.

Partenaires historiques de la silver économie digitale
Hager Group et Hakisa coopèrent déjà depuis plus de quatre ans pour faciliter le quotidien des personnes dépendantes, de leurs proches et du personnel de soin. 
Le soutien de Hager Group permet désormais à Hakisa d’accélérer son développement commercial en France et en Allemagne.
En France, Hager Group et Hakisa sont déjà associées dans le cadre du hub social Facilien. En Allemagne, Hager et Hakisa démarchent ensemble les collectivités locales, les prestataires de services à la personne, les bailleurs sociaux, les promoteurs immobiliers, les associations et les réseaux d’aidants.

Des racines et des valeurs communes
Grâce à ce partenariat renforcé, Hager Group et Hakisa développent leurs synergies marketing, commerciales et industrielles. Déjà présentes sur les projets régionaux et transfrontaliers dans le Grand Est et dans la Sarre, les deux entreprises étendent leur présence en France et en Allemagne.
Réunis par des valeurs communes puisées entre l’Alsace, la Lorraine et la Sarre, l’entreprise familiale Hager Group et la start-up Hakisa partagent avant tout une même vision : la technologie n’a de sens qu’au service de l’humain.
Source :  Communiqué Hager Group - Hakisa

EN SAVOIR PLUS


A propos de Hakisa
Hakisa développe des solutions clés en main simples et efficaces qui permettent de créer, d’animer et de notifier des communautés familiales, des communautés d’intérêts (association, résidence, commune, etc.) et des communautés d’aidants en intégrant des objets connectés.
Grâce à ses solutions Smart Home, Smart Care et Smart Services, Hakisa propose aux professionnels de l’habitat, de la Silver Économie et aux acteurs locaux de développer l’accès à leurs contenus et services à travers une solution à leur image.
Crée en 2011 et maintes fois récompensée, Hakisa a établi un véritable écosystème de partenaires autour de ses solutions en Europe.

A propos de Hager Group
Hager Group est l’un des principaux fournisseurs leaders en matière de solutions et de services pour les installations électriques dans les bâtiments résidentiels, tertiaires et industriels. L’entreprise propose une offre complète allant de la distribution d’énergie électrique à la gestion intelligente des bâtiments, en passant par le cheminement de câbles et les dispositifs de sécurité.
Entreprise indépendante gérée par les membres de la famille Hager, Hager Group représente l’un des groupes majeurs en matière d’innovation dans le secteur électrique. Son siège se situe à Blieskastel, en Allemagne. 11 400 collaborateurs réalisent un chiffre d’affaires de 1,9 milliard d’euros. Les composants et solutions du groupe sont produits sur 25 sites répartis dans le monde entier, et des clients leur font confiance dans 136 pays.
hagergroup.com

- - - - - - -

Un ensemble urbain tri-national sur les rives du Rhin à découvrir à la fête de la passerelle
A l’occasion des 10 ans de la fête de la passerelle à Huningue, les 1er et 2 juillet, le vaste projet d’aménagement urbain situé sur les bords du Rhin se dévoile. Ce nouvel espace, d’une envergure architecturale et environnementale remarquable, se compose de logements, de commerces, de bureaux et d’un Hôtel-Restaurant de grande qualité. Pour une surface totale de 30 000 m², représentant un investissement prévisionnel de 90 millions d'euros, aménagement des voiries et des espaces publics compris, ce projet international s’inscrit au cœur de la vie des habitants pour une  livraison en 2022.

Montez à bord du nouveau programme de Constructa sur les rives d’Huningue
La ville d’Huningue souhaite étendre son centre-ville en conservant le dynamisme urbain transfrontalier du Drei Land. Le 31 Mai 2011, elle signait une charte avec VNF (Voies Navigables de France) dans laquelle figurent les objectifs de ce nouvel ensemble urbain. S’inscrivant dans une vision d’attractivité et de développement de l’agglomération tri-nationale et portuaire, un appel à projet a été lancé en 2015 dans le but de sélectionner l’opérateur en charge de réaliser ce programme d’aménagement urbain. En 2016, Constructa a été déclarée lauréate de la consultation.
Un nom pour un nouvel espace de vie
Pendant tout le week-end, les citoyens peuvent se renseigner sur l’espace dédié installé sur les lieux des festivités où chacun a la possibilité de proposer un nom au projet sur un mur géant.

Et pour ceux qui n’auront pas la chance d’y participer, un appel à contribution sur la page Facebook permettra de partager ses idées !
Source : Communiqué de presse Constructa

EN SAVOIR PLUS

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

- - - - - - - -
Attention, il ne vous reste que quelques jour pour candidater aux Trophées RSE.
Vous avez jusqu'au 30 juin minuit pour déposer votre dossier de candidature !

CANDIDATEZ DES MAINTENANT !

Après 9 éditions des Trophées Idée Alsace, l'association Idée Alsace change de format en proposant des Trophées RSE ouverts à tout type d'entreprise ou d'acteurs locaux.
Portés par Idée Alsace, les Trophées RSE sont réalisés en partenariat avec la Caisse d'Épargne Alsace et avec le soutien de l'Afnor.

A QUOI SERVENT LES TROPHÉES RSE ?
Vous conciliez préservation de l'environnement, progrès social, efficacité économique ou encore gouvernance participative dans le management quotidien de votre entreprise ? Ces Trophées RSE sont faits pour vous !
Parmi les actions que vous avez entreprises, les Trophées RSE vous invitent à présenter une initiative concrète qui soit à la fois innovante et représentative d'une démarche transversale et durable.

Les objectifs sont les suivants :
  • Identifier les initiatives développement durable les plus remarquables,
  • Valoriser les initiatives les plus méritantes,
  • Promouvoir les enjeux et atouts d'une démarche responsable.
QUI PEUT PARTICIPER ?
Les Trophées RSE sont ouverts à toute entreprise ou collectivité / institution de la Région Grand Est, quelle que soit sa taille et son secteur d'activité.
Par définition, la RSE (Responsabilité Sociale ou Sociétale des Entreprises) regroupe l'ensemble des pratiques mises en place par les entreprises dans le but de respecter les principes du développement durable, c'est à dire à la fois sur les piliers environnement, social et économique.
Les candidats déposent un dossier pour présenter leur projet.

CRITÈRES DE SÉLECTION
- Dimension transversale du dd dans le projet (économique, social, environnemental ou gouvernance);
- Implication des parties prenantes (internes et externes) ;
- Caractère innovant (au delà des obligations légales) ou précurseur ;
- Caractère transposable du projet.
Pour en savoir plus, vous trouverez ci-dessous le dossier de candidature à télécharger.

LE CALENDRIER
  • 30 juin minuit : dernier jour pour déposer votre dossier de candidature !
  • mi septembre : audition des candidats sélectionnés avec le jury et délibérations
  • 30 novembre 2017 : remise des Trophées lors du Forum dd qui aura lieu à l'Illiade à Illkirch 
PRIX
Le lauréat du Trophée RSE bénéficiera d'une visite avec un auditeur évaluateur de l'Afnor. L'occasion durant 1 journée d'aborder les thèmes RSE au choix du lauréat (RSE, énergie, environnement…) pour aller plus loin dans ses bonnes pratiques.
Une vidéo reportage présentant le projet sera remis à chaque lauréat.
Création et mise en ligne d’une fiche Bipiz (plateforme nationale recensant plus de 1000 fiches pour 500 entreprises) pour présenter la bonne pratique de chaque candidat.

CANDIDATEZ MAINTENANT !

EN SAVOIR PLUS
http://www.ideealsace.com/
Et retrouvez-nous sur Facebook - Youtube - Viadeo Linkedin



- - - - - - - -

Laurent Wendlinger, Conseiller régional de la Région Grand Est a présenté le projet transfrontalier «Innov.AR : Innovations agroécologiques pour le Rhin Supérieur », ce vendredi 23 juin 2017 à Colmar.


L’objectif de ce projet est de mettre à disposition du monde agricole, des méthodes agroécologiques adaptées au sol et au climat du Rhin Supérieur. La réduction des usages de produits phytosanitaires et d’engrais d’origine chimique, à travers la valorisation des processus naturels, est en effet essentielle pour la protection de l’air et de l’eau dans cet espace densément peuplé.

Le projet « Innov.AR » (1), qui se poursuit jusqu’en janvier 2020, porte plus particulièrement sur la fertilisation et la protection des cultures majeures contre les bio-agresseurs dans la plaine rhénane. Le but est de mettre ainsi en réseau les entreprises agricoles et les organismes de recherche appliquée afin de co-concevoir et de co-développer les meilleures solutions agroécologiques dans la conduite des cultures. 

Le projet s’appuiera sur les travaux et les orientations d’un groupe mixte transfrontalier constitué d’une soixantaine d’entreprises agricoles et d’une vingtaine d’organismes de recherche appliquée de part et d’autre du Rhin.
Leurs études porteront, d’une part, sur l’injection d’azote qui permet de garantir une bonne qualité de l’air et de l’eau, et d’autre part, sur la protection des céréales, du maïs et de la pomme de terre contre les principales maladies et ravageurs (chrysomèle, taupin).

Porté par l’institut du végétal Arvalis, le projet « Innov.AR » bénéficie du programme européen INTERREG Rhin Supérieur à travers une subvention de 942 000 €, et d’un soutien de la Région Grand Est de 38 250 €, sur un budget total de 1,88 M€. Il s’inscrit également dans le cadre de la campagne « Avec l’Europe, c’est possible ». Cette initiative émane de Bärbel Schäfer, Regierungspräsidentin Freiburg et présidente du comité de suivi du programme INTERREG, pour montrer ce que l’Europe fait au quotidien pour les citoyens.
Plus d’informations sur le programme et l’actualité des projets sur www.interreg-rhin-sup.eu

Autorité de gestion de 7 programmes européens, la Région Grand Est bénéficie d’un montant de plus de 1,4 milliard d’€ au titre des fonds européens (FEDER-FSE : 773 M€ et FEADER : 650 M€). 
Si l’on y ajoute les 2 programmes transfrontaliers INTERREG gérés pour le compte du Rhin Supérieur et de la Grande Région ainsi que le partenariat avec le programme INTERREG France-Wallonie-Vlaanderen, ce sont au total plus de 1,8 milliard d’€ que la collectivité régionale pilote d’ici à 2020.

La Région soutient ainsi des projets utiles pour les territoires dans de nombreux domaines tels que la recherche et l’innovation, l’efficacité énergétique, l’environnement, la formation professionnelle, l’apprentissage, le secteur agricole ou le patrimoine rural.
(1) Innovations agroécologiques pour le Rhin Supérieur

www.grandest.fr/ 
twitter.com/regiongrandest
www.interreg-rhin-sup.eu

- - - - - -

La Région Grand Est et l’ADEME lancent un nouvel appel à projets visant à accompagner les territoires volontaires dans la mise en oeuvre opérationnelle de leur plan d’actions en matière de mobilité durable.
Il s’adresse en premier lieu aux autorités organisatrices de la mobilité et a vocation à constituer la première pierre de la future politique régionale d’écomobilité.

LA MOBILITÉ DURABLE ET L’AUTOSOLISME AU CŒUR DE LA PROBLÉMATIQUE
Dans la région Grand Est, le secteur des transports occupe le deuxième poste le plus émetteur de gaz à effet de serre (27%) et génère de nombreux polluants comme les oxydes d’azote et les particules fines. Les déplacements quotidiens en voiture individuelle sont largement pointés.
Or, de nombreuses solutions alternatives à l’autosolisme existent : marche, vélo, autopartage, covoiturage, transports collectifs… Leur usage tarde cependant à se généraliser. C’est pourquoi les collectivités sont appelées à se mobiliser afin de valoriser les nombreuses initiatives existantes et encourager une mobilité plus responsable sur leur territoire.

DES CONSEILLERS EN MOBILITÉ POUR ACCÉLÉRER LE CHANGEMENT
Sur la base d’un plan d’actions partagé en faveur des modes de déplacement les plus respectueux de l’environnement, il s’agit pour les collectivités de développer des actions d’information, de communication ou de sensibilisation, à même de faire évoluer les comportements en matière de mobilité.
Il reviendra à l’« Ambassadeur de la mobilité » d’identifier localement les freins aux changements de comportements pour accompagner la modification des pratiques vers des modes de déplacements plus durable et évaluer les effets des actions menées.
Les aides régionales proposées par la Région Grand Est et l’ADEME dans le cadre de l’appel à projets « Ambassadeurs de la mobilité » permettront de contribuer au financement d’un poste d’animation de la démarche de mobilité, aux dépenses externes liées à la mise en oeuvre du plan d’actions et à l’aide à l’installation de l’animateur.

Les dossiers d’inscriptions peuvent être téléchargés sur : www.climaxion.fr/actualites
Ils devront être remis le 29 septembre 2017 au plus tard.
Source : Communiqué Région Grand Est - Ademe





- - - - - - -

Savez-vous que les pôles de compétitivité agroalimentaire prospèrent le mieux quand ils sont totalement intégrés dans les politiques publiques régionales de développement économique ? 
Cela semble évident, mais ça ne l’est pas tant que ça. Lorsque les politiques publiques régionales n’en tiennent pas compte, cela bloque le développement des pôles agroalimentaires, et réduit leur impact sociétal et économique, par exemple sur l’emploi. 
C’est pourquoi 7 régions européennes travaillent ensemble sur des solutions à ces difficultés, dans le cadre du projet STRING.

Tous les représentants régionaux présents à l’événement de lancement du projet STRING à Bologne (Italie) le confirment : les systèmes et clusters régionaux agro-alimentaires rencontrent des défis similaires en Europe. Notamment leur intégration dans les programmes régionaux de développement économique, la promotion de la filière, et la fertilisation croisée avec d’autres secteurs économiques.

Dans son allocution d’ouverture, Simona Caselli (Ministre régionale de l’agriculture de la Région Emilia Romagna, Italie) a souligné l’intérêt du projet : « Dans notre région nous nous concentrons sur la qualité, à travers une approche basée sur la demande des consommateurs. Dans cette approche, l’innovation et la durabilité sont importantes, et nous espérons, à travers le projet STRING, bénéficier des connaissances et des expériences des autres régions sur ces thèmes, et d’un autre côté, partager, avec les partenaires du projet, notre expérience en matière de création de valeur ajoutée ».

Produire une alimentation saine et durable est une priorité pour l’Europe. La vivacité et le dynamisme de certaines régions européennes dépendent de l’activité de leur secteur agro-alimentaire. STRING veut stimuler la compétitivité des pôles d’innovation agro-alimentaires à travers l’apprentissage interrégional intensif, les échanges de connaissance et la coopération entre clusters.

Pieter de Boer (chef de projet pour la Province du Nord Brabant, Pays-Bas) détaille le contenu du projet : « Dans la première phase, nous allons échanger sur nos expériences et rechercher les divers moyens de collaborer et d’innover. Cela nous permettra ensuite d’ajuster les outils publics de soutien à l’innovation agro-alimentaire afin d’améliorer son impact social et économique. »

Anne-Marie Spierings (Ministre régionale de l’Agriculture de la Province du Nord Brabant, Pays-Bas) se félicite de coopérer avec d’autres régions européennes dans le cadre du projet STRING :
« Notre province est plutôt bien placée en ce qui concerne la production de produits de base en grande quantité, avec des méthodes saines, efficaces et durables. Nous aimerions apprendre comment créer de la valeur ajoutée pour ces produits de base, et comment innover en créant de nouveaux produits alimentaires en coopération avec les secteurs de la santé ou des TIC. »

Le projet STRING a pour objectif d’améliorer la performance et la mise en oeuvre des programmes et des fonds régionaux dédiés à l’innovation et à la structuration du secteur agro-alimentaire, et de renforcer la coopération entre pôles de différents secteurs économiques. 

A terme, il s’agira d’élaborer de nouvelles stratégies régionales de développement, permettant la création de valeur ajoutée, qui seront mises en oeuvre via de nouveaux projets d’innovation.

L’entrepreneur danois Michael Mohr Jensen (propriétaire de l’exploitation bio Herrens Mark) a présenté les avantages d’une filière agro-alimentaire compétitive dans son activité quotidienne : 
« Faire partie du pôle agro-alimentaire régional nous a permis de développer de nouveaux compléments alimentaires basés sur le trèfle rouge. Les financements régionaux ont financé les études scientifiques qui ont prouvé les effets de ce complément alimentaire sur les symptômes de la ménopause et la densité osseuse. Nous avons ainsi augmenté les ventes au Danemark et dans d’autres pays, et bien sûr accéléré la croissance de l’entreprise ».

Le projet STRING est financé par INTERREG Europe, le programme de l’Union européenne de soutien aux à la coopération interrégionale. En permettant les échanges de pratiques et de solutions entre autorités publiques dans toute l’Europe, le programme vise à améliorer les politiques régionales et ainsi à augmenter l’impact positif des investissements publics et des efforts d’innovation pour la population et les territoires – et ce sera donc le cas aussi dans le domaine agro-alimentaire grâce au projet STRING. www.interregeurope.eu/string

Le partenariat
Toutes les régions impliquées dans le projet STRING sont réputées pour leurs traditions en matière de produits alimentaires et pour leur potentiel d’innovation dans ce domaine.
Le projet STRING a démarré début 2015 sous l’impulsion des régions du Nord Brabant et de Emilia Romagna, à partir d’un constat partagé sur les difficultés rencontrées en matière d’innovation par les clusters régionaux du secteur alimentaire. Le projet implique aujourd’hui 7 régions européennes, et 11 partenaires.
Quelles sont les actions prévues dans le cadre du projet à travers l’UE ?

La Ville de Debrecen (Hongrie) et sa région vont traiter la question des infrastructures nécessaires à l’innovation dans l’agro-alimentaire (telles que les laboratoires ouverts, les usines tests et les pépinières) en créant un laboratoire d’innovation spécialisé dans la RetD agro-alimentaire (un projet financé par le FEDER, Fonds européen pour le développement régional).
En Emilie Romagne (Italie), le projet a pour objectif d’améliorer le positionnement de l’innovation agricole et alimentaire dans le développement régional global, grâce à l’harmonisation des politiques publiques existantes et à l’amélioration de la commercialisation des résultats de la recherche-développement.
De leur côté, les régions de Castilla y León (Espagne), Nord Brabant (Pays-Bas) et Covasna (Roumanie) vont travailler plus spécifiquement sur la question de l’intégration des PME dans les clusters.
Enfin, l’Alsace et la région du Centre du Danemark travailleront sur la coopération entre l’agro-alimentaire, la santé et les TIC, l’harmonisation des politiques de soutien à l’innovation et le financement des food clusters.
Source : Communiqué ARIA Alsace





l’ARIA Alsace - A propos
Labellisée grappe d'entreprises, l'Association Régionale des Industries Alimentaires (ARIA) Alsace défend, depuis plus de vingt ans, les intérêts des entreprises alimentaires et fédère les producteurs et industriels alsaciens. Elle assure la promotion du savoir-faire et des produits régionaux en France et à l'international, notamment à travers la marque bannière « Savourez l'Alsace », qui recense plus de
1 500 références accréditées.
Fondée en 1994, l’ARIA défend les intérêts économiques, industriels et commerciaux des entreprises alimentaires alsaciennes, assure par ailleurs leur représentation auprès des pouvoirs publics, administrations et instances régionales.
Présidée par Manou Heitzmann-Massenez depuis 2006, l’ARIA bénéficie d’un nouveau plan de dynamisation qui s’inscrit dans une démarche de développement économique régional cofinancée par l’Europe, l’Etat et la Région Alsace.
www.aria-alsace.com
- - - - - - - -